Syndiquer tout le site

Article

Juanito Alimaña

Hector Lavoe et Willie Colón

Publié le 1er juin 2006, par : Chabelita

Les chansons de LaVoe étaient de véritables radiographies sociales, capables d’aborder tous les sujets, comme ici les faits délictueux et les faits divers représentatifs de la société de l’époque.

Juanito Alimaña = Jeannot La Vermine

Album : Vigilante
Orchestre : Willie Colón et Héctor Lavoe
Référence : Fania 610
Année : 1983

Auteur : Tite Curet Alonso,
Voix : Héctor Lavoe

Attention il y a plusieurs versions du texte et du choeur.

De plus nous n’avons pas mis tous les "soneos". Hector LaVoe avait pour habitude de ne jamais chanter les mêmes improvisations à ses concerts.

Original Traduction
La calle es una selva de cemento
Y de fieras salvajes cómo no
Ya no hay quien salga loco de contento
Donde quiera te espera lo peor
Donde te quiera te espera lo peor
La rue est une forêt de ciment
Et de féroces sauvages bien sûr
Personne ne sort fou de joie
Où que tu ailles le pire t’attend
Où que tu ailles le pire t’attend
Juanito Alimaña con mucha maña
Llega al mostrador
Saca su cuchillo sin preocupación
Dice que le entreguen la registradora
Saca las billetes saca un pistolón, pum...
Jeannot La Vermine avec beaucoup d’astuce
Arrive au comptoir
Sort son couteau sans soucis
Demande qu’on lui remette la caisse
Sort les billets, sort un petit pistolet, poum...
Sale como el viento
En su disparada
Y aunque ya lo vieron
Nadie ha visto nada
Juanito Alimaña va’ la fechoría
Se toma su caña
Fabrica su orgía.
Il sort comme le vent
Dans sa fuite
Et bien que tout le monde l’ait vu
Il n’y a pas de témoins
Jeannot La Vermine a réussit son forfait
Il avale son verre
Fabrique son orgie
La gente le teme
Por que es de cuidado
Pa’ meterle mano
Hay que ser un bravo
Si lo meten preso
Sale al otro día
Porque un primo suyo
Tá en la policía.
Les gens ont peur de lui
Car il faut le craindre
Pour s’en prendre à lui
Il faut être un brave
S’ils le mettent en taule
Il sort le jour suivant
Car un de ses cousins
Est dans la police
Juanito Alimaña
Si tiene maña es malicia viva
Y siempre se alinea
Con el que está arriba
Y aunque a medio mundo
Le robó su plata
Todos lo comentan
Nadie lo delata
Y aunque a medio mundo
Le llevó la plata
Todos lo comentan
Nadie lo delata...
Si Jeannot La Vermine est habile
C’est de la malice vive
Et toujours il s’aligne
Avec celui qui est en haut
Et bien qu’au milieu du monde
Il lui vole son fric
Tous commentent
Personne ne le dénonce
Et bien qu’au milieu du monde
Il lui vole son fric
Tous commentent
Personne ne le dénonce
Coro :
En su mundo mujeres tumba la’ engaña [1]
Atracando viene Juanito Alimaña.
Chœur
Dans son monde Jeannot La Vermine trompe les femmes
Et passe son temps à les dévaliser
Cuando el era muchachito
Las cositas te pedia
Y si tu no se la daba la mangaba
Como quiera la cogia
Quand il était petit
Il te demandait des petites choses
Et si tu ne lui donnais pas il les chapardait
Il prenait ce qu’il voulait
Ese...ese tumbao lo quiere
Si lo ve mal puesto
Anda cuida tu cartera,
Ese si que sabe eso
Il aime cette démarche élégante
S’il le voit mal mis
Fais attention à ton portefeuille
Lui il sait ça
Si el otro dia lo encontré
Y guillando él me decía
Tumba aquí lo que tú quieres
Pues mi primo es policia
L’autre jour je l’ai rencontré
Et en cachette il me disait
Prends ce que tu veux
Car mon cousin travaille dans la police
Mira, mírale las manos
En ella no tiene un callito
Ese nunca ha trabajado
Y siempre anda bien bonito
Regarde ses mains
Elles n’ont pas de calosités
Celles-ci ne travaillent jamais
Il est toujours élégant
Ayer iba muy triste
Y llorando así bajaba
Vengo de un entierro
Brother el de Pedrito Navaja
Hier il se promenait très triste
Et pleurant il dit
Je reviens d’un enterrement
Brother, celui de Pedro Navaja
Mira la gente le teme al tipo
Porque este es de cuidado
Dígame a quien en el barrio
Los chavos no le a tumbado
Vois, les gens ont peur du type
Car il faut le craindre
Dis-moi qui dans le quartier
Il n’a pas dépouillé de ses sous.

[1] Autre version du choeur : En su mundo mujeres, fumada, y cana atracando vive juanito alimana