Syndiquer tout le site

Article

Federico Betancourt - Biographie

Publié le 1er avril 2006, par : Chabelita

A travers 40 ans de carrière et 21 disques (sans compter les nombreuses compilations), Federico Betancourt nous transmet un patrimoine sonore varié et très agréable.

D’excellents morceaux ont enchanté les salseros, tant et si bien que le parcours du directeur d’orchestre fait l’objet d’un documentaire qui sort en ce début 2006.

Federico y su Combo Latino

JPEG - 20.4 ko
Betancourt

¡...Llegó la salsa ! (Palacio : LP 6171), l’annonce était belle en cette année 1966 : "la salsa est arrivée", ce fut le premier disque Federico Betancourt et son « Combo Latino ».

JPEG - 13 ko
Llego la salsa
JPEG - 118.5 ko
Llego la salsa

Ce valencien [1] qui a grandi à Caracas, fut un des premiers (ce n’est pas LE premier) directeur d’orchestre à présenter un album où figurait le mot "salsa" sur la pochette. Les titres de ce 33 tours sont : Cocolia ; Conmigo ; El Pachanguero ; Sancocho Caliente ; Guaguanco Mania ; Celosa ; Despierta Rumbero ; No Critiquen ; Saoco ; Baila YE-MA-YA ; Cafe y Pan ; Que me quieras.

JPEG - 21.1 ko

Federico Betancourt est un pilier de l’histoire de la salsa vénézuélienne, il a commencé en jouant du guïro sans réelle formation musicale. Mais son oreille fut incomparable pour recruter les meilleurs interprètes et musiciens de l’époque : Rogelia « Canelita » Medina [2], José « Joe » Ruíz, el « Negrito Calavén » [3], Carlín Rodríguez [4], Larry Francia [5], Dimas Pedroza, Enrique « Culebra » Iriarte, Orlando Castillo « Watussi » et l’arrangeur Javier Vásquez. Et concocter des morceaux très entrainants.

La formation a eu la chance d’enregistrer régulièrement toujours avec des arrangements attractifs. Bien que l’arrivée du mouvement salsa à Caracas dans les années 60 ne fut pas aisée selon Federico Betancourt :

« Se furent des années où faire entrer la salsa dans le pays ne fut pas facile. D’un côté il fallait lutter contre le rock et de l’autre contre les orchestres traditionnels comme ceux de Billo ou des Melódicos », commente-t-il.

« Quand il y avait une soirée dansante, le responsable de la fête me disait : ’ça suffit avec les inventions, jouez un pasodoble’, mais comme on dit : ‘Tous les goûts sont dans la nature’. La salsa a captivé la population qui suivait non seulement les grands orchestres étrangers mais aussi les orchestres locaux. », ajoute-t-il.

Le second disque du Combo Latino en 1966 s’appelle Salsa y Sabor (Palacio : LP 6185)

JPEG - 196 ko

concocté par les musiciens suivants :

Federico Betancourt : güiro, directeur ; Roberto Monserrat : timbales, directeur musical ; Dimas Pedroza (22 ans alors) : chant ; Carlín Rodríguez (28 ans alors) : chant ; Arcos (Arcadio) : trombone ; Zantis : trombone ; Rojitas : trombone ; Pedro : trompette ; Pinto : Trompette ; Iriarte (Culebra) : piano ; Pedrito : congas ; Rafael : basse ; Eduvigis Carrillo : arrangements ; Alberto Toro Gutiérez : ingénieur du son.

JPEG - 14.6 ko
Monserrat

 [6]

En 1967, Federico y su Combo enregistre "Mas Salsa" avec les titres : El Cumbachero ; Guaguancó en Mozambique, Descarga Cuatricentenaria, Pancho y Ramona.

