Syndiquer tout le site

Article

El Todopoderoso

Hector Lavoe et Willie Colon

Publié le 1er juin 2006, par : Chabelita

Le premier album d’Hector LaVoe avec son propre orchestre : "La Voz" (la voix) comporte cette chanson "Le Tout Puissant" qui fut un grand succès.

El Todopoderoso

Orchestre : Willie Colón/Héctor Lavoe
Album : La Voz
Références :
Année : 1974
Auteurs : Willie Colón/Héctor Lavoe
José Torres (piano),
José Mangual Jr (bongo),
Milton Cardona (congas),
José Febles (trompette),
José Rodriguez (trombone),
Harry D’aguiar (trombone),
Ray Maldonado (trompette).

Les plus de ce morceau :
- la voix et le style de Lavoe pour chanter la Guaracha, définitivement agressif, irrévérencieux, forçant les modulations, faisant du chant une simple prolongation du parlé clandestin des "barrios".
- les arrangements de Willie Colon amenant dans la salsa des formes et harmonies qui ne lui appartenaient pas avant.
- le thème ancré dans les racines populaires qui n’avait jamais été abordé avant dans la salsa. D’habitude le thème religieux s’exprimait dans l’évocation de la Santeria. Willie et Hector sont plus proche de la croyance populaire que de la religion officielle de l’église. Cette tendance sera suivie par la sortie quelque mois plus tard du Nazareno d’Ismael Rivera. (*)

Original Traduction
Ay, como lo escupieron
Como lo empujaron
Como lo llevaron
A crucificar
Ah ils lui ont craché dessus
Comme ils l’ont rejeté
Comment ils l’ont emmené
Se faire crucifier
Si viéramos bien al mundo
Y a nuestros pueblos hermanos
No existiera lo rotundo
Ni existiera la creencia
Cada cabeza es un mundo
Si nous voyions bien le monde
Et nos peuples frères
Le retentissant [1] n’existerait pas
Et la croyance non plus
Chaque tête est un monde [2]
Todos tenemos problemas
Que tienen su solución
Sin pensar que el de la muerte
De eso se encarga el Señor
Nous avons tous des problèmes
Qui ont leurs solutions
Sans penser à celui de la mort
De ça Dieu s’en charge
Es el que todo lo sabe
Es el que todo lo ve
No conoce el egoísmo
Ni actúa de mala fe
Il est celui qui sait tout
Il est celui qui voit tout
Il ne connaît pas l’égoisme
Et n’agit pas de mauvaise foi
Coro :
Todopoderoso es el Señor,
El Todopoderoso es el Señor
Choeur :
Tout puissant est le seigneur
Le tout puissant est le seigneur
Ay en el calvario fue puesto
Y alli fue crucificado
La sentencia fue de Herodes
Y firmada por Pilatos
Ay il fut mis sur le calvaire
Où il fut crucifié
La sentence fut prononcée par Hérodes
Et signée par Pilates
Es el que todo lo sabe
Es el que todo lo ve
No conoce el egoísmo
Ni actúa de mala fe
Il est celui qui sait tout
C’est lui qui voit tout
Il ne connaît pas l’égoisme
Et n’agit pas de mauvaise fois
Si viéramos bien al mundo
Y a nuestros pueblos hermanos
No existiera lo rotundo
Ni existiera la creencia
Cada cabeza es un mundo
Si nous voyions bien le monde
Et nos peuples frères
Le retentissant n’existerait pas
Et la croyance non plus
Chaque tête est un monde
Oye después que lo escupieron
Y después que lo empujaron
Todito lo que le hicieron
Fueron todos perdonados
Ecoute après qu’ils lui ont craché dessus
Et après qu’ils l’ont rejeté
De tout ce qu’ils firent
Ils furent tous pardonnés
Padre nuestro que estas en el cielo
libranos de todo mal
Y libranos de las manos
Que nos quieren acabar
Notre père qui es aux cieux
Délivre-nous du mal
Et délivre-nous des mains
Qui veulent en finir avec nous
Es, ese el que to’ lo sabe
Es ese que to lo ve
No conoce el egoísmo
Ni actua de mala fe
Il est celui qui sait tout
Il est celui qui voit tout
Il ne connaît pas l’égoisme
Et n’agit pas de mauvaise fois

Quand LaVoe chantait ce morceau sur scène il se prolongeait d’un bon quart d’heure, grâce à des improvisations toujours différentes. Ci-dessous un échantillon de celles du 30 mars 1986 au Corso (club de New-York).

Eh, la Virgen lavaba
San Pedro reía
El Niño lloraba
Y yo lo mecía al Mesías
Hé, la Vierge lavait
Saint Pierre riait
L’Enfant pleurait
Et moi je le berçais le Messie
Y yo pequé, pequé Dios mío
Ay piedad Señor piedad
Pues si grandes son mis culpas
Ay, mayor es tu bontad
Et j’ai péché, péché mon Dieu
Ah pitié Seigneur pitié
Si mes fautes sont grandes
Plus grande encore est ta bonté
Si amar es un pecado
Quiero ser pecador
Y si amarte es sacrilegio
Pues sacrilegio yo soy
Si aimer est un pécher
Je veux être pécheur
Et si t’aimer est un sacrilège
Alors je suis un sacrilège

(*) Commentaires issus du "Libro de la salsa" de Cesar Miguel Rondon.


[1] ou formule à l’emporte-pièce.

[2] Cada cabeza es un mundo : chaque tête est un monde ou chaque être est un monde. Hector LaVoe établi son opposition à l’égoïsme, l’homme ne peut vivre seul sans ses semblables.