Syndiquer tout le site

Article

2007 Toros y Salsa Festival / Programme

Publié le 25 mai 2007, par : Chabelita, François

Désormais considéré comme le rendez-vous incontournable de la rentrée, le festival Toros y Salsa offre chaque année dans la douceur des derniers jours de l’été un éclatant panomara des différents rythmes de la salsa.

  • Vendredi 7 septembre :
    • 22h30 - Conjunto Chappottin (Cuba) - Son montuno/ Guaracha
    • 00h30 - Grupo Esencia (Puerto-Rico) - Plena/ Salsa
  • Samedi 8 septembre :
    • 19h30 - Iba A Se (Orlando) - Latin Jazz
    • 23h - Bailatino (Venezuela) - Salsa
    • 01h - Grupo Esencia (Puerto-Rico) - Plena/ Salsa
  • Dimanche 9 septembre :
    • 19h30 - Conjunto Chappottin (Cuba) - Son Montuno/ Guaracha
    • 22h30 - Bailatino (Venezuela) - Salsa

7-8-9 septembre 2007 à Dax (Landes)

Fidèle à sa réputation, le festival aura une fois de plus pour objectif de présenter une manifestation unique en son genre d’une grande qualité artistique et constituée de concerts événementiels élaborés autour d’artistes à découvrir en exclusivité.

Devant le succès remporté par le groupe Truco y Zaperoko en 2006 [1] qui nous offrit deux concerts de Plena ébouriffante, Toros y Salsa a voulu cette année présenter en exclusivité un autre monument du rythme national portoricain, le Groupe Esencia originaire de la ville de Ponce berceau de la Plena.

JPEG - 32.7 ko
Esencia (Puerto Rico)

L’enthousiasme, la qualité musicale et l’énergie débordante des 14 musiciens devraient contribuer à faire apprécier encore un peu plus ce rythme festif et communicatif qu’il est temps de découvrir en France.

Après quelques années d’absence, le Venezuela sera à nouveau présent grâce à la venue du groupe Bailatino qui déjà depuis quelques années s’est affirmé comme un des groupes phare de la salsa brava, celle que défend avec conviction le festival.

JPEG - 34.1 ko
Bailatino (Venezuela)

Rigueur musicale et talent d’improvisation, deux conditions requises pour produire une salsa authentique, telles sont les marques de fabrique du groupe qui compte dans ses rangs un des plus grands soneros vénézuéliens actuels, le formidable Edgar « Dolor » Quijada.

Cuba sera représentée par les héritiers de deux des musiciens les plus mythiques de la musique cubaine, le trompettiste Félix Chappottin et le chanteur Miguelito Cuni. Le Conjunto Chappottin y sus Estrellas perpétue en effet avec brio le répertoire de ses illustres prédécesseurs sous la direction du petit-fils du génial trompettiste.

JPEG - 43.2 ko
Conjunto Chappottin (Cuba)

Le public reconnaîtra bon nombre des morceaux proposés par le groupe car ce répertoire est celui qui a été sans nul doute le plus repris depuis la naissance de la salsa. Mais la touche cubaine sans égale, permet de redécouvrir encore et toujours ces merveilleux morceaux dans lesquels se mêlent son-montuno, guaracha et boléro-son pour le plus grand bonheur des danseurs .

Enfin et parce que Toros y Salsa a toujours voulu défendre l’autre facette de la salsa, le Latin-Jazz plus musical, Dax accueillera la formation qui monte actuellement aux Etats Unis le groupe Iba a Se en provenance de Orlando.

JPEG - 37.2 ko
Iba A Se (Orlando)

Constitué à partir d’un concept étonnant, ce groupe va nous surprendre grâce à un Latin-Jazz coloré et inventif, navigant entre le folklore et l’afro-jazz mais toujours en marge des sentiers battus. Grands standards revisités, « descargas » endiablées s’enchainent sans temps mort durant 90 mn pour notre plus grand plaisir. Il n’en fallait pas plus pour attirer l’attention du festival et ce groupe avait naturellement sa place à Dax pour un concert exclusif.

