Syndiquer tout le site

Article

La Dynastie Quintero

Publié le 1er mai 2005, par : Chabelita

Le nom de famille "Quintero" revient souvent lorsqu’on parle des musiciens vénézuéliens. Une famille a marqué de son empreinte le paysage musical : celle de Zoila et Vicente Quintero.

Zoila est à l’origine d’une dynastie de musiciens qui fait la fierté des vénézuéliens.

Fille d’un guitariste et d’une chanteuse, nièce d’un violoniste, elle s’est mariée très jeune avec un autre passionné des rythmes : Vicente Armando Quintero. De ce couple sont nés 5 garçons et une fille :

- Le premier fils : Luis, joueur de "cuatro " et de batterie. Il a épousé María Vegas, chanteuse d’ aguinaldos. Ils ont eu une progéniture célèbre avec : Luis Quintero junior, plus connu sous le diminutif de Luisito Quintero, génie en toutes formes de percussions.

Initié à la musique par ses parents, il se perfectionne dans l’orchestre symphonique du Venezuela. Il gagne le respect et l’admiration de ses pairs et à l’âge de 20 ans sa maîtrise des timbales lui permet d’intégrer le fameux groupe "Guaco", puis le " Trabuco Venezolano". Luisito a aussi travaillé avec Oscar D’Leon et La Critica, mais c’est La India de Puerto Rico qui transforme sa carrière puisqu’il devient son percussionniste, directeur musical et époux [1]. Deux de leurs productions ont été nominées aux Grammies ("Sobre fuego" est devenu disque d’or, et "Sola" a été récompensé par un Billboard award).

Ce petit-fils de Zoila a enregistré avec Gonzalo Rubalcaba, el Grupo Niche, La Combinación Perfecta, Isidro Infante y La Élite, Celia Cruz, Tito Puente, Johnny Pacheco, Marc Anthony, Gloria Estefan, Ray Barretto, Eddie Palmieri, Richard Bona, Isaac Delgado ...

De cette branche, Zoila a aussi un descendant très populaire : Anderson Quintero, timbalero de “Salserín”.

- Le second fils de Zoila est Carlos, né le 21 octobre 1946 à Caracas, que toute la planète connaît sous le nom de “Nené” Quintero. Nené est passé des aguinaldos aux congas, et à tout ce qui sert à faire de la percussion. Les vrais salseros se rappellent que Nené fut un des fondateurs de “Los Dementes” aux côtés d’Alfredo Padilla, et qu’il est à l’origine du légendaire groupe “Pan” [2]. Son nom est associé à Emir Deodato, Frank Quintero, Barry White, el Trabuco Venezolano, Eros Ramazzotti, Soledad Bravo, Yordano, Franco De Vita, Dave Valentin, Ilan Chester, etc... Plus proche de nous, d’une rencontre avec le saxophoniste français Gilles Grivolla naît en avril 2003 le "Nequin Group" : quintet marseillais avec piano, claviers, tres cubain, guitares, basse, contrebasse, batterie et percussions.

Nené et son épouse Gerdel ont donné à Zoila trois petits-enfants, tous sont ingénieurs et musiciens.

- Le troisième enfant de Zoila était Ricardo, joueur de tres, guitariste, bassiste, chanteur et compositeur. Ricardo Quintero est, avec Perucho Torcatt, l’auteur de “Vamos a reír un poco” immortalisée par Héctor Lavoe.

Cette chanson a d’abord été chantée par Perucho Torcatt avec “Los Dementes”, puis Willie Colón et Héctor Lavoe ont entendu Perucho à New York.

Ricardo a donné à Zoila un autre petit-fils de dimension internationale : Roberto, percusionniste de “Timbalaye”, le groupe de Ralph Irizarry (fusion jazz /latino). Roberto a aussi joué avec Ray Barretto, Cachao, Tony Vega et Gonzalo Rubalcaba, entre autres

- Le quatrième enfant de Zoila : Jesús “Chú” Quintero, considéré comme un musicien complet. Basse, piano, guitare, tambours Batá, percussions afro-vénézuéliennes complètes, timbales... il a tout joué et en plus il chantait bien !
Musicien de Madera [3], Mercedes Sosa, et de Vitas Brenner. Chú Quintero a aussi donné un petit fils musicen à Zoila : Jesús junior, qui a travaillé avec Frank "pavo" Hernández, avec “Madera” et “Las Vibraciones”, pour n’en citer que trois.

- Le cinquième enfant de Zoila et Vicente est Rafael, musicien né qui a laissé la musique pour les sciences et la politique. Mais qui est revenu dans le milieu après la tragédie du fleuve Orinoco. Il fait partie de la fondation Madera et est membre de Zumbao. Excellent compositeur, il vit en France (Marseille), et a deux enfants , dont Aurora, danseuse de Madera.

- Le sixième enfant de Zolia : Rosalía, qui a été choriste José Luis Rodríguez et a chanté dans un grand nombre de productions. Mariée à Charles Peñalver, bongocero d’Oscar D’ León, ils ont des enfants qui suivent eux aussi le chemin de la musique.

Zoila a perdu son époux Vicente, et la tragédie du fleuve Orinoco lui a pris Ricardo et Chú. Elle même s’est éteinte en mai 2002.


Source principale :

Article de Lil Rodriguez

http://www.ultimasnoticias.com.ve/e... Copyright 2000. Cadena Capriles C.A.

Últimas Noticias Domingo 04 de Mayo de 2003

Autre source : http://avec.lagare.free.fr/04/edito.htm


[1] Ex-époux si l’on en croît les derniers potins des journaux portoricains de mars 2005 où La India s’affiche avec un autre "fiancé" !

[2] GRUPO PAN : Ils se forment en 1970 à Caracas, baptisés "les enfants de Zoila" (en hommage à Zoila Encarnación de Quintero, mère des frères Quintero). Composé de : Carlos "Nene" Quintero, guitare et voix ; Alfredo Padilla, percussion ; Armando Carlos Guerra, trombone ; David Azuaje, trombone ; Ruben "Micho" Correa, guitare ; Gustavo Colón, batterie ; Henry Kamba, trompette et Jesús "Chu" Quintero, voix, guitare et basse. Autres membres : Cesar Monges, Antonio Pérez, Rolando Briceño, Ricardo Quintero et Cesar Fuentes. Ils fusionnaient la musique latine avec les rythmes pop-rock, influencés par Carlos Santana.

[3] A San Agustín del Sur, sur l’héritage culturel africain nait Madera orchestre dont les apports importants à la musique vénézuélienne seront marqués par l’utilisation des zangueos, chants "Yoruba", du son et du guaguancó à ses racines, sans sacrifier aux goûts des danseurs.
Lors de la tragédie de l’Orinoco, au début des années 80, sont morts une partie des membres du groupe afro-vénézuélien Madera, qui faisaient de la musique "barloventeña" (zone Negroïde du pays) et caribéene. Parmis les disparus : les frères Quintero : Chú et Ricardo Quintero. Des hommages postumes leur ont été rendus dans divers enregistrements :
- Cheo Feliciano : "Los entierros"
- Orlando Watusi : "Alli Estare"
- Sonora Ponceña : "Mi Cantar"
- Gilberto Santa Rosa : "Cancion con todos"
- Son 14 : "Compañeros"
- Anabacoa : "Canto al madera" interprété par Carlos Daniel Palacios survivant de la tragédie et ex-chanteue du trabuco venezolano, Renovacion, etc.

Aujourd’hui "Madera" est devenue une fondation qui a formé plus de 200 musiciens à Caracas.