Syndiquer tout le site

Article

Maestra Vida

Rubén Blades

Publié le 24 décembre 2002, par : Salsita

Relevé des paroles et traduction en français effectués par SALSITA.

MAESTRA VIDA

Album : Maestra Vida II /Fania 577
Année : 1980
Produit par : Willie Colón

Avec ses albums "Maestra Vida" I et II [1] Rubén Blades introduit le concept de FOCILA (Folklore de Ciudad Latina), il veut décrire à travers ses chansons les chroniques urbaines de la communauté Latine, grâce à 3 personnages qui représentent 3 générations : Carmelo, Ramiro, Rafael.
L’album « Maestra Vida I » comprend la chanson « El nacimiento de Ramiro », la chanson "Maestra Vida" est une des suites.

- auteur compositeur : Rubén Blades
- Leopoldo Pineda : Trombone
- Jose Rodriguez : Trombone
- Lewis Kahn : Trombone
- Reinaldo Jorge : Trombone
- Willie Colon : Trombone
- Jose Torres : Piano
- Milton Cardona : Tumbadora, quinto, claves
- Jose Mangual Jr. : Bongós
- Salvador Cuevas : Basse
- Johnny Andrews : Timbales
- Ruben Blades : Voix, guitarre accoustique, maracas

Original Traduction
Todos los hechos lo condenaban
Las anecdotas y los recuerdos hablaban mal de el
Con los ojos enterrados en el piso
Sufriendo las malas jugadas de su existencia,
Ramiro recorrio las calles del barrio,
La misma esquina con su mismo olor.
Tous les faits le condamnaient
Les anecdotes et les souvenirs parlaient mal de lui
Les yeux rivés au sol,
Souffrant des mauvais choix de son existence,
Ramiro parcourut les rues du quartier,
Le même coin avec sa même odeur.
Todos los hechos lo condenaban,
Sin embargo nadie hablaba de su soledad,
De aquellos años en la carcel,
De las cosas que hizo y dejo de hacer,
De su eterna mala suerte.
Parado en la esquina,
Ramiro respondio las preguntas,
Que jamas le hicieron.
Despues de todo su unico premio era la vejez,
La misma recompensa
Que recibio su padre Carmelo,
La misma recompensa
Que de seguro recibiria su hijo Rafael.
Es una noche de Mayo de 1970,
Ramiro sigue en la esquina,
Solo como siempre.
Tous les faits le condamnaient,
Pourtant, personne ne parlait de sa solitude,
De ces années en prison,
Des choses qu’il avait faites et qu’il avait cessé de faire,
De son éternel manque de chance.
Arrêté dans la rue,
Ramiro répondit aux questions,
Qu’on ne lui avait jamais posées.
Après tout cela, son unique récompense était la vieillesse,
La même récompense
Qu’avait reçue son père Carmelo,
La même récompense
Que recevrait sans doute son fils Rafael.
C’est une nuit du mois de mai 1970,
Ramiro continue son chemin dans le quartier,
Seul comme il l’a toujours été.
Todos los hechos lo condenaban,
Sin embargo nadie hablaba de su soledad,
De aquellos años en la carcel,
De las cosas que hizo y dejo de hacer,
De su eterna mala suerte.
Parado en la esquina,
Ramiro respondio las preguntas,
Que jamas le hicieron.
Despues de todo su unico premio era la vejez,
La misma recompensa
Que recibio su padre Carmelo,
La misma recompensa
Que de seguro recibiria su hijo Rafael.
Es una noche de Mayo de 1970,
Ramiro sigue en la esquina,
Solo como siempre.
Tous les faits le condamnaient,
Pourtant, personne ne parlait de sa solitude,
De ces années en prison,
Des choses qu’il avait faites et qu’il avait cessé de faire,
De son éternel manque de chance.
Arrêté dans la rue,
Ramiro répondit aux questions,
Qu’on ne lui avait jamais posées.
Après tout cela, son unique récompense était la vieillesse,
La même récompense
Qu’avait reçue son père Carmelo,
La même récompense
Que recevrait sans doute son fils Rafael.
C’est une nuit du mois de mai 1970,
Ramiro continue son chemin dans le quartier,
Seul comme il l’a toujours été.
A tu escuela llegue,
Sin entender porque llegaba.
En tus salones encuentro mil caminos y encrucijadas
A ton école je suis arrivé,
Sans comprendre pourquoi j’y venais.
Dans tes salons j’ai trouvé mille chemins et carrefours [2]
Y aprendo mucho y no aprendo nada Et j’apprends beaucoup et je n’apprends rien
Maestra vida camara te da y te quita te quita y te da
Maestra vida camara te da y te quita te quita y te da
Maîtresse Vie, camarade, qui te donne, te prend, te prend et te donne
Maîtresse Vie, camarade, qui te donne, te prend, te prend et te donne
Paso por días de sol luz y de aguaceros
Paso por noches de tinieblas y de lunas
Paso afirmando paso negando
Paso con dudas
Entre risas y amarguras
J’ai traversé des jours de soleil, de lumière et d’averses
J’ai traversé des nuits de ténèbres et de lunes
J’ai affirmé, j’ai nié,
J’ai traversé des doutes
Entre rires et amertumes
Buscando el porque y el cuando
Maestra vida camara te da y te quita te quita y te da
Maestra vida camara te da y te quita te quita y te da
Maestra vida
En cherchant le pourquoi et le quand
Maîtresse Vie, camarade, qui te donne, te prend, te prend et te donne
