Syndiquer tout le site

Article

Que Me Castigue Dios

Roberto Roena

Publié le 5 janvier 2003, par : Chabelita

Une chanson à part : une musique un peu folle et des paroles à la hauteur, du pur Roena.

Que Me Castigue Dios

« Que me castigue Dios » des paroles pur sucre sur une histoire d’amour qui prend un mauvais tournant. Avec en bonus un Ruben Blades qui improvise à la fin de la chanson (sur un fond musical très particulier : on entend une vache, un cheval et bien d’autres bizarreries). Dans une interview [1] Roberto Roena présume que Ruben ne parle pas d’une femme dans son improvisation mais d’un homme (il s’agirait de Jerry Masucci).

Roberto Roena Y Su Apollo Sound
Album : Lucky 7 ; label International 907
Année : 1976
Enregistré au Good Vibration Sound Studio, N.Y.C.
- Produit par : Roberto Roena
- Compositeur : Marcelo Salazar
- Arrangements : Luis "Perico" Ortiz
- Sammy Gonzalez : Voix principale
- Rubén Blades : choeur
- Roberto Roena : solo de Bongós
- Luis "Perico" Ortiz : solo de trompette
- Mario Alvarez : Trompette
- Dario Moralez : Trompette
- Fernando Marcano : Trompette
- Miguel Rodriguez : Tenor sax, flûte
- Julio Merced : Trombone
- Carlos Rodriguez : Piano
- Papo Clemente : Conga
- Pucho Soufront : Basse
- Cuqui Santos : Timbales

Original Traduction
No vuelvas a buscarme
No vuelvas a inquietarme
Que todavia te quiero
Igual o más que ayer
Es cierto que al mirarte
Me ha dado mucho gusto
Lo menos que esperaba
Era volverte a ver
Ne reviens pas me chercher
Ne reviens pas m’ennuyer
Car je t’aime toujours
Autant voire plus qu’hier
C’est sûr qu’en te voyant
Cela m’a fait très plaisir
J’espérais au minimum
Te voir de nouveau
Fue tanta mi alegria
Que tuve lo confunso
De estrecharte mis brazos
Y ponerme a llorar
Pero cuando me acuerdo
De lo que tu me has hecho
Ni loco, te lo juro, te volvere a besar
Y todo por tu culpa mamí
Ma joie fut si grande
Que je t’ai confusément
Pris dans mes bras
Et me suis mis à pleurer
Mais quand je me souviens
De ce que tu m’as fait
Je te jure que même fou, je ne t’embrasserai plus
Et tout cela par ta faute ma chérie
Desde que te conozco
Me has hecho tanto daño
Que si no te he matado
Es por respecto a Dios
Hay alguien aquí en odio
A ese typo que quieres
Pero ni al mismo quiero verlo como estoy yo
Depuis que je te connais
Tu m’as causé tant de préjudices
Que si je ne t’ai pas tué
C’est par respect pour Dieu
Il y a quelqu’un ici qui déteste
Ce type que tu aimes
Mais même lui je ne veux pas le voir dans l’état ou je suis
Yo se que andas diciendo [2]
Que el día que tu lo quieras
Me tendras en tus brazos
Implorando tu amor
Je sais que tu dis
Que dès que tu le voudras
Tu m’auras dans tes bras
Implorant ton amour
Es cierto que te quiero
Pero aún yo tengo verguenza
Y si vuelvo contigo
Que me castigue Dios
Il est certain que je t’aime
Mais j’ai ma fierté
Et si je retourne avec toi
Que Dieu me punisse
Y si vuelvo contigo
Que me castigue Dios
Et si je retourne avec toi
Que Dieu me punisse
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Y si vuelvo contigo
Que me castigue Dios
Et si je retourne avec toi
Que Dieu me punisse
Prefierio una y mil veces que te vayas
Que me castigue Dios
Te juro por mi madre, mira
Te juro por Dios
Que me castigue Dios
No vuelvas a buscarme
No vuelvas a inquietarme mujer
Que me castigue Dios
Que yo contigo no quiero volver
Que me castigue Dios
Vete, vete, vete, vete, vete te digo yo
Que no te quiero no
Que me castigue Dios
Je préferre mille et une fois que tu t’en ailles
Que Dieu me punisse
Je te jure sur ma mère, regarde
Je te jure devant Dieu
Que Dieu me punisse
Ne reviens pas me chercher
Ne reviens pas m’ennuyer, femme
Que Dieu me punisse
Je ne veux pas retourner avec toi
Que Dieu me punisse
Va-t-en, va t’en,…je te dis
Car je ne t’aime pas
Que Dieu me punisse
Aunque me lo pidas
Aunque me rueges
¡ Nada !
Même si tu me le demande
Même si tu me supplies
Rien !
Y si vuelvo contigo
Que me castigue Dios
Et si je retourne avec toi
Que Dieu me punisse
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Y si vuelvo contigo
Que me castigue Dios
Et si je retourne avec toi
Que Dieu me punisse
Mejor prefiero verme
Bajo la rueda de un trole
Je préferre me voir
Sous la roue d’un tramway
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Nunca pude imaginar
Que llegara la traición
Je n’aurais jamais pu imaginer
Que viendrai la trahison
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Por eso, por eso, por eso
Te digo yo
Pour cela, pour cela, pour cela
Je te dis
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Salte de mi presencia mujer Sort de ma présence, femme
Que me castigue Dios Que Dieu me punisse
Ruben Blades Ruben Blades
Que se me seque la boca,
Si yo te vuelvo a besar,
Y si te vuelvo a mirar,
Que se me nuble la vista,
Me cansó tu mal aliento,
Que nunca te reproché,
También te huelen los pies…
Y sé que ni los gusanos,
Contigo meterán mano,
Ay ese día en que te mueras,
Como una vaca cualquiera [3],
Y yo un caballo [4] con clase,
Y ojalá que un trol te pase por encima en la cabeza,
Pa’que saque la sucieza con que tú a mí me trataste.
Que ma bouche s’assèche,
Si je t’embrasse de nouveau,
Et si je te regarde encore,
Que ma vision se trouble,
Ta mauvaise haleine m’importune,
Que je ne t’ai jamais reproché,
Tes pieds sentent aussi…
Et je sais que même les vers,
Ne veulent pas de toi
Aïe ce jour où tu mourras,
Comme une vache quelconque,
Et moi comme un cheval avec classe,
Et j’espère qu’un tramway te passeras sur la tête
Pour que sorte la saleté avec laquelle tu m’as traité.

[1] interview de Roberto Roena par Eric González sur Oasis Salsero

[2] C’est un peu plus fort que ce que j’ai traduit : "se répendre en disant"

[3] Remarquez qu’on entend une vache

[4] Remarquez qu’on entend un cheval