Syndiquer tout le site

Article

2006 Tempo Latino / Les premières parties

Son Boricua, Zon del Barrio, Charanga Contradanza.

Publié le 1er octobre 2006, par : Chabelita

Les premières parties de soirées étaient :
- Free Hole Negro (jeudi)
- Son Boricua (vendredi)
- Zon del Barrio (samedi)
- Charanga Contradanza (dimanche)

Son Boricua

JPEG - 27.6 ko
Son Boricua
@Tempo Latino 2006 (photo Chabelita)
Chant et timbales : Jimmy Sabater
Chant et cloche : Jose Mangual Junior
Vibraphone : Draugelis Algimantas
Piano : Hiram de Jesus
Congas : Walter Anthony Reyes
Basse : Bert Castro
Choeur et bongo : Juan Kenton Javier

Les nuyoricains (portoricains de New York) de Son Boricua que l’on ne présente plus après leurs prestations à Dax, Lyon et Paris ont ouvert le bal avec le tube planétaire Azul/Volaré. Facile de mettre le public à ses pieds quand on a une telle chanson dans son répertoire. Surtout quand on ponctue le morceau par des "hé-hé" et des silences bien sentis.

Le soufflet ne retombera pas puisqu’ils ont enchainé tube sur tube. Le suivant était leur signature par excellence : Salchicha con Huevos. Où on a été gratifié d’un solo de vibraphone de la part de Draugelis Algimantas, toujours épatant, avant que le pianiste Hiram de Jesus ne nous régale sur son clavier.

L’ensemble des arènes était capable de fredonner la chanson suivante : Usted Abuso. Elle a permis à Jimmy Sabater d’offrir un long solo de timbales. Une fois sa performance terminée, il a salué François Charpentier, directeur artistique du festival de Dax, où la formation s’est illustrée il y a deux ans.

Est venue l’heure du magnifique boléro « To be with you » destiné à rendre hommage à Joe Cuba avec qui Jimmy Sabater a fait ses débuts.

Retour à Porto Rico avec le morceau hyper festif : Maquinolandera.

Jimmy Sabater fera la transition par un solo de timbales introductif de « Cuero na’ ma ». Grâce auquel José Mangual Jr saluera son ami décédé l’an passé : Alfredo Rodriguez.

Petite pause pendant laquelle chacun des musiciens fut présenté par Jimmy Sabater, ce qui leur permis de faire l’un après l’autre une démonstration de leur talent. Malheureusement, les solos se sont fait dans le noir la plupart du temps, faute à l’éclairage qui privilégiait les jeux de lumière d’ensemble.

Sabater a terminé par des « au revoir, au revoir » chantés en rythme. La machine était bien rodée, presque en pilotage automatique. On a passé un excellent moment. Il ne nous reste plus qu’à attendre la sortie de leur prochain CD au répertoire strictement cubain.

Zon del Barrio

JPEG - 14.6 ko
Zon del Barrio
@Tempo Latino 2006 (photo Chabelita)
Chant et dir. : Aurora Flores
Chant : Hector "Papote" Jimenez
Piano, synth. et dir. musical : David Fernández
Basse : Yoham "Chiqui" Ortiz
Bongo : Juan Berdeguer
Congas : Jose Echevarria
Timbales : Tommy Fernández

Plena Libre n’ayant pas voulu se déplacer, c’est une formation New yorkaise qui les a remplacés au pied levé à une semaine de l’échéance.

Ainsi, jeudi et vendredi une seule question taraudait les festivaliers : qui se cache derrière Zon del Barrio ?
Certains pensaient à tort voir de nouveau los Soneros del Barrio . Raté, rien à voir. C’était bien Zon avec un Z diminutif de « zones » (barrio).

JPEG - 13.6 ko
Zon del Barrio
@Tempo Latino 2006 (photo Chabelita)

Ce septuor reprend le répertoire de la Bomba et Plena, de Maelo et de Cortijo. L’absence de section cuivre est compensée par un synthétiseur. De Segura au Negro Bembon, ils ont su captiver l’attention du public qui les a plébiscités. Ils auront même eu droit à deux rappels. Une soirée qui restera longtemps gravée dans la mémoire de ces musiciens qui ne se produisent pas souvent dans des arènes quasi-combles. L’auditoire a été impressionné par le jeune chanteur de 22 ans Hector « Papote » Jimenez. Il a déjà emmagasiné un répertoire très large et sait mettre le public dans sa poche. Il est promis à une belle carrière.

Charanga Contradanza

JPEG - 12.8 ko
Charanga Contradanza
@Tempo Latino 2006 (photo Chabelita)
Chant : Fabian Ordonez
Nicolas Cruzata
Rodrigo Mosquera
Violon : Sylvie Cassagne
Flûte tr., sax. : Aldo Guinart
Basse : Victor Ibañez
Congas : Régine Mano
Piano, synthé. : André Sutre
Timbales : Tuly Marquez
Trombone : Olivier Sabatier
Olivier Caron
Tres : Etienne Choquet
Batterie, timb. : Fabrice Nicolini

La Charanga Contradanza, je ne connaissais pas, l’éloignement de Toulouse sans doute. Quoi que Deldongo est très connu dans le milieu salsero parisien.
Malheureusement après 3 journées de festival sous une chaleur exténuante et trois soirées debout à écouter et regarder les grandes stars de la salsa, j’étais réellement fatiguée et je n’ai pas bien pu apprécier ce groupe. J’ai été attentive aux trois premières chansons, à la pêche de Sylvie la violoniste, à leurs compositions.

JPEG - 13.1 ko
Charanga Contradanza
@Tempo Latino 2006 (photo Chabelita)

Mais au bout d’un moment j’avoue : j’ai décroché. Et durant le concert je n’ai cessé de penser à mes courbatures, à la merveilleuse section de cuivres de Bobby Valentin, à tous ces hits chantés la veille. Il est clair que pour la Charanga Contradanza c’était difficile de passer le dernier jour.
J’ai pensé à tous ces brillants groupes français qui auraient largement leur place sur la scène des arènes de Tempo Latino, j’ai pensé aux timbales de Cutufla, au vibraphone de Franklin Veloz, au piano de Deldongo, à l’univers et à la conque de Diabloson, au big band de la République Démocratique du Mambo, à la folie de la Ocho 1/2, à la conga d’Orlando Poleo, aux textes de Zumbao....j’en oublie...
Puis le concert s’est achevé sans rappel car le public attendait Oscar d’Leon et ses 3 heures de concert...


Suite à un violent orage le jeudi soir, je n’ai pas vu le concert de Free Hole Negro qui s’est limité à 4 morceaux à cause des intempéries.