Syndiquer tout le site

Article

Oyé

Publié le 1er mai 2007, par : mme Kalalu, tlacatlolli

Rubén Blades est panaméen, précision utile avant de lire les paroles de cette chanson.

Notre chanteur-avocat est actuellement Ministre du Tourisme au Panama. Il vient d’organiser le carnaval du Panama laissant une large place aux salseros en 2007.

- Album : Tras la Tormenta de Willie Colon et Rubén Blades (1995).

Rubén Blades, chant
Marc Quiñones, Bongos
Oscar Hernández, arreglos
Robert Allende, tumbadoras, quinto

Original Traduction
Oye !
Qué linda suena
La saloma de un montuno en el llano,
Es el canto immemorial de un hermano
Despertando a Panamá.
Ecoutez !
Comme elle sonne bien
La saloma [1] d’une colline dans la savane [2]
C’est le chant immémorial d’un frère
Qui réveille Panama.
Lleno de sentimiento,
Y pasion, por ésta tierra sagrada,
Donde nace una esperanza adornada
De un amor multicolor.
Chargé de sentiment
Et passion, pour cette terre sacrée
D’où naît un espoir orné
D’un amour multicolor.
Qué lindas son las mañanas,
Y las tardes en sus campos !
Qu’ils sont beaux les matins
Et les après-midis dans ces champs !
En las noches, entre estrellas, la luna viaja
Sobre el río y sobre el mar.
Les nuits, entre les étoiles, la lune voyage
Sur la rivière et sur la mer.
Dulce es el perfume de las flores
Y el aroma del Monte.
Doux est le parfum des fleurs
Et l’arôme de la Montagne.
Entre nubes de carmín, y horizonte,
Otra vez se oye el cantar.
Entre nuages carmins, et l’horizon
Une fois de plus s’entend ce chant.
Lo lindo que suena esa saloma en el monte !
Saludando a la mañana y la manigua responde
Qu’elle sonne bien cette saloma sur la montagne !
Saluant le matin et la manigua [3] répond.
De Toabré a Cerro Iglesia, de Chorrera hasta el Copé ;
De Divalá hasta Pacora, de Calobre hasta Utivé.
De Toabré [4]à Cerro Iglesia [5], de Chorrera [6] jusqu’à Copé [7] ;
De Divalá [8] jusqu’à Pacora [9], de Calobre [10] jusqu’à Utivé [11].
Despierta, Patria querida, desde el Tuira hasta Tolé Réveille-toi, chère Patrie, de Tuira [12] jusqu’à Tolé [13]
Es el cantar de mi tierra, de Limones a Aspavé ;
De Boquete una saloma devuelve Penonomé ;
Oyelanené !
C’est le chant de mon pays, de Limones à Aspavé ;
De Boquete [14] une Saloma rend Penonomé [15] ;
Oyelanené !
Papa Egoró, la Madre Tierra sagrada
De Emberá y de sonrisa interiorana,
Papa Egoró [16], la terre mère sacrée
D’Embera [17] et de sourire interieur
Mi país tiene un olor a naranja ;
Huele a jazmin, a coco, a piva y a esperanza ;
Mon pays a l’odeur d’orange
Il sent le jasmin, la noix de coco, la piva [18] et l’espoir ;
Hay mañanas de mil colores !
Iluminando y dando fuerza a la Patria de mis amores ;
Il y a des matins de mille couleurs !
Illuminant et rendant force à la Patrie de mes amours ;
Una sonrisa, de Puerto Armuelles al Darién ;
Una esperanza, de Bocas del Toro a Jaqué,
Despierta Patria !
Un sourire, de Puerto Armuelles à Darien ;
Un espoir, de Bocas del Toro à Jaqué,
Eveille-toi, Patrie !

[1] Saloma = modulation de la voix sans prononcer un seul mot, de la musique typique panaméenne.

[2] NDT : quand Blades parle de la saloma d’"un montuno en el llano", il y a un jeu de mot avec montuno, qui est aussi le costume traditionnel panaméen (guayabera, pantalon noir, sandales en cuir et sombrero pintado).

[3] Manigua = petit oiseau ; Manigua veut aussi dire "maquis".

[4] Toabré, ville de la province de Coclé, Panama.

[5] Cerro Iglesia, ville de la province de Chiriqui, Panama.

[6] Chorrera est un district de la province de Panamá, au Panama.

[7] Copé secteur et parc national de la région de Coclé, Panama.

[8] Divalá, ville de la province de Chiriqui, Panama.

[9] Pacora : ville de l’Est de panama.

[10] Calobre ville sur le district de Veraguas, Panama.

[11] Utivé : ville de la province de Panama, Panama

[12] La rivière Tuira est située dans la province de Darién à l’est du Panama.

[13] Tolé, ville de la province de Chiriqui, Panama.

[14] Boquete, ville de la province de Chiriqui, Panama.

[15] Penonomé est la capitale de la province de Coclé au Panama. L’origine du nom de la ville vient des mots "Penó Nomé". Nomé était un chef indien d’une tribu locale, qui fut mis à mort par les colonisateurs espagnols. "Penó Nomé" signifie "Nomé fut exécuté.

[16] Movimiento Papa Egoró (MPE) = le parti politique de Rubén Blades. Papa Egoró c’est aussi "la Terre mère" dans le langage indigène Emera.

[17] Emberá est une région indigène du Panama. Elle fut créée le 8 novembre 1983 par la Loi n°22 avec les territoires de Chepigana et Pinogana de la province de Darién. Sa capitale est Union Choco.

[18] palmier-pèche ?