JPEG - 11.1 ko
Mas Salsa
JPEG - 36 ko
Mas Salsa

En 1968 le Sonero Joe Ruiz est appelé par Federico Betancourt, pour se charger, aux côtés de El Bobby et du Negrito Calavén, des parties vocales de l’album « Mejor que Nunca ». Joe Ruiz interprète “Dolores, si te fuiste y qué” et “Con la misma moneda”. Ce microsillon sorti en novembre 1968, contient d’autre part La Humanidad, El Timbalito, Olvidate De Mi. [7]

JPEG

JPEG - 30.7 ko
Mejor que nunca

Toujours en 1968 Federico y su Combo Latino sort "Psychédélique avec Salsa", Psicodélico Con Salsa :

JPEG - 5.7 ko
Federico y su Combo Latino
Psicodelico con salsa

Ce disque comprend trois guarachas : "El Alacran", "Que Dichoso Es" et "Yuca y Boniato", un boogaloo et une pachanga "Campesina". El Negrito Calaven chante sur ce très bon disque.

L’album "Federico Boogaloo" sort en 1968 (Palacio LP-6228) [8].

JPEG - 11.8 ko

La chanson éponyme "Le Boogaloo de Federico" (signée par Federico Betancourt et Roberto Montserrat) sera reprise dans les années 90 par la Sonora Carrusseles et transformé en succès international par le groupe colombien.

En 1969 sort "Vibración y Ritmo. Joe Ruiz y interprète trois titres : “Lástima que tu te vas”, “Mayembe” et “El Cobrador”, où il fait un superbe duo avec José Antonio Rojas “Rojitas”. Les autres morceaux sont El Agua Limpia Todo, Ocupación, El Negrito Calaven. Cette dernière chanson dédiée à la folie du Negrito Calaven, son swing incroyable et son phrasé si particulier. La Guajira Go Go est très largement inspirée par les beatles. Sur ce disque César Monge -tromboniste- intègre l’orchestre.

JPEG

JPEG - 328.6 ko
Federico - Vibración y Ritmo

L’international ne fut pas un objectif, « nous n’avions pas besoin de sortir, car tout se passait ici. Au contraire les musiciens de l’étranger voulaient venir chez nous ». Malgré cela, en 1970, Federico et son combo avec Joe Ruiz, César Monge, Rojitas et “Culebra” Iriarte (futurs membres de la Dimensión Latina), voyagent à Curaçao et en Colombie.

En 1970 il est en studio pour enregistrer "Dos Sets con Federico y su Combo" (Audivox Records AV-53 ou VELVET label LPV-1539) [9].

JPEG - 59.6 ko
Dos Sets
JPEG - 43 ko
Dos Sets

Pendant les carnavals (événements musicaux les plus importants de l’année) de 1971, il alterne avec Justo Betancourt à la "Casa Guárico" et sur certains shows télévisés avec la Sonora Matancera. Juin 1972, Orlando Castillo « Watussi » enregistre avec Federico y su Combo « Desde Cuando » et « La Machaca »

JPEG - 43.3 ko

En 1975 Federico y su Combo Latino met sur le marché "dérapage de salsa" : "Derrape De Salsa" (BASF 10.068), un excellent disque [10].

JPEG - 123.2 ko
Derrape de Salsa
JPEG - 75.8 ko
Derrape de salsa

En 1976, Orlando Castillo « Watussi » enregistre avec Federico y su Combo "Siguelo ahí.... a lo cortico" (BASF 25053). [11]

En 1977, toujours avec Watussi, Federico Betancourt enregistre 9 nouvelles versions de ses classiques les plus connus : Maina, Señor Gallo, Pao Pao, El Jaleo, Cocolia.

En 1979, rebaptisé temporairement Federico y Su Orquesta le combo sort "El Maestro" (Fonobosa 50020) avec les chansons : "Plazos Traicioneros" et "Canela". L’élément le plus intéressant de ce retour de Federico est l’intégration au chant de Canelita Medina, une guarachera expérimentée.

JPEG - 41.3 ko

Les enregistrements se sont succèdés dans les années 80 [12]

Aujourd’hui Federico Betancourt vit dans le quartier de Montalbán, à Caracas. Il est père de 5 enfants « trois filles qui vivent aux Etats Unis, une jeune fille de 15 ans et Federiquito », le seul garçon des Betancourt qui a suivi les traces de son père à la tête de son propre orchestre Magia Caribeña [13], et qui travaille actuellement à la production d’un album en hommage à son père.