Dax vous invite à partager sa passion de la fiesta brava et vous convie à découvrir la richesse des rythmes afro-caribéens à travers un voyage musical unique et plein de surprises hors des chemins balisés. Au programme du menu 2007, des mets savoureux arrosés de salsa picante, des senteurs d’exotisme pour aiguiser les sens et une bonne dose de convivialité pour partager son bonheur dans le cadre arboré du Parc Théodore Denis ; assurément de quoi inciter le plus grand nombre à venir déguster 3 jours de fête et participer à un festival unique en son genre. Distinto y diferente ! comme le dirait le facétieux « sonero » Justo Betancourt !

Chappottin y sus Estrellas - 7/09 à 22h30 et 9/09 à 19h30

JPEG - 3.4 ko
Chappottin

Si le Gran Combo de Puerto Rico est considéré comme « la universidad de la Salsa », le Conjunto Chappottin y sus Estrellas est reconnu depuis les années 50 comme « la academia del Son ».
La création du groupe, une des formations mythiques de la musique populaire cubaine, est étroitement liée à la vie artistique de son fondateur le trompettiste Félix Chappottin Lage. En 1949, après le départ aux Etats Unis du « tresero » Arsenio Rodriguez - fondateur du conjunto du même nom - le jeune Chappottin lui propose de maintenir le répertoire ainsi que les musiciens au sein d’une formation qui porterait son nom. « El Ciego Maravilloso » -surnom donné au génial guitariste en raison de sa cécité- à défaut de convaincre le groupe de le suivre accepta la proposition et ainsi naquit le Conjunto Chappottin y sus Estrellas qui allait devenir un des groupes emblématiques de la musique cubaine des années 50, la « epoca de oro ».
Avec son trio magique, Chappottin à la trompette, le pianiste Luis « Lili » Grinan et le formidable « sonero » Miguelito Cuni, les frontières explosent et le groupe devient connu dans le monde entier.
A la mort de Felix Chappotin en 1983, son fils Angel « Chapo » José - décédé en 2001 - et aujourd’hui son petit-fils Jesus ont successivement repris la direction de cette institution afin de maintenir la tradition du « son » et surtout l’immense répertoire du groupe dont bon nombre de chansons ont été reprises notamment par tout ceux qui allaient créer la salsa à New York dans les années 60 ; les titres "Fuego en el 23", "Canallon", "Camina y prende el Fogon", "Convergencia" etc... en sont quelques exemples.
Mais la formation actuelle ne se contente pas seulement de reprendre ces purs joyaux car elle a su aussi enrichir son patrimoine avec de nouvelles créations tout aussi entrainantes.
Depuis quelques années le fils du légendaire Miguelito Cuni s’est joint au groupe et contribue ainsi à maintenir une tradition vivace à Cuba, celle de faire perdurer la lignée familiale des grands artistes et à travers elle transmettre tout un patrimoine culturel aux générations futures.
Son-Montuno, Guaracha, Mambo, Afro, Rumba et Guajira sont autant de genres qui constituent la richesse musicale du « conjunto » telle qu’elle a été définie et transmise par les premiers membres du groupe. Lorsqu’on sait que la plupart de ces musiciens furent à l’origine de l’explosion du « son » et que beaucoup était aussi à l’aise dans le ce genre que dans le latin Jazz ou le danzon, on mesure le formidable potentiel de cette formation. Désormais entre les mains de Jesus Chappotin Coto (Trompette et arrangements) et Miguel Cuni Jr (Chant), le Conjunto Chappottin y sus Estrellas des années 2000 ne faillit pas à la difficile tâche de maintenir la réputation du groupe. Unis depuis leur plus jeune âge, ces deux artistes allient leur talent, leur audace et leur intelligence artistique pour que cette institution, inscrite au patrimoine culturel Cubain, soit digne de ce lourd héritage et demeure résolument tournée vers les exigences de leur époque. Pari gagné !
Ils n’étaient pas revenus en France depuis quelques années et c’est avec un immense plaisir que Toros y Salsa les invite à nous faire partager le patrimoine culturel de la musique populaire cubaine à travers cette « Academia del son ».

