Syndiquer tout le site

Article

2006 Tempo Latino / Quelques mots de Cheo Feliciano

Publié le 1er septembre 2006, par : Carlomambo, guayacan

Juste avant de monter sur scène lors de son passage à Tempo Latino (concert du 28 juillet 2006 à Vic Fezensac), Cheo a eu l’amabilité de nous consacrer quelques instants.

JPEG - 21.3 ko
Cheo, Guayacan

BuscaSalsa : Bonsoir Maestro, merci beaucoup pour ces quelques minutes, combien de fois êtes vous venus en France ?

Cheo Feliciano : quelque chose comme 6 ou 7,

BS : Etiez vous déjà venu à Vic ??

CF : Non, c’est la première.

BS : Qu’est-ce que l’on ressent à venir en Europe après avoir tant voyagé ?

CF : C’est toujours émouvant de venir en Europe, car ici s’unissent toutes les races, toutes, et nous célébrons ensemble comme une grande famille. Ce n’est pas la même chose quand on va en Colombie ou dans d’autres endroits. Tout le monde est ici et nous somme réellement une grande famille. Et ça me fait me sentir réellement très bien.

BS : Nous savons que vous avez travaillé avec Yuri Buenaventura, un colombien dont la carrière à commencé en France, vous avez rencontré Deldongo à la dernière Feria de Cali, vous allez jouer ce soir avec Mercado Negro un orchestre basé en Suisse, que pensez vous de la musique qui se fait actuellement en Europe ?

CF : Je crois qu’il y a un très grand intéret et une autenticité dans ce qui s’y fait, au delà du fait que les musiciens soient suisses ou français ou ... il y a une conscience de ce qui est en cours, et un grand coeur. Et l’union des latino américains en cela le complète. Pour moi, c’est un travail très important qui se doit d’être écouté là-bas aux Etats Unis.

BS : Aujourd’hui à Porto Rico il y a le mouvement Salsaton, on dirait que le monde marche à l’envers, quand en Europe on revient aux racines de la Salsa, Porto Rico s’en éloigne...

CF : Et bien je crois que notre salsa est noble. Mais tous les quatre ou cinq ans pour dire un nombre, il survient une nouvelle mode. La Salsa recule d’un pas et la laisse passer. Et ensuite elle revient de façon percutante. Cette fois il s’agit du reggaeton... et des fusions ont lieu avec la Salsa, c’est une autre de ces modes de changements que l’on observe régulièrement autour de la Salsa.

BS : Vous n’avez donc pas peur pour le futur de la Salsa ?

CF : Non, non, non, la Salsa c’est pour toujours !

BS : Mille mercis maestro !

JPEG - 33.3 ko
Carlomambo, Cheo Feliciano, Osman

Ecoutez l’entrevue (en V.O., les sous titres sont à lire ci dessus) :