Syndiquer tout le site

Article

La Crítica

José Alberto El Canario

Publié le 17 avril 2003, par : Montunero

Cette chanson se résume facilement en quelques mots : "Critiquez-moi si vous le souhaitez, au moins ça me fera de la publicité" Il semble que cela puisse se vérifier tous les jours.

La Crítica

Auteur : Jose Alberto "El Canario"
Album : Llegó La Hora
Référence : RMM/Sony 80897

Original Traduction
La gente critica, pero me mantiene Les gens me critiquent, mais ça m’encourage
A mi no me hace que la gente me critique
Que yo no vivo bien, que tengo mil mujeres
Eso dice la gente, a mi la crítica me mantiene
Personnellement, ça ne me dérange pas que l’on me critique
Qu’on dise que je ne vis pas bien, que j’ai mille femmes
C’est ce que disent les gens, et la critique me maintient à l’affiche
Dicen que llegó a los vaivenes
Con un tumbao sin igual
Que cuando salgo a la calle
No le quiero hablar a nadie
Y hoy las gracias quiero dar
A todos los que critican por hacerme popular
On dit que je me laisse aller aux aléas de la vie
Avec un tumbao [1] sans pareil
Que dans la rue
Je ne veux parler à personne
Et aujourd’hui je souhaite remercier
Tous ceux qui me critiquent car ils me rendent populaire
Yo soy artista
A mi me hace la crítica
Y a todos los que crítican
Hoy quiero felicitar
Porque me tienen presente
Cuando van a murmurar
Je suis un artiste
Et j’accepte qu’on me critique
Et je souhaite féliciter
Tous ceux qui critiquent
Car ils rappellent mon souvenir
Quand ils médisent de moi
Yo soy artista
A mi me hace la crítica
Je suis un artiste
Et j’ai besoin de la critique
Yo soy artista
A mi me hace la crítica
Gracias miles quiero dar
A todo el que me critica
Por mantenerme presente
En cada una de sus guatillas
Je suis un artiste
Et j’ai besoin de la critique
Mille mercis à
Tous ceux qui me critiquent
Pour me tenir présent
Dans chacun de leurs cancans (?)
Yo soy artista
A mi me hace la crítica
Je suis un artiste
Et j’ai besoin de la critique
Yo soy artista
A mi me hace la crítica
Je suis un artiste
Et j’ai besoin de la critique
Tan chevere...y cambio y fuera C’est super… terminé
Si, si, si
La crítica me mantiene
Que critiquen, que critiquen
La crítica me mantiene
Si eso es lo que a la gente entretiene
La crítica me mantiene
Es lo que a mi me mantiene vigente
La crítica me mantiene
Soy de Villa Consuelo un barrio caliente
La crítica me mantiene
que si el canario cantó, que si bailo
La crítica me mantiene
Si no te critican , cómo vendes ?
La crítica me mantiene
Oui, Oui, Oui
La critique me maintient
Qu’ils critiquent, qu’ils critiquent
La critique me maintient
Si c’est ça qui amuse les gens
La critique me maintient
C’est ce qui me maintient à l’affiche
La critique me maintient
Je viens de Villa Consuelo un quartier chaud
La critique me maintient
El Canario a-t-il chanté, a-t-il dansé
La critique me maintient
S’ils ne te critiquent pas, comment fais-tu pour vendre ?
La critique me maintient
Esto va con cariño pa’ la gente de alto manhattan
El tumbao de la salsa allá en el bronx
Broklin, también queens y la gente de new yersey
Ceci est affectueusement destiné aux personnes du haut Manhattan
Le tumbao de la salsa, là-bas dans le Bronx
Brooklyn, et le Queens, et aux gens du New Jersey
Sin competencia no hay ambiente
Me mantiene
Ahora es que yo estoy caliente
Me mantiene
Mis colegas de la salsa
Me mantiene
Sans concurrence (compétence) [2], il n’y a pas d’ambiance
Elle me maintient
Maintenant je suis chaud
Elle me maintient
Mes collègues de la salsa
Elle me maintient
Oyeme tremendo bochinche ahora te digo yo
Y el Lobo no le quiere poner los discos a nadie
se reunieron aquí, Papin, Lincon, Gerónimo,
Ralfy Mercado, llamaron a Eugenio Pérez,
Allá en santo Domingo, pa’ que llamaran todos
Allá a Caracas y entonces la gente de Curaçao y los del
Callao vinieron aquí, se reunieron con el príncipe
Iserolo de allá de Tenerife, entonces hablaron con
Ricky Bonilla aquí para la Orquesta de la Luz y dicen
Que se están volviendo locos con un pianista por ahí,
Que tofi no dejó entrar a Pepé y dice que como él
No hay dos
Ecoute, c’est un énorme raffut maintenant, je te le dis
Et el Lobo ne veut faire écouter les disques à personne
De ceux qui se sont réunis ici, Papin, Lincon, Geronimo,
Ralfy Mercado, on a appelé Eugenio Perez,
Là-bas à Saint-Domingue, afin que tous appellent
Là-bas à Caracas et alors les gens de Curaçao et ceux du
Callao sont venus ici, se réunir avec le prince
Iserolo de là-bas de Ténérife, ils ont alors parlé avec
Ricky Bonilla à propos de la Orquesta de la Luz et ils ont dit
Qu’ils sont devenus fous avec un certain pianiste,
Que Tofi n’a pas laissé entrer Pepe et il dit qu’il n’y en a pas
Deux comme lui

[1] tumbao : coup donné sur les congas ou la tumbadora qui génére un son qui est proche des syllabes : « tum bao » ; tumbado, de tumbar = va-et-vient, balancement, ondulation.

[2] Competencia = concurrence ou compétence. Dans le contexte les deux sont valables.