Syndiquer tout le site

Article

Roberto Roena Biographie II

Publié le 17 mars 2003, par : Chabelita

La suite...

2ème partie : L’Apollo Sound et la Fania

En 1969, Roena quitte El Gran Combo, suite à une mésentente avec Andy Montañez. Il forme son propre orquestre, baptisé Apollo Sound [1]. Et signe avec Fania International, une division de Fania Records de Jerry Masucci et Johnny Pacheco, pour le 1er album du groupe Roberto Roena Y Su Apollo Sound.

Ne sachant à l’époque ni lire, ni écrire la musique, Roena s’entoure des meilleurs musiciens et arrangeurs : Mario Ortiz, Bobby Valentín, Elias Lopés, Luis "Perico" Ortiz, Papo Lucca, Julio "Gunda" Merced, Louis García, Tito Rivera et Humberto Ramírez. Le grand compositeur Portoricain : Catalino Curet Alonso écrit le succès : Tu Loco Loco, Y Yo Tranquilo. On y trouve aussi El escapulario et El sordo. Et c’est Apollo Sound qui popularisa le classique de Bobby Capó Soñando con Puerto Rico. La caractéristique d’Apollo Sound est à cette époque d’aligner deux trompettes, un trombone, un saxophone tenor, une section rythmique (bongó, conga, timbales, basse, piano) et les voix. Une troisième trompette a été ajoutée au milieu des années 70.

Le talent de bongocero de Roena ne passe pas inaperçu : il rejoint la Fania All Stars au début des années 70 et a continué à enregistrer et à jouer en concert avec eux jusqu’à aujourd’hui. En leur compagnie il apparaît sur les films : Our Latin Thing (Nuestra Cosa) (documentaire réalisé en 1972, filmé en partie au fameux Club Cheetah à New-York) et Salsa (1976). On peut le voir jouer et danser sur la video Celia Cruz and Fania All Stars in Africa filmé au Zaïre en 1974. Son solo de bongó est le point fort de Ponte Duro sur Our Latin Thing (Nuestra Cosa) , en particulier lorsqu’il dépose le bongó et danse avec son oncle Anibal Vásquez [2].

Les trois premiers albums d’Apollo Sound comportent le même trio de chanteurs : Piro Mantilla, Dino Guy Casiano et Frankie Calderon. Le trompétiste Elías Lopés -qui a suivi Roena à son départ du Gran Combo- est directeur musical sur les 2nd et 3ème albums d’Apollo Sound . Ray Coen devient le pianiste attitré du groupe à partir du 2nd album. Roena dit qu’il a oublié les contraintes commerciales sur cet album et joué ce qu’il souhaitait : des versions instrumentales et du jazz. Cela ne s’est pas vendu, l’album n’a pas été réédité et de ce fait les collectionneurs se l’arrachent.

Tito Cruz remplace Mantilla en 1972 sur Roberto Roena Y Su Apollo Sound 4.

Casiano sera remplacé par Sammy González, membre du groupe de Tommy Olivencia, sur le 5ème album d’Apollo Sound en 1973, qui marque les débuts du tromboniste virtuose Julio "Gunda" Merced avec le groupe. Roberto Roena Y Su Apollo Sound 5 : un grand classique des années 70. Le groupe y trouve son style avec des succès comme : Cui Cui, Que Se Sepa et Ponte Duro.

Luis "Perico" Ortiz arrange les succès : Traición et Parece Mentira en 1974 sur Roberto Roena Y Su Apollo Sound 6. Roena le considérait alors comme son meilleur album. Les arrangements très recherchés rendent ce disque excellent. Le groupe intègre les influences musicales du jazz, de la musique brésilienne, de la soul et du pop américain, comme sur Ese soy yo. On y trouve une multitude de surprises musicales qui font qu’on peut écouter une chanson pour la 3ème fois et y faire de nouvelles découvertes. A savourer : Que Se Sepa (version plus longue que sur le 5ème album), l’introduction jazz de Herencia Rumbera, les changements de rythme et les crépitements tout au long de Traición qui vous donnent une irresistible envie de jouer du bongó.
En 1974 Roena participe à la réunion des membres fondateurs du groupe « Cortijo y su Combo » sur Juntos Otra Vez. Calderon et Cruz partent après le 6ème album d’Apollo Sound et José Papo Sánchez rejoint González en tant que co-chanteur sur Lucky 7 en 1976.

A noter la pochette de l’album très caractéristique des années 70 : coiffure « afro » à la « Jackson five », vêtements près du corps, couleur vive de la pochette. Mais le plus intéressant est à l’intérieur, dans la continuité du numéro 6, le groupe revient avec encore plus de trouvailles. Un vrai régal que d’écouter Mi Desengaño un grand succès, qui a été co-écrit et subtilement arrangé par Julio Merced, où on trouve un intermède de Samba, qui pourrait être incongru mais qui arrive tout naturellement au milieu du morceau. Nos épaules et nos pieds se mettent à bouger tout seuls grâce à l’humour et aux petits breaks de Fea. Autre morceau de choix Que Me Castigue Dios : la mélodie est prenante, le titre revient comme une litanie tout au long de la chanson et la fin est étonnante (Sur les improvisations de Rubén Blades, on entend une vache, un cheval,...parce qu’il en est question dans les paroles). A nouveau du jazz sur l’introduction de Me Le Fugue A La candela, J’ai échappé à la flamme chanson basée sur un fait divers : le bus utilisé lors d’une tournée dans les années 75-76 a pris feu et les instruments du groupe avec !

En 1977, Roena est encore bien entouré puisque Rubén Blades contribue à Para Ser Rumbero et Amistad Barata sur La 8va Maravilla. Là encore un album novateur.
La 8va Maravilla

González part et Tito Cruz revient pour le remplacer sur Roberto Roena Y Su Apollo Sound 9 en 1977. C’est l’une des meilleures ventes du groupe. Avec les voix de Papo Sanchez, Tito Cruz et Mario Cora, aux côtés des chœurs formés par Rubén Blades et Adalberto Santiago sur Marejada Feliz et La Distancia deux des plus gros hits salsa des années 70. On y trouve aussi le succès « Que Me Lo Den En Vida » et de nouvelles influences jazz sur Ya Ves No Te Quiero . Le groupe de Roberto Roena comprenait aussi à cette époque Lenny Prieto au piano, Cuqui Santos aux timbales, Papo Clemente aux congas, Pucho Soufront à la basse, Gunda Merced au trombone, Mario Cora et Dario Morales aux trompettes, Miguel Rodriguez pour la flûte et le sax.


Retour sur la première partie :
Roberto Roena Biographie I
La suite :




[1] Baptisé Apollo Sound car le groupe débute en même temps que le programme américain visant à envoyer le 1er homme sur la Lune.

[2] Anibal Vásquez Maître de Cérémonie de la Fania All Stars et grand danseur