Musicien Instrument
Jesús Ángel Chappottín Coto
Ramón Núñez Rondón
Gregorio Ricardo Martínez Pedroso
Eloy Abreu Rey
Miguel Arcángel Conill Hernández
Eduardo Sandoval Nóbregos
Nelson López Carrillo
Gregorio Ernesto Laza Cordovés
Ángel Remigio Laborí Hernández
Armando Fuentes Silega
Juan de la Cruz Antomarchi Padilla
Francisco Vasallo Labrada
Domingo Conrado Poey Díaz
Trompette
Trompette
Trompette
Trompette
Chant lead
Chant
Chant
Chant
Piano
Basse
Tres
Congas
Bongos

Grupo Esencia - 7/09 à 00h30 et 8/09 à 01h

JPEG - 32.6 ko
Grupo Esencia

La plena genre populaire de la musique portoricaine est née dans les quartiers pauvres de la banlieue de Ponce, la grande ville du sud de l’île. On cite souvent le quartier de la Joya del Castillo comme le berceau du rythme ou un couple d’esclaves affranchis venus de St Kitts se produisait dans les bars et dans la rue en mélangeant influences anglaises et rythmes autochtones. Leur répertoire basé sur des chansons comprenant quelques vers et une structure en couplets répétitifs se voulait être le reflet de la vie sociale et commentait souvent avec humour et dérision l’actualité nationale et même au delà des frontières. De cette forme musicale naquit le genre de la Plena à la fin du XIXième siècle.
Fermement ancrée dans le patrimoine culturel de Porto-Rico, la Plena perdure difficilement de nos jours face à l’invasion du « reggaeton » qui embrigade une jeunesse en proie aux difficultés sociales et économiques. Mais la culture et son folklore demeurent néanmoins dans les esprits de beaucoup grâce au travail de fond de quelques ardents défenseurs ainsi qu’à travers festivals, écoles de danse et enseignement musical dans les conservatoires.
Angel « Papote » Alvarado fait partie de ces défenseurs de la culture portoricaine et n’a de cesse d’enseigner aux jeunes générations l’histoire et les racines de la musique populaire. En marge de cet enseignement il crée en 1997 le Groupe Esencia dans son quartier natal de la Cuarta à Ponce. Après 3 disques où se mêlent Plena et arrangements salsa, le groupe est parvenu à imposer sa musique et est devenu une formation reconnue dans la Caraïbe. Récemment, des artistes de renom comme Andy Montañez, Jimmy Bosch, William Cepeda ou encore Cachete Maldonado ont participé à plusieurs enregistrements ou à des concerts pour soutenir cette croisade qu’ils sont en passe de gagner.
Mais c’est surtout grâce à l’appui du regretté compositeur Catalino « Tite » Curet que le groupe explose en 2003 avec leur second album « La verdad ».
Le Grupo Esencia est une formation composée de 14 musiciens dont une section de 4 trombones qui donne cette sonorité à la fois puissante et suave si caractéristique du groupe.
Le contrepoint assuré par les cuivres s’harmonise à la perfection avec la section rythmique des « panderos » ces tambours tenus à bout de bras et qui sont la marque de fabrique du rythme. Un tres - guitare à 3 cordes doubles - généralement utilisée dans le son cubain assure le lien harmonico-rythmique entre cuivres et percussions et est là pour rappeler l’influence cubaine omniprésente dans la salsa d’aujourd’hui. Enfin le piano et une basse aux tumbaos puissants donnent à l’ensemble une sonorité actuelle destinée aux danseurs. Ajoutez à cela des chanteurs rompus aux improvisations qu’impose la Plena et vous obtenez un groupe compacte qui distille une plena tonitruante aux rythmes incandescents. Il n’y a qu’à se laisser emporter par les titres « Casimiro », « Soy como soy » ou « No me puedo contener » pour s’en convaincre !
Après la prestation très remarquée du groupe Truco y Zaperoko en 2006 - groupe originaire du Nord de Porto-Rico, Toros y Salsa était désireux d’offrir un droit de réponse en forme de clin d’œil fraternel aux pleneros du Sud pour le plus grand bonheur d’un public à n’en pas douter déjà conquis mais aussi et tout simplement pour l’amour de cette musique à la joie communicative.