Maîtresse Vie, camarade, qui te donne, te prend, te prend et te donne
Maîtresse Vie
De justicias e injusticias
De bondades y malicias
Aun no alcanzo a comprenderte
Maestra vida
Que segun o no perdona
Voy buscandote entre tus horas
Voy buscandote entre tus horas
De justices et d’injustices
De bontés et de mesquineries
Je n’arrive toujours pas à te comprendre
Maîtresse Vie
Qui pardonne ou non selon son gré
Je te recherche entre tes heures,
Je te recherche entre tes heures,
El espejo de los tiempos,
Para ver tus sentimientos
Y asi comprender tus cosas
Y vi espinas y vi rosas
Vi morir seres queridos
Vi bellezas fui testigo
De maldades y de guerras
Vi lo bueno de la tierra
Y vi el hambre y la miseria
Y entre el drama y la comedia
Avance entre agua y fuego
Y en dios me acuerdo primero
Solo en trance de morirme
O a veces cuando estoy triste
Más nunca si estoy contento
No dura agradecimiento
Pa’ aquel que nos da la mano
Tan pronto nos sale el clavo
Se olvida to’ el sufrimiento
Y tengo amigos conocidos y enemigos
Amores que me han querido
Y rostros que niegan verme
Me encontre frente a la muerte
Y en sus ojos vi el sentido
Y con el miedo conmigo
Asi yo apreníi a quererte
Y hoy sé que nada es seguro
Ya que todo es pasajero
La muerte es el mensajero
Que con la ultima hora viene
Y el tiempo no se detiene
Ni por amor ni dinero
La muerte es el mensajero
Que con la ultima hora viene
Y el tiempo no se detiene
Ni por amor ni dinero
Le miroir des temps,
Pour découvrir tes sentiments
Et ainsi comprendre tes choses
Et j’ai vu des épines et j’ai vu des roses
J’ai vu mourir des êtres chers
J’ai vu de grandes beauté, j’ai été témoin
De méchancetés et de guerres
J’ai vu le bon de la terre
Et j’ai vu la faim et la misère
Et entre le drame et la comédie
J’ai avancé entre l’eau et le feu
Et je ne me souviens de Dieu en premier
Que dans les moments où je frôle la mort
Ou de temps à autre quand je suis triste
Mais jamais si je suis content
La reconnaissance ne dure pas
Envers celui qui nous tend la main
Le clou nous vient si vite [3]
On oublie toutes les souffrances
Et j’ai des amis connus et des ennemis
Des amours passées
Et des visages qui font comme s’ils ne me voyaient pas
Je me suis trouvé face à la mort
Et dans ses yeux j’ai vu le sens [de la vie, sous-entendu]
Et la peur en moi
J’ai enfin appris à t’aimer
Et aujourd’hui je sais que rien n’est sûr
Et que tout est passager
La mort est le messager
Qui vient à la dernière heure
Et le temps ne s’arrête
Ni pour de l’amour ni pour de l’argent
La mort est le messager
Qui vient à la dernière heure
Et le temps ne s’arrête
Ni pour de l’amour ni pour de l’argent
Carmelo Carmelo Carmelo Carmelo
(Bolero) (Bolero)
Maestra vida
Me voy persiguiendo el tiempo
A ver si encuentro respuestas
Antes de la hora en que yo muera
Aunque me estoy resignando
A esta fatal realidad
Maîtresse Vie
Je poursuis le temps
Pour voir si je trouve des réponses
Avant l’heure à laquelle je mourrai
Bien que je finisse par me résigner
A cette réalité fatale
(Retour Salsa, début a capella) (Retour Salsa, début a capella)
Maestra vida camara te da y te quita te quita y te da (x4) Maîtresse Vie, camarade, qui te donne, te prend, te prend et te donne (x4)
Anda Allez !
Te da y te quita y te quita y te da (x4)
Ay maestra vida camara
Te da y te quita y te quita y te da
Pero te da te quita te quita y te da
Te da y te quita y te quita y te da (x3)
Qui te donne et te prend [4]et te prend et te donne (x4)
Ay Maîtresse Vie, camarade,
Qui te donne et te prend et te prend et te donne
Mais qui te donne et te prend et te prend et te donne
Qui te donne et te prend et te prend et te donne (x3)
 [5] Oye cuando tu menos lo esperas Regarde au moment où tu t’y attends le moins
Va la sorpresa camara Arrive la surprise camarade
Que el tiempo mira no se detiene Le temps vois-tu ne s’arrête pas
Ni por amor ni por dinero Ni pour de l’amour ni pour de l’argent
La muerte compa la muerte es el mensajero La mort, camarade, la mort est le messager
Que que que que con que que que que con Qui qui qui qui avec qui qui qui qui avec
Con la ultima hora viene A la dernière minute arrive
Cuando se murio Carmelo Quand Carmelo est mort
Senti un dolor tan profundo J’ai ressenti une douleur si intense
Que no hallo nada en el mundo Qu’il n’existe rien au monde
Con que poder consolarme Qui puisse me consoler
Carmelo Carmelo Carmelo Carmelo

[1] Pour plus d’informations sur l’opéra-salsa Maestra Vida

[2] ou bifurcations

[3] Très dur à traduire : cela signifie en gros que loin de remercier celui qui nous aide on lui cloue la main comme au Christ ; vu qu’il est en train de parler de Dieu

[4] Dans le sens "reprendre" ou "enlever"

[5] à partir d’ici, avant chaque vers le coeur "Te da y te quita y te quita y te da est repris