Syndiquer tout le site

Article

Los Demas

Publié le 1er novembre 2005, par : guayacan

Splendide texte sur l’égoïsme ambiant... comme quoi en plus de 30 ans, la situation ne s’est manifestement pas améliorée chez nous...

Chantée par Papo Sánchez, elle est sur l’un des meilleurs albums de Roberto Roena : Apollo Sound 9 [1]

Chanteur : Papo Sánchez
Auteur : Alberto Cortés
Texte Relevé Par : Bernardo Vieira S
Album : Apollo Sound 9, Fania Internacional 924, 1977

Crédits :

  • Arrangements de Los Demas : Luis "Perico" Ortiz
  • Roberto Roena, Leader, bongo
  • Mario Alvarez Cora, Trompeta
  • Ramon Dario Morales, Trompeta
  • Fernando Marcano, Trompeta
  • Miguel Rodriguez, Sax tenor, flauta
  • Julio Merced, Trombon
  • Jose Prieto, Piano
  • Jose Souffront, Bajo
  • Fco. (Papo) Clemente, Conga
  • Domingo Santos, Timbales
  • Papo Sanchez, Vocals
  • Tito Cruz, Vocals
  • Mario Cora, Vocals
Original Traduction
Nunca estamos conformes del quehacer de los demás
Y vivimos a solas sin pensar en los demás
Como lobos hambrientos acechando a los demás
Convencidos de que son nuestro alimento los demás.
Nous ne sommes jamais contents du comportement des autres
Et nous vivons tout seuls sans penser aux autres
Comme des loups affamés en guettant les autres
Convaincus qu’ils sont notre nourriture les autres
Los errores son tiestos que tirar a los demás
Los aciertos son nuestros y jamás de los demás
Cada paso un intento de pisar a los demás
Cada vez más violento el portazo a los demás.
Les erreurs sont des tessons à jeter aux autres
Les réussites sont notres et jamais des autres
Chaque pas une tentative d’écraser les autres
Chaque fois est plus violent le claquement de porte aux autres
Las verdades ofenden si la dicen los demás
Las mentiras se venden cuando compran los demás
Somos juezes mezquinos del valor de los demás
Pero no permitimos que nos juzgen los demás.
Les vérités offensent si les disent les autres
Les mensonges se vendent quand achètent les autres
Nous sommes les juges mesquins de la valeur des autres
Mais nous ne permettons pas que nous jugent les autres
Apagamos la luz que por amor a los demás
Encendió en una cruz El que murió por los demás
Porque son ataduras comprender a los demás
Lo tildamos de manía al amor por los demás.
Nous éteignons la lumière que, par amour des autres,
Alluma sur une croix Celui qui est mort pour les autres
Parce que ce sont des entraves que de comprendre les autres
Nous qualifions de manie l’amour de tous les autres
Nuestro tiempo es valioso pero no el de los demás
Nuestro espacio precioso pero no el de los demás
Nos pensamos ilotos del andar de los demás
Dónde estemos nosotros qué se aguanten los demás.
Notre temps est de valeur mais pas celui des autres
Notre espace est précieux mais pas celui des autres
Nous nous pensons ilotes [2] de la marche des autres
Où que nous soyons nous-mêmes, que les autres le supporte
Condenamos la envidia cuando envidian los demás
Mas lo nuestro es decidia que no entienden los demás
Nos creemos selectos entre todos los demás
Seres pluscuámperferctos con respeto a los demás.
Nous condamnons l’envie, quand envient les autres
Mais pour nous c’est nonchalance que ne comprennent pas les autres
Nous nous croyions choisis entre tous les autres
Etres plus-que-parfaits par rapport aux autres
Olvidamos que somos los demás de los demás
Que tenemos el humo como todos los demás
Que llevamos a cuesta unos menos y otros más
Vanidad y modestia como todos los demás.
Nous oublions que nous sommes les autres des autres
Que nous avons la vanité comme tous les autres
Que nous portons sur les épaules les uns moins et d’autres plus
Vanité et modestie comme tous les autres
Y olvidando que somos los demás de los demás
Nos hacemos los sordos cuando llaman los demás
Porque son tonterías escuchar a los demás
Lo tildamos de manía al amor por los demás.
Et en oubliant que nous sommes les autres des autres
Nous faisons les sourds quand nous appellent les autres
Parce que c’est idiot d’écouter les autres
Nous qualifions de manie l’amour de tous les autres

[1] pour moi les meilleurs sont le 6 le 9 et le premier... Le 6 est le préféré de Roberto Roena himself

[2] esclaves des macédoniens