Syndiquer tout le site

Article

Mango / Descarga de los Barrios / El Trabuco Venezolano

La Salsa au Venezuela

Publié le 1er février 2005, par : Chabelita

Trois formations incontournables de la scène musicale vénézuélienne :

Mango

Des descargas improvisées par des musiciens de Caracas ont donné naissance en 1975 au Grupo Mango [1]. Au début sans structure fixe : chacun venait et participait à la descarga, les choses se sont peu à peu organisées autour de Moisés Daubeterre, le pianiste qui était aussi chanteur principal. Mango a toujours intégré les meilleurs musiciens locaux dont "Joe" Ruíz ("El Cumaco de San Juan"), leur sonero qui était considéré comme le meilleur de tous les temps mais dont la carrière a été bridée par l’industrie du disque locale. Le groupe officiel se réduisait à un sextet : Freddy Roldán (vibraphone), Moisés Ajoporro Daubeterre (piano et voix), Argenis Carmona (basse), José "Cheo" Navarro (timbales), Gustavo Quinto (congas) et Luis Enrique Gamboa (bongo et campana).

JPEGJPEG

Inspirés par Joe Cuba, ils ont toujours fait une musique créative et originale qui rendait frileuse l’industrie musicale. Malgré les difficultés, ils ont pu enregistrer grâce au producteur Orlando Montiel.

Le 1er de leurs disques

1er disque du GRUPO MANGO {JPEG}JPEG

qui comprend "Mango Mangue", fameux succès du "grupo Mango" qu’ils ont exporté dans le monde entier.

JPEG - 53.1 ko
MANGO (1975 ; CBS)

Une compilation de leurs meilleurs succès est sortie en 1998. Le groupe continue à se produire au Venezuela avec les musiciens suivants : Freddy Roldán, vibraphone et choeurs ; Alberto Borregales, timbales ; Argenis Carmona, basse et choeurs ; Elio La Cruz, congas et choeurs, Franklin Sánchez, voix ; Willie Melo, piano ; Edward Carmona, bongo, campana et güiro.

JPEG - 43.7 ko
MANGO (1980 ; CBS)

Descarga de los Barrios

Comme son nom l’indique la "descarga de los Barrios" supposait la réunion occasionnelle de divers musiciens qui se présentèrent dès 1978 dans différents quartiers de Caracas à l’appel du percussioniste Pedro Villoria. Les concerts se faisaient à l’air libre, en pleine rue, dans les quartiers les plus humbles alimentés par une saine passion musicale. Bien évidemment sans aucun appui de l’industrie disquaire, ce pourquoi ils n’ont jamais eu la moindre possibilité d’enregistrer quelque chose, de passer à la télé ou à la radio.

Un vieux souvenir.

El Trabuco Venezolano

En 1977, des musiciens vénézueliens décident de créer un "all stars", plus qu’un orchestre un mouvement de la salsa vénézuelienne. Sous l’impulsion d’Alberto Naranjo (bassiste et arrangeur) et d’Orlando Montiel (créateur de label qui a permis de sortir en disque), les musiciens ont été réunis dès le mois de juillet pour enregistrer le premier disque de salsa qui peut se définir comme « totalement vénézuélien ».

JPEG

Le but était d’enregistrer un produit de qualité au niveau des arrangements, avec une exécution plus proche du jazz. Dans ce disque, le morceau "El hijo del sonero" avec un solo du pianiste José "Cholo" Ortiz, de qualité exceptionnelle. Le but était de servir une bonne musique sans étiquettes, sur le modèle des magnifiques compositions ou orchestrations d’un Tito Puente, Chico O’Farrill,...

Alberto Naranjo (Caracas, 1941)
Il est l’une des icônes de la musique contemporaine vénézuélienne : compositeur, arrangeur, batteur, percussionniste, animateur radio, professeur de musique...

Victime directe de pressions, le Trabuco s’est vu systèmatiquement écarté des principaux modes de diffusion. Les musiciens loin de se décourager, ont offert d’extraordinaires récitals. Les musiciens ne vivaient pas du Trabuco, tous étaient professionnels et voyaient l’orchestre comme un refuge pour s’éclater avec leur musique.