Musicien Instrument
Héctor Gastón
Maximino Rivera
Miguel Díaz
Israel Negron
Carlos Ferrer
Luis Rivera
Félix Díaz
Alberto Laboy
Diadel Rivera
Alberto Texeira
Julio Alvarado
Ángel Alvarado
Jesús López
Fransisco Bauza
Basse
Trombone
Trombone
Trombone
Trombone
Congas
Pandero (requinto) - Chœur
Timbales
Bongo (Pandero)
Chant, Guiro
Pandero, Coro
Chant, Campana, Directeur
Tres
Piano

Iba A Se - 8/09 à 19h30

JPEG - 20.2 ko
Iba A Se (Orlando)

Le Latin-Jazz est souvent assimilé à une musique de mélomanes, certains affirmant même que la musique latine n’est destinée qu’au public de danse, et que le jazz en tant que musique sérieuse ne peut en aucun cas se rabaisser à convoler avec les rythmes latins. En réponse à cette vision quelque peu réductrice, Toros y Salsa s’est engagé depuis de nombreuses années en présentant des concerts de Latin-Jazz et défend avec conviction ce genre qui représente un des aspects importants de la musique latine.
Il incombe cette année au groupe Iba A Se de défendre haut et fort les couleurs de « l’afro-caribean Jazz » ; et les intentions du groupe sont limpides car elles ne cherchent qu’à servir une musique fédératrice et accessible à toutes les émotions pour peu que l’on veuille bien se laisser guider par ses émotions loin de toute idée préconçue.
Fondé par le percussionniste portoricain Edgardo Rodriguez et le saxophoniste dominicain Victo Payano, le groupe Iba a Se, résulte plus de l’aboutissement d’un concept, une manière de penser la musique que de la formation d’un groupe proprement dit.
Iba a Se est avant tout au service de la musique et sa musique ravira les inconditionnels du jazz et les amoureux des rythmes afro-caribéens.
Ce qui est frappant dans ce groupe c’est sa sobriété et le souci de la mise en place « en clave ». Le groupe est caractérisé par une base rythmique solide, parfois audacieuse et loin des clichés où se côtoient le jazz et le blues, la danza et la rumba, la musique yoruba et la bomba ; à aucun moment ces influences ne se confrontent ni ne s’opposent mais plutôt se complètent dans d’attirantes arabesques rythmiques qui font toute la richesse de leur musique.
Iba a Se s’imprègne de toutes les influences et nous propose un parcours initiatique entre rythme et harmonie, racines africaines et caribéennes.
On reste sous le charme du jeu puissant aux couleurs rythmiques variées d’Edgardo Rodriguez qui ne sont pas sans rappeler ses mentors Mongo Santamaria et Ray Barretto, l’inventivité de l’ancien pianiste d’Irakeré Tony Perez au jeu nuancé et dont la fougue habituelle est ici maitrisée pour soutenir l’ossature rythmique et cristalliser le lien entre les percussions et la basse, le phrasé fluide et les envolées empruntes d’un certain lyrisme du saxophoniste Victor Payano sans oublier la puissance rassurante des tumbaos progressistes de Eddie « Guagua » Rivera un des plus grands bassistes de la salsa et déjà un habitué du festival.
Iba A Se rend à sa façon un hommage vibrant à cette esquade de valeureux combattants du rythme, ces pères fondateurs qui n’ont jamais cessé d’œuvrer pour la fusion des genres et la reconnaissance du Latin-Jazz - Willie Bobo, Mongo Santamaria, Cal Tjader et plus récemment Ray Barretto.
Un concert unique en Europe qu’il ne faudra pas manquer tant l’approche artistique de ce groupe est différente.

