Syndiquer tout le site

Article

Ray Perez et los Kenya

Publié le 1er juin 2007, par : Gherson Maldonado

Los Kenya

Kenya était un des groupes préférés de Ray Pérez, cet orchestre a à peine vécu un an mais ses disques ont connu de nombreuses rééditions par la suite.

Ils ont marqué le paysage musical vénézuélien par des concerts comme celui du Nouveau Cirque de la Guaïra [1], où un public affamé a payé l’entrée à sa manière : ils ont fait tomber un mur !

“Les gens ne dansaient pas mais ils restaient fixés à ce qui se passait sur scène, c’était un spectacle avec une batterie et tout le punch qu’ils avaient sur scène, avec de surcroît des trompettistes qui étaient les meilleurs du pays ” [2]. Durant cette période ils ont enregistré 4 disques qui selon son fondateur sont étudiés par des musiciens colombiens et mexicains.

Un des fans de ce groupe n’était autre que l’immortel Tito Puente. Cet orchestre avait deux trompettes, mais rien de comparable à la Sonora Matancera, ni à Ricardo Ray, et même pas à son grand frère los Calvos.

Les "Kenya" ont cherché de nouvelles sonorités par exemple en substituant les timbales par une batterie.

Issus de los Calvos, le jeune Alberto Naranjo (27 ans) et le trompettiste Luis Arias abordent un Ray Pérez séparé de son précédent orchestre los Dementes. Ray s’entousiasme aussitôt et commence à travailler sur les arrangements en vue d’enregistrer chez le label Velvet. Ce travail abouti sort le 11 septembre 1968 Le Negrito Calavén ( [3], met sa voix sur le 1er enregistrement des "Kenya", un 45 tours avec les chansons : Hoculele et Omelembe.

Leur premier album sort à la vente en septembre 1968 sous le label Velvet LPV-1454 et le titre : Los Kenya. Avec la participation de deux des chanteurs les plus populaires du moment : Carlín Rodríguez, déjà séparé du Combo Latino et Calavén qui en fait toujours partie. On en retient un titre phare de l’histoire de la salsa -dédié à ses vieux compagnons des Dementes- où Carlín et Calavén façonnent l’anthologique "Te pongo a valer".

JPEG - 50.5 ko
1er album des Kenya

Quatre jours après le quotidien El Mundo annonce “le Sunday Party Group invite ses membres et amis le dimanche 17 septembre à fêter LE DEBUT MONDIAL DES KENYAS”. Le 20 septembre la presse publie de nouvelles références : [4]

JPEG - 71.6 ko

Qu’est le Kenya ? Le Kenya est un pays africain qui a obtenu son indépendance il y a 5 ans et qui contient 10 millions d’habitants mais qui aujourd’hui compte sur 7 vénézuéliens assimilés. Assimilés ? Comme vous l’entendez. Le pianiste Ray Pérez vient de fonder un conjunto -qu’il a appelé les "Kenya"-. Le groupe a fait ses débuts mondiaux dimanche dernier lors d’une réunion du Sunday Party Group. Dimanche prochain ils joueront une seconde fois pour Miryam Fletcher dans ce qui sera un dimanche Flamenco-Tropical au Key Club. Avec le Negrito Calavén qui est une sorte de gitan tropical, extraordinaire, comme l’est le rythme de ce conjunto.

Son second disque appelé : "Ronda del Guaguancó" est annoncé le 17 novembre 1968, comme pour le premier y participent Ray Pérez en tant que pianiste et arrangeur, Alberto Naranjo à la batterie, Lewis Vargas et Luis Arias “Elgui” aux trompettes, Miguel Silva “Cantinflas” à la basse, Alí Rojas “Cosabuena” au bongo, Pedro Guapachá aux Congas, Carlín Rodríguez à la voix principale, d’autres chansons sont vocalisées par Ray Pérez dont "Ronda del Guaguancó" et "Hoculele Navideño".

JPEG - 46.2 ko
2nd album des Kenya
Ronda de Guaguanco

Le 26 janvier 1969 sort leur 3ème enregistrement et le second chez Discomoda, avec les chanteurs Dimas Pedroza, Carlín Rodríguez et le Negrito Calavén.

La quatrième production sort le 6 juillet 1969, en remplacement de Dimas entre dans le groupe : Edmundo Vegas Francia [5] avec une allure de trinitaire qui amène Ray Pérez à la baptiser Larry Francia. Les choeurs sont à la charge de Carlín, Ray Pérez et Víctor Piñero. Naranjo a abandonné la batterie et on trouve aux timbales Rafael Arraiz “Calambre”.

JPEG - 28.9 ko
JPEG - 18.9 ko

Le groupe se maintient jusqu’en août 1969, quand en pleine préparation du cinquième album Ray Pérez jète l’éponge.