Son appartement regorge de 33 tours et cartes de Celia Cruz : « Elle m’écrivait de partout, elle m’a même invité à ses noces d’argent », dit-il.

Auteur de 21 disques (repris dans d’innombrables compilations) et récompensé d’une trentaine de prix, il ajoute : « Dans ce pays, on ne peut pas subvenir aux besoins d’une famille avec la musique ». C’est pourquoi depuis des années il s’est plongé dans une activité parallèle qui consiste à être ingénieur du son pour des fêtes et des concerts.

La carrière de Federico Betancourt est saluée par un documentaire réalisé par la production vénézuélienne "Twenty Factory Films", faisant partie d’une série appelée "Latinos" dédiée aux pionniers de la salsa au Venezuela comme Ray Pérez, La Dimensión Latina, el Sexteto Juventud et Los Satélites, entre autres.

Latinos sera diffusé au Venezuela au premier trimestre 2006.

Sur la photo ci-dessous : Orlando Castillo "watussi" aux côtés de Federico Betancourt à la Radio Nationale du Venezuela en 2005. Programme : "Ritmo, Sabor y Estilo" avec Gherson Maldonado et Jesús Primera.

JPEG


Sources : journal ABN du 07/12/2005 ; disques ; émissions de radio "Sentir Latino" sur YVKE mundial.

Une compilation conseillée :

En vente sur www.museodeldisco.com

- Federico y su Combo Latino - "el pionero de la Salsa". Compilation :1- Federico Boogaloo ; 2- Cocolia ; 3- Pao Pao ; 4- Maina ; 5- Abicu ; 6- Mi Querida Bomba ; 7- La Runidera ; 8- El Pachanguero ; 9- Quisiera Olvidarte ; 10- Homenaje a Billo ; 11- El Jaleo ; 12- Cuando La Lluvia Cae ; 13- Las Malas Lenguas ; 14- Recado ; 15- Cumbanchero ; 16-Despierta Rumbero ; 17- El Sabroson ; 18- Que Te Has Creido Tu ; 19-Honesty.

JPEG


[1] Valencia = capitale de la région de Carabobo, Valencia est la 3ème ville du Venezuela et le principal centre agricole de la région.

[2] Rogelia Medina dite "Canelita" la meilleure garachera du pays, née le 6 mars 1939, à La Guaira, Venezuela ; mère de la chanteuse Trina Medina.

[3] El Negrito Calaven (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

JPEG - 46.1 ko
El negrito Calaven
© album de Federico

Carlos Yanez (dit Calaven) chanteur de Los Kenyas et Los Calvos, en plus de l’orchestre de Federico, (+) le mai 2003.

[4] Carlín Rodríguez chanteur, toujours en vie en novembre 2005.

[5] Larry Francia, chanteur, toujours en vie en novembre 2005.

[6] Sur Salsa y Sabor on trouve sur la Face A les titres : 1-El Jaleo (Nico Saquito) : jaleo (voix Carlin) ; 2-Pao Pao (Ramon Monchito) : guajira, cha-cha-cha ; 3-El Señor Gallo(M. Leña) : guaracha (voix Carlin) ; 4-Quisiera olvidarte (D en D) : boléro ; 5-Avicu (J. Barreto) : guaracha.
Et sur la Face B : 1-Maina (Mon Rivera) : guaracha (voix Carlin) ; 2-Guaguanco tropical (Eleazar Lopez C.) : guaguanco (voix Carlin) ; 3-Dame tu cariño (D. en D.) : cha cha cha ; 4-Gozando la salve (C. Davila) : salve, merengue (voix Carlin) ; 5-Pa’los niches (Victor A. Valera) : Pachanga.

