Syndiquer tout le site

Article

Johnny Sedes - Biographie

Directeur d’orchestre, pianiste, saxophoniste vénézuélien

Publié le 1er août 2006, par : Chabelita

Directeur d’orchestre, pianiste, saxophoniste vénézuélien ayant fait carrière entre New-York, Porto-Rico et le Venezuela.

Ses meilleures chansons font toujours danser les salseros du monde entier.

JPEG - 9.5 ko
Johnny Sedes 2005

Juan -Johnny- Sedes est né le 18 juillet 1937 à San Felipe, dans l’état de Yaracuy, Venezuela. Il grandit à Caracas.

Dès l’âge de 8 ans il prit des cours particuliers de piano. Il commença à composer à 14 ans, ne sachant pas encore écrire la musique, quelqu’un transcrivait ses arrangements.

En 1953, l’orchestre "Billo’s Caracas Boys" enregistra une de ses chansons : “Ya te olvidé” et en fit un grand succès populaire et commercial. Le début d’une longue série puisque Víctor Piñero et l’orchestre de Pacho Galán enregistrera un de ses merecumbé appelé : “Linda Muñequita” qui sera aussi un "hit". Plus tard Alci Sánchez lui prendra une composition. Ainsi, très jeune il était déjà connu du milieu de la musique.

Echouant à intégrer une école de musique, il se retrouva dans l’école d’électronique des forces armées où il devint très vite gradé (sergent technique). On l’enverra étudier aux USA, dans le New Jersey, pour ses 20 ans. Il en profitera pour déposer ses compositions chez Morrow Music et consacrer ses fins de semaine aux cours de piano et de saxophone.

Morrow Music le rapprochera de Tito Puente qui lui enregistrera “Nostalgia Borinqueña” dans le même temps beaucoup d’orchestres de la grande Pomme commencèrent à jouer ses compositions.

La Orquesta Broadway enregistrera sa chanson “Noches Caraqueñas” et Tito Puente “Tatiana” [1], Vicentico Valdés interprétera son boléro "Ya no”.

A cette époque il commença à jouer dans l’orchestre de Kenny Gómez (dans le style de celui de Richie Ray).

Johnny vint à New York accompagné de son épouse Gladys et ses filles Tatiana et Alexandra. Pour pallier aux fins de mois difficiles, il travaillera comme promoteur musical dans la maison de disque qui l’aida au départ.

Cela lui permit de remplir son carnet d’adresses et de continuer à jouer le week end. Il jouait alors dans des orchestres de la génération précédente (Manolín Morel Campos et Chuito Vélez).

L’ambition de Johnny Sedes était d’être directeur d’orchestre, il se lança en 1966 dans l’enregistrement de son premier album, avec le label Seeco. On y trouvera au chant Vitín López (“El Cantante de la Salsa”) et une chanson -“Aquí y Allá”- qui parle de la salsa. C’est un des premiers enregistrements [2] où on trouve le mot "salsa". Grâce à Carlín Rodríguez, chanteur de Federico y su Combo, qui lui avait rendu visite avec sous le bras le disque " Llegó la Salsa" en lui disant que ça avait beaucoup de succès au Venezuela. Cela a plu à Johnny Sedes qui s’est servi du mot.

En 1969 Johnny Sedes enregistra avec le label Fonseca : " Johnny Sedes And His Orchestra : Mamá Calunga ". L’utilisation du saxophone sur les morceaux : "Carúpano", "Doce Cascabeles", "El Manicero" (chanté par Chivirico Dávila) a fait le succès de ce disque. Chivirico chantait "La verdad" accompagné de Leo González (chanteur vénézuélien) et Bobby Cruz dans les chœurs. "Mamá Calunga" est marqué par la sonorité de Bobby Cruz. "Acere Voz Quiere" est une bomba avec du jala jala. "Te Vas" un boléro.

Johnny Sedes And His Orchestra : Mamá Calunga Label : Fonseca Records LPF-1123

JPEG - 35.7 ko
Johnny Sedes : Mamá Calunga
JPEG - 26 ko
Johnny Sedes : Mamá Calunga

Carupano ; Doce Cascabeles ; El Manicero ; Guajira Dancera ; La Verdad ; Mama Calunga ; Acere Voz Quiere ; Te Vas.

JPEG - 45.5 ko
Salsafrocumbe

A la fin des années 70, Johnny Sedes rentra au Venezuela et il enregistra avec Discomoda l’album "Salsafrocumbé" ou "Salsa con cumbé" en 1975. Un disque distribué à New York par Discolando, où brillérent les chansons “Soy Latino” et “La Macarena” [3].

Willy Pérez, Jorge Romero “Romerito”, Alfredo Padilla, Chaparro et le trompettiste surnommé “Romerote” l’ont accompagné sur ses enregistrements vénézuéliens. Un autre disque avec le label CBS en 1977 présente les mêmes musiciens aux côtés de José Velásquez et les chanteurs Dimas et Jesús Marcano : "Vuelo" [4].

BMP - 117.2 ko
Vuelo

"Cuando quiero grabar no grabo" montre l’état d’esprit du saxophoniste [5].

JPEG - 22.5 ko
Cuando Quiero Grabar no grabo

Le peu de succès au Venezuela le fait revenir à New York en 1980. Il enregistre avec le sonero Orlando Castillo "Watussi" : "Acabando".

JPEG - 22 ko

Un nouveau retour au Venezuela en 1989, puis il part à Porto Rico.

Actuellement, Johnny Sedes partage ses jours entre le Venezuela et Porto Rico.

Ponctuellement il officie sur la Radio Caracas TV.

JPEG - 8.5 ko
Trilogía Salsera

Trois de ses chansons : “Doce Cascabeles”, “Carúpano” et “El Manisero" sont disponibles sur un CD nommé "Trilogía Salsera" (en vente sur certains sites internet).

JPEG - 23 ko
Doce Cascabeles

Source : Interview de l’artiste réalisée par Alfredo Churión D. parue le 21 avril 2005 dans ww.magazine.com.ve / (biografia basada en la entrevista entre Alfredo Churión D. publicada el 21 de abril de 2005 en el ww.magazine.com.ve).


[1] Tatiana = une bossa nova dédiée à la fille de Johnny Sedes.

[2] C’est un parmi beaucoup d’autres cette année-là.

[3] Salsafrocumbé : Face A = A1.Soy latino, A2.Guarare, A3.Caracas son, A4.Todo el dia, A5.Los bravos del ritmo.
Face B = B1.Ahora bailo yo, B2.Algo diferente, B3.Para que, B4.Cuando llegue a Colombia, B5.La Macarena. Discolando Label 8205.

[4] Vuelo = Consuelate como yo ; Moliendo cafe ; Azucar para un amargado ; Bonito guaguanco ; Exodo ; Nostalgia ; La bien paga ; Adriana ; Bailen rumberos ; La despedida.

[5] Discomoda label 314. Face A = A1.Ahora bailo yo, A2.Algo diferente, A3.Para que, A4.Cuando llegue a Colombia, A5.La macarena.
Face B. B1.Guarare, B2.Soy latino, B3.Los bravos del ritmo, B4.Caracas’s son, B5.Todo el dia.