JPEG - 70.7 ko
CLIQUEZ POUR AGRANDIR
Photo issue du livre de Cesar Miguel Rondon : "El Libro de la salsa".

Mars 1979, le Trabuco sort un second disque, un album très supérieur au premier ce qui est beaucoup dire. Ils déboulent dans la "salsa conciente" avec la chanson "Dón Simon" [2], ou plutôt une "cumbia conciente". Avec ce disque le Trabuco cesse d’être un simple orchestre, pour être un vaste mouvement de la Salsa. Y sont passées plus de 50 musiciens, tous pleinement reconnus comme les meilleurs du pays, parmi eux : Samuel del Real, Felipe Rengifo, Rafael Velázquez, Benjamin Brea, Moises D’aubeterre, Víctor Mestas, Carlos “Kutimba” Esposito, Gustavo Aranguren, Carlos “Nene” Quintero, Otmaro Ruiz, Jesús “Chu” Quintero, Trina Media, Carlos “Carlin” Rodríguez, Federico Britos, Orlando Poleo et beaucoup d’autres .
Chaque concert comprend plus d’une vingtaine de musiciens avec une ligne de cuivres interminable. Les versions des classiques du répertoire musical latinoaméricain comme : "Imagenes Latinas", "Bravo Rumbero", "Yo soy la Rumba", ou la version « boléro » du classique tango "Uno", pour n’en mentionner que quelques unes, sont une référence obligatoire pour celui qui veut connaître la musique caribéene. Après ces versions du "Trabuco Venezolano", personne n’a pu les surpasser.

Discographie du Trabuco Venezolano :

  • Trabuco Venezolano - 1977. YVKCT Conmusica. Chansons : (face A) Yo soy la rumba ; El tuerto ; Uno ; Compadre Pedro Juan ; (face B) Bravo Rumbero ; El Patúo ; Hasta que vuelvas ; El hijo del sonero.

    musiciens du disque de 1977 {JPEG}JPEGJPEG

  • Trabuco Venezolano 1979. YVKCT Conmusica. Chansons : Introducción ; Imágenes Latinas ; Don Simón ; Mi versión ; Tiene Saoco ; Popurrit de boleros ; El cumaco de San Juan.
  • Trabuco 3. 1980. YVKCT Conmusica. Chansons : Introducción ; El muñeco de la ciudad ; La música ; Compadre Pancho ; Siempre te vas en las tardes ; Tres días ; Maracucha ; El Gavilán.

    JPEG
    JPEG - 57.1 ko
    Trabuco 3

  • Trabuco-Irakere. En vivo en el Poliedro 14-05-81. 1981. Integra. Chansons : Vol. 1 : Tres días ; El cumaco de San Juan ; Formas libres ; La molinaria de Paisello ; Por romper el coco ; Vol. 2 : El guayo de Catalina ; Tres días ; El caramelo ; Introducción ; Imágenes Latinas ;
    JPEG - 8.9 ko
    Trabuco Irakere
  • Trabuco Venezolano. 1984. La flor y nata. 1984. Chansons : Desilusión ; Rosa de la noche ; No me engañas ; A pesar de usted ; La orquesta de moda ; No quiero confusión ; Alna blues.
    JPEG - 37.2 ko
    Flor y Nata
JPEG - 31.3 ko
Flor y Nata
JPEG - 30.9 ko
Flor Y nata
JPEG - 31.3 ko
Flor y nata

A ce jour ces vinyles n’ont pas été réédités en CD, excepté les deux compilations présentées plus bas.

En 1992, Naranjo produit « Imagen Latina » florilège des meilleures chansons du Trabuco. Des solistes avec une réputation déjà bien établie ont participé à ce projet : Simón Díaz et Cecilia Todd (musique traditionnelle et folklore national), Trina Medina, Canelita, et Vladimir Lozano, (salseros de renom), ; Maria Rívas, (pop star) et Aldemaro Romero (autre icône de la musique vénézuélienne).

Ce disque édité seulement au Venezuela, a été réédité 10 ans plus tard par Merusa Records.

