Syndiquer tout le site

Article

2005 Tempo Latino Johnny Pacheco y su Tumbao Añejo

samedi 30 juillet 2005

Publié le 1er octobre 2005, par : Chabelita

Johnny Pacheco nous avait fait peur en juin 2004 où on l’avait vu malade sur la scène du festival Latina au Disney Village. Victime d’un torticolis et bougeant à peine sur scène, il n’était que l’ombre de lui-même. Qu’elle ne fut pas notre surprise de le voir en pleine forme ce 30 juillet 2005 où il se produisait dans l’arène de Vic-Fezensac à l’occasion du 12ème festival Tempo Latino.

Ce n’est pas son Tumbao añejo qu’il nous a amené ce soir là, mais un « super tumbao » !

JPEG - 898.3 ko

L’émotion était là avant même d’entendre les premières notes. En effet, Maya Roy qui présentait les musiciens a prévenu le public que les années ne passent pas en vain et que ceux qui ont vu Hector Casanova sur ses deux jambes à Disney vont avoir un choc en découvrant le vieux sonero cloué sur une chaise roulante suite à une amputation l’hiver dernier. Tant bien que mal il est hissé sur scène devant un public médusé.

Hector Casanova (assis, chant), Marcos Quintanilla (basse), Ray Viera (debout, chant)

C’est lui qui va chanter la première chanson « una sopita en botella » et dès la première phrase « oyé mi socio, mire mi hermano... » ce sont des frissons qui nous parcourent tant sa voix est intacte. Puissante et haute comme jamais. Le thème chanté à l’origine par Célia Cruz sur un album commun avec Johnny Pacheco (« Tremendo caché » 1975) se transforme vite en hommage à la « guarachera del mundo » avec un refrain : « una sopita con Célia ». Les deux trompettes de Roberto Rodriguez Jr et Steve Gluzband ont plus de puissance et de virtuosité que 4 réunis dans d’autres orchestres ! Il faut dire que ces deux là sont des pointures que les plus grands sélectionnent [1]. Dès ce premier morceau l’ambiance est à un niveau très élevé : pas de mise en route progressive, on rentre tout de suite dans le vif du sujet. Ces musiciens sont des pros qui savent enflammer le public en un rien de temps. Hector Casanova s’aide de sa canne pour se lever de sa chaise, il fait jouer la clave au public. Et quand il se rassoit c’est pour suivre la chorégraphie dansée par Ray Viera, Johnny Pacheco et Herman Olivera avec son fauteuil roulant et un sourire non feint. Au contraire on sent bien que sa passion pour la musique le fait se dépasser : ce soir dans une arène quasi-pleine les musiciens sont aux anges.

Ray Viera se charge de la seconde chanson « Coco seco » issue du tout dernier album du Maestro « Entre Amigos ». Le refrain facile même pour les non-hispanophones, fait mouche . Et le public se laisse prendre dans la mélodie très entraînante.

Cliquez sur les photos pour agrandir, Hector Casanova (assis, chant), Marcos Quintanilla (basse), Ray Viera (debout, chant), George Gonzalez (bongo), Johnny Pacheco (guïro), Walter Rebata (timbales), Herman Olivera (chant) :

JPEGJPEG

Hector Casanova entonera ensuite la guaracha « Bonito y Sabroso ». Avant qu’Herman Olivera ne prenne le relai sur une chanson au refrain basique « ah la la la » ! Herman ne quitte plus la scène de Vic puisqu’il y a passé toute la soirée de la veille. En bon habitué, il fait rire la foule avec ses « ça va ? » répétés trois fois de suite en levant les bras au ciel. Celui-là est un vrai sonero qui se sert de son environnement pour improviser dans les soneos. Laissant une large place aux solos de guitare de Luis Rodriguez et de piano de Willie Rodriguez.

Ensuite nous serons plongés en pleine époque Fania dès les premières notes de "Quimbara"

Quimbara, quimbara, quim bambam

Le public exulte et chante immédiatement "hé mama, hé hé mama" puis le refrain Quimbara, quimbara, quim bambam. Hector Casanova accompagné par l’ensemble du public de l’arène de Vic, cela restera un moment fort de cette édition 2005 ! Et le soufflet ne retombera pas au contraire... La chanson suivante étant "Toro Mata" vocalisée par Hector Casanova que le public suit avec ferveur.

