Syndiquer tout le site

Article

Los Soneros del Barrio

Publié le 1er janvier 2008, par : Chabelita

Los Soneros del Barrio

L’orchestre Los Soneros del Barrio est né de la rencontre du sonero Frankie Vázquez et du pianiste, directeur d’orchestre, compositeur et arrangeur : Martin Arroyo.

L’objet de la formation était de transmettre aux nouvelles générations une mémoire musicale, grâce à de nouveaux arrangements, une technologie et le talent de musiciens contemporains. Ces reprises étaient destinées tout spécialement aux danseurs. Le groupe a fait ses débuts sur scène à New York au S.O.B.’s le 22 novembre 1999.

Leur premier album était :

disque dédié aux soneros oubliés. Onze grands classiques remis au goût du jour : El Sonero del Barrio de Bobby Rodriguez, Soy Boricua de Robero Angleró, Salsa y Control des Lébron Brothers, El Numero Seis de Rubén Blades, Que Se Sepa de Roberto Roena, entre autres...

Malheureusement Martin Arroyo est décédé peu après l’achèvement de l’album, après le choc les "Soneros del Barrio" continuent l’aventure sans lui et pour lui.

Martin Arroyo
Né dans le Bronx, le pianiste, compositeur, arrangeur et directeur d’orchestre Martín Arroyo est décédé en décembre 2000 des suites de complications d’une récente opération du dos, âgé seulement de 35 ans. Diplômé du « Mannes College of Music » et de la « New School of Jazz and Contemporary Music ».
Arroyo a gagné deux fois le prix « Tito Puente Scholarship Fund Award ».
Il a travaillé avec Miles Peña, Víctor Waill, Johnny Ventura, Johnny Pacheco, Tito Nieves, Willie Colón, Héctor Lavoe, José Alberto, Paquito Guzmán, Frankie Ruiz, Anthony Cruz, Bobby Rodríguez, Hector Casanova, Ray de la Paz, Louie Ramírez, Pete "El Conde" Rodríguez, Grupo Fascinación, et Angel Canales.

Il sera remplacé par le pianiste, arrangeur et producteur Ricky González.

Leur second album voit le jour en 2001 :

il reprend une série de succès comme Trucutú de Tommy Olivencia, réarrangé par Ricky González. « Con Los Pobres » écrite par Tite Curet pour Roberto Roena, ce qui produit un album brillant (toujours avec la présence d’un saxophone baryton).

Leur 3ème et dernier album à ce jour :

  • Siguiendo La Tradicion, (Rumba Jams 1015 ; année 2003).

    JPEG

    Enregistré dans un studio dernier cri, contrairement aux deux autres albums réalisés dans des conditions plus modestes. Tout le monde s’accorde à dire que ce dernier album est le meilleur des trois (sauf peut être Frankie Vazquez qui a une préférence pour le 1er), il y a plus de maturité dans leur travail, un excellent Frankie Vázquez et de bons arrangements. Les chansons ont été choisies avec soin et sont particulièrement destinées aux danseurs. Il s’agit essentiellement de reprises : Canuto -d’Adalberto Santiago et la Tipica 73-, Babaila -de Tite Curet Alonso pour Pete « El Conde » Rodriguez-, Evelio y la rumba - de Tite Curet Alonso pour Tommy Olivencia-, Las mujeres son - d’Ismael Miranda-, Noche como boca e lobo - de Tite Curet Alonso pour La Sonora Ponceña - et Juana Peña -d’Hector Lavoe et Willie Colón. Mais aussi de deux compositions de Frankie Vázquez : Timboro et Soneros de Siempre. On retrouve sur toutes les chansons un saxophone baryton et la voix de Frankie Vázquez. [1]

On a pu voir l’orchestre en France à deux reprises en 2004. D’abord au Festival Tempo Latino de Vic-Fezensac :

    • consultez ICI l’article consacré à ce concert.

Puis à Toros y Salsa à Dax :

Los Soneros del Barrio à Toros Y Salsa 2004
Ceux-ci arrivaient tout droit d’Amsterdam où ils ont montré tout leur talent à un public chauffé par l’orchestre de Gerardo Rosales.
Ils sont montés sur scène au complet : on se rappelle qu’à Vic-Fezensac certains membres du groupe manquaient à l’appel pour cause d’engagement surprise (suite à l’annulation de Manny Oquendo y Libre). A la basse : Jerry Madera, aux timbales : Eddie Rivera, au sax baryton : Vincent Velez, au choeurs : David Sanchez, au bongo : Johnny "Dandy" Rodriguez qui n’étaient pas à Vic. Et les piliers qui nous ont envoutés le mois précédant dans le Gers : Frankie Vázquez (Chant et direction musicale), Ricky González (Piano), Jose Davila (Trombone), Richie Viruet (trompette), Willie Ruiz (Choeurs et güiro) et George Delgado (Congas).
Cette date en France s’annonçait marquante car elle coincidait avec l’anniversaire de l’illustre Johnny "Dandy" Rodriguez [2] qui accompagnait ce soir là les Soneros Del Barrio au bongo.
Tous ses amis étaient donc prêts à célébrer son anniversaire de la plus belle manière qui soit : en musique.
A peine avaient-ils terminé la 3ème chanson que les invités surprise (les musiciens des autres orchestres au programme du festival) sont apparus sur scène pour une "descarga" : Jimmy Sabater venu rejoindre son fils "spirituel" Ricky González, pour chanter, son compère José Mangual Jr, Eddy "Guagua" Rivera et sa basse, Eddie Rivera laissera ses timbales à son modèle : Endel Dueño, Ricardo Pons venu avec sa flûte, sans parler du petit chanteur colombien, le conguero de Son Boricua.
  • Un quatrième album était prévu pour 2006, mais il semble qu’un désaccord d’importance avec la maison de disque ait achevé prématurément la carrière du groupe. Nous espèrons un prochain démenti...

[1] Pour quelques photos des "Soneros del Barrio" cliquez ICI.

[2] Rappelons qui est Johnny Rodriguez Junior. Percussioniste, timbalero, bongocero, conguero, il est issu d’une lignée de musiciens reconnus. Son père n’est autre que Johnny "la vaca" Rodriguez.

Il commence à jouer du bongo dès 16 ans dans l’orchestre de Tito Puente et ce pendant 3 ans. Avant de rejoindre Tito Rodriguez. Dans les années 70, il joue avec Ray Barretto et partagera avec lui le hit "Cocinando". Il formera ensuite la "Tipica 73". Un petit résumé de carrière qui laisse imaginer l’expérience du musicien.