[7] -Mejor que Nunca :
Dolores (Mon Rivera) ; Con la Misma Moneda (C. Davila) ; La Humanidad ; Amor y mas Amor (DR) ; El Timbalero (Tito Puente) ; El prestamista (C. Curet Alonso) ; Mira Mis Labios (L. Cruz) ; Negro Gato (G. Cortes) ; Olvidate de mi (Louis Ramirez) ; Te Fuiste y que (J. Colon).

[8] Federico boogaloo : Ay Que Jose , el sabroson (canta calaven),Federico Boogaloo, Me Falto Estar Mosca, No Me Digas Nada Kamara.

[9] Dos sets : où figurent les chansons Face A : Mi tiempo en guaguanco ; Camina ; En el medio de la noche ; No Te Voté ; No vales na.
Face B : Jala Jala ; Mi Son Guajiro ; Mapeyé ; Cartagena.

[10] Derrape De Salsa :
Face A :
1-"Llego el tiburon" (Pachanga - Merengue) Tata Guera, Dimas Pedroza, Calaven ; 2-"Monina" (Guaguancó) Efraín M. Rivera ; Harlem ; 3-"Capilla sin Santo" (Guaguancó) Héctor Hurtado ; Dimas Pedroza ; 4-"Borrajon y Saraguey" (Guaguancó) Héctor Hurtado ; Calaven ; 5-"El Arcangel" (Guaguancó) Héctor Hurtado ; Dimas Pedroza
Face B :
1-"Regreso el Sonero" (Guaguancó - Pachanga) Héctor Hurtado ; Dimas Pedroza ; 2-"Bomba de corazon" (Plena - Merengue) Efraín M. Rivera ; Harlem ; 3-"La Mulata y Calaven" (Guaguancó) Héctor Hurtado ; Calaven ; 4-"Dejenme Cantar" (Guaguancó) Héctor Hurtado ; Harlem ; 5-"A lo mañano" (Plena - Merengue) Efraín M. Rivera ; Calaven.

[11] Siguelo ahí.... a lo cortico : avec les chansons Canción de la serranía, Gutugurugu, Que cosas tiene la vida, La vida es un sueño, Puesto vancante, Cualquiera resbala y se cae.

[12] En 1980 Federico y Su Orquesta "Con Memo Morales" (Fonobosa 50034).

En 1984 Federico y Su Combo Latino avec au chant Dimas Pedroza , Canelita Medina et Orlando Watussi - (FM 112246) . Cancion de la serrania, La montura y el caballo, Cualquiera resbala y se cae.

En 1984 Federico y su Combo "Nuevamente federico" :

JPEG - 96.5 ko
Nuevamente federico

Face A : 1-Las malas lenguas ** (Edgardo Jimenez ; Arr. : Alfredo « pollo » Gil) ; 2-Y como es el * (Jose Luis Perales ; Arr. : Alfredo « pollo » Gil) ; 3-Si no eres tu (Pedro Flores ; Arr. : Carlos de Léon) ; 4-Cumbia de Cucuta (Edgardo Jimenez ; Arr. : Alfredo « pollo » Gil) .
Face B : 1-Paloma Titibu * (B. Rodriguez ; Arr. : Victor Mendoza) ; 2-Que te has creido tu * (Sandy Gonzalez, Goajiro Gonzalez ; Arr. : Carlos de Léon) ; 3-Si Machi Quier * (Edgardo Jimenez ; Arr. : Alfredo « pollo » Gil) ; 4-El ciego ** (Sandy Gonzalez, Goajiro Gonzalez ; Arr. : Carlos de Léon).

Au chant Manny More *, Jorge Mendoza **, Don Wicho ***

[13] L’orchestre de Federico Betancourt Junior Magia Caribeña connaît un succès indéniable avec 8 disques mis sur le marché et deux de plus qui le seront en 2006. Un style plus romantique et commercial que celui de son pére.

  • Message 1
    • par , 1er juillet 2007 - Federico Betancourt Videos

      Deux videos à ne pas manquer pour les nostalgiques de Federico Betancourt :

      Pancho y Ramona

      El Arcangel