Syndiquer tout le site

Article

Sombra Loca

Publié le 1er février 2006, par : Fabrice

Sombra Loca

- Interprète : Gilberto Santa Rosa
- Choeurs : Willie Torres, Jerry Rivas, Paquito Guzman, Adalberto Santiago
- Basse : Bobby Valentín, Andy Gonzalez
- Congas : Jimmie Morales, Sammy Garcia
- Guiro : Pichie Perez (guiro)
- Chekere : Edwin Bonilla
- Timbales : Pablo Padin
- Trompette : Jan Duclerc, Tommy Villariny, Bomberito Zarzuela, Luis Aquino, Chocolate Armenteros
- Trombones : Jorge Diaz, Toñito Vazquez
- Sax Alto : Jesus Caunedo
- Sax tenor : Ricardo Pons
- Piano : Jose M. Lugo, Leni Prieto

Original Traduction
Cada vez que llega un nuevo amanecer
Me levanto triste sin saber por qué
Siento una agonía que me da alegría y dolor después
A chaque fois que le jour se lève
Je me réveille sans savoir pourquoi je suis triste
J’éprouve une souffrance que me rend heureux et ensuite me fait mal
Si al menos supiera que fuera por ti
O fuera por alguien que me haga sentir
Este sentimiento y ese amor inmenso que antes no viví
Si au moins je savais que tu en étais la cause
Toi ou quelqu’un qui me fasse ressentir
Ce sentiment et cet amour immense que je n’ai pas vécu
Esa sombra loca que llega a mi cama
Siento que me toca, siento que me llama
Y al tratar de verla se pierde en la puerta
Y no aparece más
Cette ombre folle qui arrive dans mon lit
Je sens qu’elle me touche, je sens qu’elle m’appelle
Et en essayant de la voir, elle se perd derrière la porte
Et n’apparaît plus
Pienso en tus caricias, pienso en tu mirada
Y ese amor inmenso que antes tu me dabas
Y me siento alegre por tener tu cuerpo
Pero ya no estas...
Je pense à tes caresses, je pense à ton regard
Et cet amour immense que tu m’as donné
Et je me sens heureux de tenir ton corps,
Mais tu n’es pas là…
Ando por las calles como un loco más
Buscando un detalle para recordar
Para hablar con alguien y esperar que pase otro día igual
Je marche dans les rues comme un fou de plus
Cherchant un détail pour me souvenir
Pour parler avec quelqu’un et attendre que la journée passe
Al volver a casa y al pensar en ti
No se que me pasa que vuelvo a sufrir
Y no tengo duda que esa cara tuya me hace muy feliz
Je rentre à la maison en pensant à toi
Je ne sais pas ce qu’il m’arrive, je sais que je vais souffrir de nouveau
Et je n’ai aucun doute sur le fait que ton visage me rend très heureux
Esa sombra loca que llega a mi cama
Siento que me toca, siento que me llama
Y al tratar de verla se pierde en la puerta
Y no aparece más
Cette ombre folle qui arrive dans mon lit
Je sens qu’elle me touche, je sens qu’elle m’appelle
Et en essayant de la voir, elle se perd derrière la porte
Et n’apparaît plus
Pienso en tus caricias, pienso en tu mirada
Y ese amor inmenso que antes tu me dabas
Y me siento alegre por tener tu cuerpo
Pero ya no estas...
Je pense à tes caresses, je pense à ton regard
Et cet amour immense que tu m’as donné
Et je me sens heureux de tenir ton corps,
Mais tu n’es pas là…
Esa misma sombra que llega a mi cama
Esa que me toca, esa que me llama
Esa sombra oculta que me quita el sueño...
Esa eres tú !
Cette même ombre qui arrive dans mon lit
Celle-là qui me touche, celle-là qui m’appelle
Cette ombre cachée qui brise mes rêves
Celle-là c’est toi !

Merci à Moun, Begoñia et Christian