Musicien Instrument
Edgardo Rodriguez
Victor Payano
Antonio Perez Gonzalez
Eddy « guagua » Rivera
Antony Castillo
Dimas Sanchez
Carlos Rodriguez
Carlos Sanchez
Timbales - Percussions
Saxophones , Flûte
Piano
Basse
Claviers
Batterie
Congas
Trompette - Flûte

Bailatino - 8/09 à 22h30 et 9/09 à 22h30

JPEG - 21.8 ko
Bailatino (Venezuela)

La venue du groupe Bailatino fondé en 1995 et originaire de Caracas constitue un événement à ne manquer sous aucun prétexte. Bailatino est l’arme fatale pour défendre les valeurs de la salsa dura !
Toros y Salsa se devait donc de les célébrer pour la première fois en Europe.
Depuis quelques années ce groupe s’impose en Amérique du Sud en dignes successeurs des grandes formations de l’ère salsa et chaque concert donné est le théatre d’improvisations et de soliis inspirés sans cesse renouvelés, les ingrédients indispensables pour obtenir le label de « salsa brava ».
Influencés par des groupes comme Grupo Mango, Federico y su Combo, Eddie Palmieri et Mon Rivera auxquels certains d’entre eux ont appartenus, les musiciens revendiquent avec fermeté une salsa sans concessions ; et bien que n’étant composé que de 9 musiciens alors que la plupart des formations de salsa en compte généralement plus de 12 ou 13, Bailatino constitue la meilleure preuve que quantité ne rime pas forcément avec qualité lorsqu’il s’agit de musique.
La spécificité du groupe réside tout d’abord dans son format même qui allie la tonalité ronde et suave des trombones et le registre aérien de la flûte. Une dualité surprenante nécessitant une maitrise parfaite de l’harmonie car navigant sans cesse entre unisson et polyphonie. Cette dualité sert d’écrin harmonique à une rythmique solide assurée par un des piliers de la salsa vénézuélienne, le grand percussionniste José « Cheo » Navarro. Il en résulte un répertoire à la signature musicale reconnaissable entre toute, résolument destinée aux danseurs et dont les textes n’oublient pourtant pas l’aspect revendicatif originelle de la salsa.
Et enfin comment résister à l’aura du chanteur Edgar « Dolor » Quijada déjà présent au festival en 2003 au côté du vibraphoniste Alfredo Naranjo. Une puissance dévastatrice et des soneos inspirés sont sa marque de fabrique. Un formidable sonero à la diction parfaite dans la plus pure tradition du style, une denrée rare de nos jours ! Sans oublier son compère Marcial Isturiz, chanteur solide évoluant dans un registre différent mais qui complète parfaitement la « pareja magica ». En respectant les fondamentaux du genre, « soneo » et improvisation instrumentale, tout en ayant réussi à créer leur propre sonorité, Bailatino est l’avenir de la « salsa brava ». De manière humoristique ils se revendiquent en tant que résistants de la salsa authentique loin des modes imposées par l’industrie du disque. C’est tout à leur honneur et nous les en remercions !

Musicien Instrument
Alberto Crespo
José « Mortadelo » Soto
Felipe Blanco
José « Cheo » Navarro
Edgar « Dolor » Quijada
Marcial Isturiz Chant
Eliel Rivero
Johan Muñoz
Alexis Escoba
Piano
Basse
Congas
Timbales, Bongos
Voix
Percussions
Trombone
Trombone
Flûte

JPEG - 16.8 ko
Dax Landes

Ville : Dax (Sud-Ouest, Département des Landes)

à 150 Km de Bordeaux - 50 Km de Biarritz - 80 Km de Pau

Renseignements Hébergements :
Office de Tourisme :

E. Mail : info@dax-tourisme.com

Site Internet : www.dax-tourisme.com

Adresse : 11 Cours Foch - 40100 Dax

Tél : 05 58 56 86 86

Fax : 05 58 56 86 80


[1] Lisez nos articles sur l’édition 2006 ICI.

  • Message 1
    • par Orquesta Ceiba, 29 mai 2007 - XIII ième FESTIVAL TOROS Y SALSA - Programme

      Merci Dax !! Fabuleux programme !!! Avec Grupo Esencia et son chanteur Alberto Texeira qu’on avait pu admirer à Vic aux cotés de Bobby Valentin (mémorable...)