Leur dernier concert eut lieu au Palais de la Danse à Saint Martin avec Federico y su Combo, Nelson Pinedo, Las Cuatro Monedas le 1er août 1969.

Il est probable que Ray Pérez envisageait déjà son séjour à New York car dès le mois de septembre il commence à voyager régulièrement jusqu’en 1970 jouant avec Kako, Charlie Palmieri, Pete Rodríguez, Tito Puente. Juan Vené le 23 octobre 1969 publie dans le quotidien El Mundo :

"Les autes vénézuéliens que j’ai vu là-bas étaient le Grand Henry et Ray Pérez, l’un cherchant de nouveaux trucs à ajouter à son répertoire et son business, l’autre planifiant des contrats musicaux et préparant un voyage à Porto Rico...

Discographie Los Kenyas

Année Production Label et Numéro
1968 Los Kenya Velvet LPV-1454
1968 Ronda del Guaguancó Discomoda DCM-132
1969 Los Kenya Vol. II Discomoda DCM-665
1969 Ray Pérez y sus Kenyas canta Larry Francia Pyraphon LP-3352
    • Los Kenya. Velvet LPV-1454. 1968

Chansons : Cambiame el plato ; Descargan los timbales ; Hoculele ; Hoculele No. 2 ; Omelembe ; Opus 120 ; Record en TV ; Santa Elena ; Sonero soy ; Te pongo a valer

Musiciens : Miguel Silva (b) ; Alberto Naranjo (d) ; Ray Pérez (p, arr) ; Luis Lewis (tp) ; Luis Arias (tp) ; Pedro García "Guapachá" (c) ; Carlos Yanes "Calavén" (v) ; Carlín Rodríguez (v)

    • Ronda del Guaguancó. Discomoda DCM-132. 1968

Chansons : Brujerías ; Carta olvidada ; Hoculele navideño ; Homenaje a Benny ; llanto de angeles ; No salgas de tu barrio ; Oye mi orquesta ; Pongo la torta ; Ronda del Guaguancó ; Veni con la cabeza pa’ tras.

Musiciens : Miguel Silva (b) ; Alberto Naranjo (d) ; Ray Pérez (p, arr) ; Luis Lewis (tp) ; Luis Arias (tp) ; Pedro García "Guapachá" (c) ; Carlín Rodríguez (v) ; Ali Rojas "Cosabuena" (bg)

    • Los Kenya Vol. II. Discomoda DCM-665. 1969

Chansons : Al trigueño ; Carnaval a lo Ray ; Como las hojas ; El Hijo desobediente-corría siempre ; Esa mujer ; Ingrato Corazón ; Melenko No. 2 ; Pa’ la Cola ; Pa’ Puerto Rico ; Un clavel, una tarjeta y un lapiz

Musiciens possibles : Miguel Silva (b) ; Alberto Naranjo (d) ; Ray Pérez (p, arr) ; Luis Lewis (tp) ; Luis Arias (tp) ; Pedro García "Guapachá" (c) ; Carlín Rodríguez (v) ; Dimas Pedroza (v) ; Ali Rojas "Cosabuena" (bg) ; Carlos Yanes "Calavén" (v)

    • Ray Pérez y sus Kenyas canta Larry Francia. Pyraphon LP-3352. 1969

Chansons : Chocolate ; Como Bagk ; Cómo me voy a reir ; Linda Canción ; Mi sonsito ; Pilar ; San Juan Guaricongo ; Tengo Control ; Uvas verdes

Musiciens possibles : Miguel Silva (b) ; Rafael Arraiz “Calambre” (t) ; Ray Pérez (p, arr) ; Luis Lewis (tp) ; Luis Arias (tp) ; Julían Orta (c) ; Larry Francia (v) ; Memín (bg) ; Carlín, Victor Piñero y Ray Pérez (crs)

***

JPEG - 12.7 ko
Ray Perez y los Kenya
JPEG - 15.5 ko

Photo du logo = disque El Kenya ré-édité dans les années 90 sous : Siempre Afro Latino.

Traduction en français : Chabelita.


[1] LaGuaira : ville du Venezuela.

[2] Entretien avec Ray Pérez dans sa résidence de Guarenas le 17 juillet 2005.

[3] El Negrito Calaven (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

JPEG - 46.1 ko
El negrito Calaven
© album de Federico

Carlos Yanez (dit Calaven) chanteur de Los Kenya, Los Calvos, et "Federico y su Combo, (+) le mai 2003.

[4] El Mundo. 20 septembre 1968. Colonne : “El Gran Café”.

[5] Né le 17 novembre 1946, recommandé par Julián Orta, issu de San Agustín et ex chanteur des Caribes de Víctor Piñero.