Syndiquer tout le site

Article

Pijuán - Biographie

Pianiste et directeur d’orchestre portoricain

Publié le 1er février 2007, par : Chabelita

Dans les années 60, chaque hôtel de Porto Rico employait en moyenne 40 musiciens, ce qui a permis à de grands orchestres de s’y faire connaître en jouant bomba, plena, boleros, sambas, merengues, pachangas et mambos.

L’un des personnages les plus importants de cette scène musicale était le pianiste Pedro Juan Piñero González, mieux connu sous le pseudo Pijuán.

Très inventif, il a combiné la bomba et la plena avec le jala jala et le calypso, signant ainsi son identité musicale.

Il a créé une salsa lourde, dansante et sans excentricité, appelée “salsa de salon”.

Pijuán est né à Río Piedras (Porto Rico), le 29 août 1942. Sa mère l’a incité à étudier le piano dès l’enfance, tandis que son père lui faisait écouter les grands disques de l’époque.

A l’université il intègre son 1er orchestre « Los Armónicos » avec qui il expérimente la scène.

En 1962, Pijuán entre dans le quatuor de Humberto Morales en tant que remplaçant.

Après une autre expérience de quatuor, il se retrouve dans le combo de Paquito López Vidal, qui jouait à l’hôtel Condado Beach, considéré comme un des meilleurs lieux de travail pour les musiciens.

En 1964, il se jette à l’eau et décide de former son propre orchestre : un quatuor avec Cuco Rivera, Ramón Rivera et Reynaldo Santiago. Ils sont engagés dans un lieu appelé La Barraca où ils interprètent les grands succès de Xavier Cugat, La Panamericana, Joe Cuba et Fernando Álvarez.

Il se fait repérer par l’hôtel Condado Beach qui lui propose un travail dès 1965. Sur cette scène le groupe s’est élargi en sextuor, composé par Pijuán, Cuco Rivera, Ramón Rivera, Reynaldo Santiago, Neftalí Piñeiro et Paquito Álvarez.

Le label Borinquen s’intéresse à lui et le produit : le premier album du groupe sort en 1966 “Swing with the Tide at the Tradewinds with Pijuan and his Sextet” et comprend les chansons “Param-pam-pam”, “Entrega total”, “Eres todo para mí” et “Descarga de Pijuán” entre autres. On y trouve les arrangements personnels de Pijuán.

JPEG - 15.4 ko
Pijuan
Shing-A-Ling y Boogaloo (1967)

Son second album “Shing-A-Ling y Boogaloo” (1967) rencontrera un plus large public, grâce aux chansons “Do You Shing-A-Ling” et “Shake It Don’t Brake It Boogaloo”.

Parallèlement Pijuán devient producteur pour le label Hit Parade.

En 1968 se termine sa collaboration avec l’hôtel Condado Beach, alors qu’il sort son 3ème disque “Estamos en todas”, où on retrouve le succès “La bala de plata” et surtout Roberto Roena au bongo. Notez au passage la beauté de la pochette, on n’en fait plus des comme ça !

JPEG - 13.8 ko
Pijuan
Estamos en todas (1968)

Son orchestre -toujours en 1968- est engagé à l’hôtel Caribe Hilton qu’il quittera en 1969 pour le prestigieux hôtel San Juan, il y reste 2 ans ce qui lui permet de gagner beaucoup d’argent.

Par la suite la valse des hôtels va se poursuivre.

Au début des années 70, il enregistre trois microsillons sous le label Kubaney :

  • "Ahora sí » (1970)" avec les succès “La Maestranza” et “A bañar el caballo”.
  • « Ahora es cuando... é » (1970), avec les thèmes “Macondo” et “Qué será de mi doña, qué será de mis hijos y qué será de mi hogar”,
  • « Arráncame la vida » qui comprend le boléro éponyme, un des plus grands succès de sa carrière.

En juin 1971 il revient avec son orchestre à l’hôtel Caribe Hilton de San Juan, considéré alors comme la meilleure scène du pays.

En 1972, il sort “El nuevo álbum de Pijuán y su sexteto” chez le label Melón Records. Puis son 1er disque de Noël en 1973 avec le hit “El chorrito de pitorro”.

En 1973 il produit le premier programme de salsa à la télévision portoricaine : “La factoría de la salsa”, qui débouchera sur le disque du même nom “La factoría de la salsa” (1974).

Une paralysie faciale l’éloigne de son programme TV mais il continue à produire d’autres artistes (Orlando Pabellón, el Conjunto Quisqueya, la Puerto Rican Power, Harry Fraticelli, Las Hermanas Fraticelli et Rafy Escudero).

Parallèlement il créé le collectif Melón All Stars : réunion des artistes du label dans une trilogie de disques de Noël (1975, 1980 et 1981).

Les 33 tours suivants de Pijuán sont “Merengues a lo Pijuán” (1977), “Salsa de salón” (1978), “Emociones” (1979), “Pijuán, temas de amor” (1982) et “El premio gordo del sabor” (1986).

Quittant le Caribe Hilton pour l’hôtel Palace, il inaugure dans la foulée la salle “La taberna bohemia”, en 1985, restée ouverte jusqu’en 1993. Date à laquelle il travaille pour l’hôtel El Conquistador à Fajardo.

Pijuán avec ses éternelles lunettes noires continue à se produire encore aujourd’hui. En décembre 2006/janvier 2007 il était dans un restaurant du quartier Condado à San Juan de Porto Rico. Et il avouait se dédier à un public d’âge mûr. Il anime et produit aussi un programme TV musical et d’interviews [1].

JPEG - 28.8 ko
Pijuan 2007

Source :

  • Historia de la Salsa
  • Journal Primera Hora (Porto Rico) du jeudi 21 décembre 2006
  • Journal Vocero (Porto Rico) du mardi 26 décembre 2006

Discographie :


[1] "Con la música x dentro", sur TeleOro (canal 13 à Porto Rico) les lundis, mardis et mercredis, rediffusés les vendredis, samedis et dimanches.