Syndiquer tout le site

Article

Plantación Adentro

Rubén Blades

Publié le 19 mai 2003, par : Montunero

L’indien Camilo Manrique est mort des coups du contremaître, ce qui est entièrement normal... du point de vue des colons propriétaires des terres à l’époque évidemment...

Chanson évoquant le douloureux passé des plantations d’Amérique Latine où on entend Rubén Blades imiter plusieurs instruments (trombone, cuica) pendant les mambos

Plantación Adentro

Artiste : Rubén Blades
Album : Metiendo Mano
Producteur : Willie Colón
Référence : Fania JM500 (1977)

Compositeur : Tite Curet Alonso
Arrangeur : Willie Colón

- Rubén Blades : Voix, guitare acoustique, choeurs
- Willie Colón : Trombone, gong, percussions, choeurs
- Angel Papo Vásquez, Lewis Kahn : Trombones
- Salvador Cuevas : Basse
- Milton Cardona : Conga, clave, drums, quinto, choeurs
- José Mangual Jr. : Bongós, maracas, percussions, choeurs
- Nicky Marrero : Timbales
- José Torres : Piano
- Tom Malone : Tuba, harpe midi

Original Traduction
(hablado)
Es el año 1745
En America Latina
El indio trabaja en las plantaciones
Bajo el palo implacable del mayoral
(parlé)
Nous sommes en 1745
En Amérique Latine
L’indien travaille dans les plantations
Sous le joug implacable du contremaître
Sombras son la gente
Alalalalalalala
Sombras son la gente
Alalalalalalala
Les gens ne sont que des ombres
Alala…
Les gens ne sont que des ombres
Alala…
Plantación adentro, camará
Es donde se sabe la verdad
Es donde se aprende la verdad
Au cœur des plantations, mon ami
C’est là qu’on connaît la vérité
C’est là qu’on apprend la vérité
Dentro del follaje y de la espesura
Donde todo viaje lleva la amargura
Au milieu du feuillage et des fourrés
Où tout voyage mène à l’amertume
Es donde se sabe, camará
Es donde se aprende la verdad
C’est là qu’on sait, mon ami
C’est là qu’on apprend la vérité
Camilo Manrique falleció
Por golpes que daba el mayoral
Y fue sepultado sin llorar
Una cruz de palo y nada más
Camilo Manrique est décédé
Des suites des coups du contremaître
Et il fut inhumé sans un pleur
Une croix de bois, rien d’autre
(coro : )
Camilo Manrique falleció
Plantación adentro camará
(chœur : )
Camilo Manrique est décédé
Au cœur de la plantation, mon ami
Plantación adentro, camará
Sombras son la gente y nada más
Au cœur des plantations, mon ami
Les gens ne sont que des ombres, rien de plus
(coro) (chœur)
Se murió el indio Camilo
Por palo que daba el mayoral
L’indien Camilo est mort
A cause des coups du contremaître
(coro) (chœur)
Que el medico de turno dijó así :
"Muerte por causa natural"
Et le médecin de garde a dit ainsi :
"Mort de cause naturelle"
(coro) (chœur)
Claro, si despues de una tunda de palo
Que te mueras es normal
C’est sur qu’après une raclée au baton
Si tu meurs c’est normal
(coro) (chœur)
Acostarse tarde y despertar temprano
Rumbo pa’l cañaveral
Se coucher tard et se lever tôt
En route pour la plantation [1]
(coro) (chœur)
Tierra, selva, sol y viento
Indio y el palo mayoral
Terre, forêt, soleil et vent
Un indien et les coups du maître
(coro) (chœur)
(instr : mambo) (instr : mambo)
(coro) (chœur)
Plantación adentro, camará
Sombras son la gente y nada más
Au cœur des plantations, mon ami
Les gens ne sont que des ombres, rien de plus
(coro) (chœur)
Selva verde, selva traga
Selva nunca dice na’
Forêt verte, forêt profonde [2]
Forêt qui ne dit jamais rien
(coro) (chœur)
Recoge el café y coge pa’lla
Sino te pega el mayoral
Ramasse le café et cueille là-bas
Sinon le maître te frappe
(coro) (chœur)
Camilo Manrique falleció
Y fue enterrado sin llorar
Camilo Manrique est décédé
Il a été enterré sans un pleur
(coro) (chœur)
Que es un triste monumento
Una cruz de palo y nada más
Quel triste monument
Une croix de bois et rien d’autre
(coro) (chœur)
Oye, lo que digo es la verdad
Sombras son la gente y nada más
Ecoute, ce que je dis est la vérité
Les gens ne sont que des ombres, rien de plus
(coro) (chœur)
(instr : mambo) (instr : mambo)

[1] cañaveral : plantation de canne à sucre

[2] tragar : engloutir