Johnny Pacheco plus souriant que jamais, avec sa chevelure blanche, danse sans s’arrêter, fait les choeurs tout en jouant du guïro et en se retournant de temps en temps pour donner des consignes à l’orchestre. Là où on voit qu’il est en forme c’est qu’il joue de sa légendaire flûte traversière en bois noir sur pratiquemment toutes les chansons. Un vrai régal !

Dans l’arène tout le monde chante ou danse, une fan de l’âge de Johnny Pacheco est venu avec un vieux vinyl du flûtiste qu’elle lui montre du premier rang.

JPEG

C’est à ce moment là qu’Ismael Miranda fait son entrée, tout de noir vétu. Il se met au plus proche du public et va d’un bout à l’autre de la scène en chantant son fameux tube "Señor Sereno". Bon courage aux photographes qui veulent l’immortaliser sur la pélicule : il n’arrête pas de bouger...

Ismael joue avec le public en faisant chanter le refrain d’abord aux femmes, puis aux hommes. Après consultation de Johnny Pacheco, il semble que les femmes l’aient facilement emporté.

La chanson suivante sera un hommage cubain avec "Cuando llegaré al bohio". Beaucoup d’émotion lorsqu’il chante la main sur l’épaule d’Hector Casanova qui avait été écarté du centre de la scène pour laisser place au second sonero vedette de la soirée.

Ismael Miranda et Hector Casanova

La voix haute et nasillarde d’Ismael fait ensuite merveille sur "Para componer un Son".

Cliquez sur la photo pour agrandir, Ismael Miranda (chant), Herman Olivera (chant, second plan)  :

JPEG

Les succès s’enchaînent avec "Abran Paso",... "Tu me enseñaste"...

Pour finir un medley qui débute magnifiquement sur les seules voix et la guitare. Les choeurs seront multiples et familiers : "Qué chevere, que chevere", "el claverito", "hay Pacheco que banda tiene usted" (sur l’air bien connu de "Castellano que bueno baile usted" de Benny Moré), "Acuyuyé" entrecoupés de solos de la plupart des musiciens et surtout de Johnny Pacheco qui ne sera pas avare pour jouer de la flûte.

JPEG

Ce soir là était encore magique dans l’arène de Vic, on a retrouvé le flûtiste de la Fania All Stars. Du grand Pacheco.

JPEGJPEGJPEG


photos ©Chabelita/BuscaSalsa.com prises le 30 juillet 2005 au festival Tempo Latino de Vic-Fezensac (Gers).


[1] Ils étaient à Montreux avec Ray Barretto la semaine précédante ; Steve Gluzband est membre de l’orchestre de Jimmy Bosch.

  • Message 2
    • par , 19 mai 2007 - Décès Hector Casanova

      Le chanteur cubain Héctor Casanova était chanteur du Tumbao Añejo de Johnny Pacheco, il a popularisé les chansons ‘Guaguancó pa’l que sabe’ et `Esa prieta’.

      Héctor Casanova avait aussi chanté dans les orchestres Dicupé, Tambó, Ritmo Tropical de Cuba et avec la Fania All Stars.

      Héctor Casanova, né 1944, a succombé à un cancer généralisé le jeudi 17 mai 2007 à New York.

  • Message 1
    • par Cristo, 2 octobre 2005 - > Johnny Pacheco y su tumbao añejo à Vic-Fezensac

      Bravo Chabelita pour ce merveilleux commentaire de ce concert que je n’ai pas pu voir. Tout y est si bien détaillé que l’on pourrait se croire au concert. Les photos de Gophotos sur Bordeaux Sasla sont là pour étayer toutes ces phrases de passionnée de musique latine que tu es.

      Je peux mettre un lien dans le forum de Bordeaux Salsa pour que les bordelais viennent lire ce concert qu’ils ont vu ou pas vu !!!!

      Sur le Web Bordeaux Salsa