Syndiquer tout le site

Article

La Fama

Hector Lavoe

Publié le 1er mai 2006, par : Chabelita

Un texte magnifique, ciselé pour Hector LaVoe, qui narre la solitude de l’homme célèbre, la précarité de sa situation, tout en rendant hommage à ses racines portoricaines.

A noter le clin d’oeil où le chanteur Hector Lavoe parle de ce qui compte vraiment pour lui : j’ai un "cœur salsa" ("tengo una salsa corazón").

La Fama = La célébrité

Orchestre : Héctor Lavoe
Album : Revento
Références Fania 634
Année : 1985
Produit par Jerry Masucci

Original Traduction
Yo soy la fama
Soy tristeza y sonrisa pagada
Que con dinero se puede obtener
Je suis la célébrité
Je suis la tristesse et le sourire payé
Qu’on peut obtenir avec de l’argent
Y escuchen ¿por qué ?
Doy placer
Y en regreso yo no pido nada
Si es trabajo llegar a la fama
Y a la fama saber mantener
Et écoutez pourquoi
Je donne du plaisir
Et en échange je ne demande rien
Oui c’est du travail d’arriver à la célébrité
Et de savoir s’y maintenir
No tengo amigos
Y si un amor fácil lo consigo
Así de fácil lo he de perder
Je n’ai pas d’amis
Et si je récolte un amour facile
Il m’est tout aussi facile de le perdre
Mi madre dijo :
No creas ser un gran tenorio
Pararás en un sanatorio
Y allí fama todo has de perder
Ma mère m’a dit
Ne crois pas être un grand Don Juan
Tu termineras en maison de santé
Et là de la célébrité tu as tout à perdre
Porque yo, yo soy la fama
Soy aquel que la gente reclama
Pero nadie puede comprender
Car je suis la célébrité
Je suis celui que les gens réclament
Mais que personne ne peut comprendre
Escucha yo,
Yo soy la fama
Soy aquel que la gente reclama
Pero nadie puede comprender.
Ecoute ce que je suis
Je suis la célébrité
Je suis celui que les gens réclament
Mais que personne ne peut comprendre
Coro :
Porque yo, soy la fama
Soy aquel que la gente reclama,
Pero nadie puede comprender
Chœur :
Car je suis la célébrité
Je suis celui que les gens réclament
Mais que personne ne peut comprendre
Ay mi cantar es único
A nadie se lo copié
Escúchame tremendo
Tremendo el jibaro es
Mon chant est unique
Je n’ai copié personne
Ecoute-moi
Le Jibaro [1] est formidable
Yo no tengo amigo
No tengo a nadie
Pero tengo una salsa corazón
Que si que manda madre.
Je n’ai pas d’amis
Je n’ai personne
Mais j’ai un "cœur salsa"
Oui, un coeur qui commande, mère
Canto guajíras, bolero
Aguinaldo y guaguancó
Se sorprendió el que no creía
Cuando el macho otra vez ganó
Je chante guajíras, boléro [2]
Aguinaldo [3] et guaguancó [4]
Il fut surpris celui qui ne croyait pas
Quand une fois de plus le mâle gagna
Es que yo tengo tres razas
Jíbaro, taíno y niche
Mamita, mamita que pasa
C’est que j’ai trois populations en moi [5]
Paysanne, indienne et noire [6]
Mamita, mamita que se passe-t-il ?
Y no te digo adiós
Te digo, hasta siempre
Et je ne te dis pas adieu
Je te dis "pour toujours"

[1] Jibaro = personne née et élevée dans les zones rurales de Porto Rico.

[2] Boléro = rythme binaire apparu à Santiago de Cuba à la fin du XIXème siècle.

[3] Aguinaldo = forme de chanson paysanne portoricaine structurée à base de vers et strophes avec rimes.

[4] Guaguancó = genre de rumba.

[5] Pour illustrer ces trois populations, voir le "mural Tres razas" :

JPEG - 1003.4 ko
Mural Tres Razas

[6] Jíbaro, taíno y niche = paysan portoricain, indigène portoricain et noir les 3 populations ayant peuplé l’île de Portorico.

  • Message 1
    • par tlacatlolli, 16 mai 2006 - La Fama

      J’ai peut être tout faux mais je ne comprends pas "tengo una salsa corazon" de la même maniere. Il me semble que pour dire "j’ai un coeur salsa", ça aurait plutôt été "tengo un corazon salsa". Donc je traduirais par "j’ai une salsa mon coeur", et les "mamita" ont tendance a confirmer qu’il s’adresse à une femme.

      • par guayacan, 16 mai 2006 - La Fama

        Effectivement, ya peut-être mieux que un "coeur salsa". Je ne pense pas par contre que les "mamita" doivent être interprétées, ce sont des interpelations classiques en salsa.

        Par contre, le paragraphe qui contient "tengo una salsa corazon" me semble signifier que "il n’a pas d’amis, il n’a personne, sinon une salsa qui occupe son coeur...".

        Bref, une fois de plus voici qui montre que la traduction, c’est tout sauf simple... Merci pour le commentaire !