Syndiquer tout le site

Article

Roberto Roena Biographie I

Publié le 10 mars 2003, par : Chabelita

Première partie d’une série de 4 sur la biographie de Roberto Roena.

1ère partie : Les débuts du Gran Bailarín

Qui est Roberto Roena ?

L’un des meilleurs joueur de bongó [1], membre des groupes de salsa les plus prestigieux. Il suffit de jeter un oeil à sa discographie pour se rendre compte que c’est quelqu’un d’incontournable. On le qualifie de légende vivante, d’icône de la salsa, du plus novateur des directeurs de groupe du monde de la salsa, de joyeux farceur de la salsa ou encore de fou. Ce qui laisse imaginer son talent et sa personnalité extravertie.

Pourtant il n’était pas vraiment destiné à jouer du bongó, né le 16 janvier 1940 dans le quartier Dulces Labios de Mayagüez à Puerto-Rico, il commence par danser -à 12 ans- aux côtés de son frère Cuqui et de son oncle Anibal Vásquez . Réellement doués pour la danse, ils gagnent un concours télévisé. C’est le début du succès : Roena sera désormais connu comme El Gran Bailarín (le grand danseur). Ce don pour la danse l’amènera jusqu’au Palladium de New-York.

En 1956, il se fait remarquer dans un programme de télévision par le percussioniste Rafael Cortijo. Ce dernier cherche un bongocero pour son groupe : Cortijo Y Su Combo. Il veut quelqu’un qui puisse danser et jouer des percussions en même temps. Or, si Roena danse très bien, il ne connaît rien à la musique. Qu’importe, Roena est jeune (16 ans) et Cortijo entrevoit tout le potentiel du jeune homme : il donne à Roena ses premières leçons de percussion. Roberto Roena commence en dansant et en chantant dans les chœurs de Cortijo Y Su Combo. Le bongó lui plait, il se lance et joue pour ce groupe entre 1957 et 1962.

En 1962, le pianiste Rafael Ithier quitte Cortijo Y Su Combo accompagné de 6 musiciens du groupe pour fonder El Gran Combo. Roena reste fidèle a Cortijo jusqu’à ce que celui-ci parte à New York. Ainsi, neuf mois après la fondation du Gran Combo, Roberto rejoint ses ex-camarades du combo de Cortijo. Engagé plus comme danseur que comme joueur de bongó, sa présence doit permettre au groupe d’avoir un visuel attractif lors de leurs passages à la télévision.

En 1967, Roena fait ses débuts en tant que directeur du groupe appelé Megatones avec Se Pone Bueno chez Alegre Records [2], produit par Pancho Cristal. Le panaméen Camilo Azuquita est le chanteur principal, et les chœurs sont assurés par les chanteurs du Gran Combo : Andy Montañez et Pellín Rodríguez. Ismael Quintana, à Puerto-Rico au moment de l’enregistrement, chante en duo avec Azuquita sur Que se fuñan.



[1] Le bongó c’est cet instrument de percussion composé de deux petits tambours juxtaposés recouverts de peau. A ne pas confondre avec les congas qui sont de grands tambours. En général, le bongocero joue aussi de la campana (cloche) et du güiro. Roberto Roena joue aussi des congas mais le bongó reste son instrument de prédilection.

[2] Cet album a été réédité en 1994 sous le titre Poderoso par le label Fania.