      Gracias y Suerte

      PS : Soit dit en passant, petit mot à propos de "l’autre" festival : effectivement, No Comment !

      • par , 10 septembre 2007 - XIII ième FESTIVAL TOROS Y SALSA - Programme

        Week-end décevant dans son ensemble. Grupo esencial notamment qui a joué des morceaux de plena longs et chiants. Sans compter les faussetés des soneros de Chappottin y sus Estrellas. Ils chantaient tous ensemble mais sur un ton différent des instruments (notamment de la basse)... (A moins que cela soit un nouveau genre musical !!! ;p)

        Le groupe de Latin Jazz : Super !

        Pour terminer, dommage que la marie de Dax ne tienne pas compte de la présence des danseurs qui pleurent chaque année la présence de parquets non pas devant la scène ! (espace pour les spectateurs du concert) mais à droite et à gauche de la "fosse" !

        LATIN’OSSEGOR était beaucoup mieux cette année : que des groupes festifs et de la place pour les danseurs.

        • par guayacan, 11 septembre 2007 - XIII ième FESTIVAL TOROS Y SALSA - Programme

          Ce genre de message est dificile à commenter tant est grand le désaccord. De ce que j’ai pu voir du public, tout le monde n’a pas trouvé les morceaux de Grupo Esencia "long et chiants"... Quand à l’éventuelle "fausseté"... 1) tout le monde n’a pas ton oreille, 2) hors sujet pour moi (cf disques des Lebron ou encore les premiers disques de Willie Colon, une bande de jeunes qui savaient a peine ce qu’était la Clave...) .

          Ce qui fait que j’ai beaucoup aimé cette édition du festival c’est justement sa variété, et la qualité des musiciens. C’est aussi la joie que les musiciens avaient d’être là, leur bonheur de partager la scène entre leurs différentes cultures, leur générosité enfin à vouloir donner donner et donner le meilleur d’eux mêmes pour remercier Dax de l’accueil qui leur est fait.

          Existe t’il un autre festival mélant Son traditionel, Plena, Latin Jazz et Salsa ? Existe t’il un autre festival où l’on puisse écouter en même temps sur scène des chanteurs cubains portoriquains et vénézuéliens ?

          Enfin, en ce qui concerne les danseurs... Qu’ils aillent à Hossegor ou à Vic... De toutes façons, si c’est pour danser des pas de Salsa que ce soit sur du Son, de la Bomba, de la Plena, de la Danza ou que sais-je encore (comme j’en ai vu de nombreux le faire sur l’espace réservé aux handicapés...), je ne vois pas bien l’intérêt qu’ils trouvent dans les concerts.

          Dax, pour info, ce n’est pas un festival de groupes festifs pour les danseurs, mais avant tout un festival de musiciens où chaque année se produisent des rencontres uniques !

          Pour citer François Charpentier, la partie Salsa de Toros Y Salsa, c’est avant tout

          un festival pour les musiciens

          Et c’est probablement le seul au monde.

          • par , 17 septembre 2007 - XIII ième FESTIVAL TOROS Y SALSA - Programme

            Je partage tout à fait ce dernier avis. Même si j’aime danser et je l’ai fait avec bonheur devant les musiciens (petits pas sur place pour ne pas gêner les autres spectateurs), j’aime avant tout ne perdre aucune miette du spectacle musical. Quel régal musical que cette édition 2007 ! Que du bonheur avec tous les groupes avec une mention spéciale pour Iba A Se. Bravo François. Que de belles découvertes grâce à Toros y Salsa. Cela fait 5 ans que je viens... J’adore Toros y Salsa et je ne voudrais rater cet événement musical pour rien au monde. 35 musiciens sur un plateau, c’est vraiment exceptionnel... Merci Dax

          • par , 21 février 2008 - XIII ième FESTIVAL TOROS Y SALSA - Programme

            Du lourd cette année, et si certains trouvent Grupo Esencia chiant ... bhen on ne peut plus rien pour vous ! Si ça ce n’est pas festif !! Vive toros y salsa, un peu d’amérique latine à Dax, ça ne fait pas de mal !!!