  • Imagen Latina. 1992. Alberto naranjo y su trabuco - imagen latina. Merusa CD9253. Producciones León. Chansons : Al Fin Juntas ; Te Amo ; El Chivo ; Calipso de El Callao ; El Corazón del Caribe ; Se Baila Así ; Sin Tu Mirada ; Hace Rato ; Que Vale Más ; Señor Tiempo ; Amor de Alquiler ; Boleros Venezolanos (Soñando Despierto ; Me Queda El Consuelo ; No Volveré A Encontrarte) ; Sin Mañana Ni Ayer ; Alna’s Mambo. [3]
    JPEG - 12.7 ko
    Imagen Latina -Trabuco Venezolano
  • Retrospective volume 1
    JPEG - 12.1 ko
    Retrospective 1 - Trabuco Venezolano
  • Retrospectiva volume 2. 1995. Obeso/Pacanins. Chansons : Merengue ; El Muñeco de La Ciudad ; La Música ; Bravo Rumbero ; El Patuo ; Mi Versión ; Tiene Saoco ; Maracucha ; Brujeria ; Siempre Te Vas En Las Tardes ; Rosa De La Noche ; El Tuerto ; El Gavilán ; La Orquesta De Moda. [4]
JPEG - 10.6 ko
Retrospective volume 2

De nos jours Alfredo Naranjo continue sa carrière comme en 2000 avec le concert gratuit de sa formation Alberto Naranjo y su Latin Jazz Combo à Caracas ou plus récemment en France à Dax en 2003.


Principales sources :

- "El libro de la salsa" de Cesar Miguel Rondon.

- Vinyles relevés par Mauricio Marín / Caracas, Venezuela

- Interview d’Alberto Naranjo par Federico Pacanins (quotidien El Mundo de Caracas, 10/08/01).


[1] Rien à voir avec le groupe français du même nom.

[2] La chanson Don Simón -enregistrée en 1979 à Caracas- est une « cumbia » de Víctor Gutiérrez, compositeur colombien résident au Venezuela. Ses paroles rappellent le vieil idéal Bolivarien d’unité et d’intégration ; avec la voix de Moisés Daubeterre, les arrangements, la direction et la batterie d’Alberto Naranjo.

[3] Tous les détails sur ce disque en cliquant ici.

[4] Tous les détails sur ce disque en cliquant ici.

Documents joints

  • Document

    (JPEG – 27.7 ko)

  • Document

    (JPEG – 15.2 ko)

  • TV 1977

    (JPEG – 36.6 ko)

  • Message 1
    • par Chabelita, 28 juin 2005 - > Trabuco Venezolano

      Selon un relevé de Rafael Bassi Labarrera sur le forum herencialatina.com les deux 33 tours : IRAKERA/TRABUCO en vivo POLIEDRO DE CARACAS du 14 mai 1981 comportent les musiciens suivants dans les rangs du Trabuco :

      • ALBERTO NARANJO, arrangements, direction, batterie, percussions, choeurs ;
      • SAMUEL DEL REAL, piano accoustique ;
      • LORENZO BARRIENDOS, basse fender ;
      • JOSE CHEO NAVARRO, timbales ;
      • FELIPE MANDINGO RENGIFO, congas, choeurs ;
      • WILLIAM MORA, bongo, cloche ;
      • LUIS ARIAS, trompette ;
      • GUSTAVO ARANGUREN, trompette ;
      • JOSE DIAZ, trompette ;
      • MANUEL PEREZ, trompette ;
      • RAFAEL SILVA, trombone ;
      • ALEJANDRO PEREZ PALMA, trombone ;
      • LEOPOLDO PUCHO ESCALANTE, trombone ;
      • CARLOS DANIEL PALACIOS, voix ;
      • JOE RUIZ, voix ;
      • CARLOS SPOSITO, voix.

      Label : INTEGRA IG 10.039/10.041 1982 P.V.P

      • par luis pardo, 28 août 2006 - > Trabuco Venezolano

        Soy venezolano, de maracaibo para mas señas, estoy viviendo en

        españa y pronto saldre con mi programa de musica latina por una

        emisora cultural de la universidad Jaime Primero de Castellon,

        Valencia.

        este mensaje es para saludarles, agradecerles el esfur4zo de esta

        pagina y ponerme a su plena disposicion si en algun momento puedo

        serles util. un abrazo.