Syndiquer tout le site

Article

El Gran Combo

Biographie

Première publication 11 juillet 2001, Publié le 23 septembre 2002, par : guayacan

Un grand merci à Maya pour son aide et son article de présentation du Gran Combo à l’occasion de leur passage à Vic (été 2001)

Où faire commencer l’histoire de "Los Embajadores Musicales de Puerto Rico" ? En 1962 lors de la création du groupe ? En 1954 avec le combo de Rafael Cortijo ? En 1926 avec la naissance de Rafael Ithier ? Ou bien plus tôt encore avec la bomba et la plena ? Chacun remontera aussi loin qu’il le veuille.

Pour nous, cette légende commence dans les années 50, en compagnie d’autres légendes : le Combo de Rafael Cortijo, avec son chanteur Ismael Rivera (Maelo / El Sonero Mayor). C’est le groupe phare de l’époque, patrimoine musical de Porto Rico. De 1954 à 1962, il accumule les succès, sa renommée s’étend bien au-delà de son île natale. Mais tout s’arrête brutalement début 1962 quand le pianiste Rafael Ithier, suivi du bongosero Roberto Roena, du saxophoniste Eddie Pérez et de 4 autres musiciens décident d’abandonner le groupe. En termes diplomatiques, il y avait incompatibilité d’humeur, et désaccords sur certaines conduites personnelles de Rafael et Ismael.

Le pari est risqué, abandonner le groupe c’est se fermer beaucoup de portes et se priver de l’immense popularité de Cortijo et Maelo. Après un premier disque (Josito Mateo y El Gran Combo, "Menéame los Mangos") où ils accompagnent le chanteur dominicain Josito Mateo, les musiciens se réunissent [1] pour décider des bases sur lesquelles reposera le groupe. Le nom du groupe est validé avec la volonté de ne mettre aucun de ses membres en avant. Ensuite, cinq musiciens sont embauchés pour arriver à une formation de onze musiciens : deux chanteurs, piano, deux saxophones, deux trompettes, conga, bongo, timbal, basse. Depuis cette époque, le groupe fonctionne comme un collectif, sous la direction musicale de Rafael Ithier.

Les débuts sont difficiles, mais au bout de quelques mois, une radio les repère et commence à les faire connaître. Puis, le 26 mai 1962, ils font leur début en public dans la ville de Bayamon. D’autres radios, débuts à la télévision, et ils enregistrent leur premier Long Play. A cette occasion, pour remplacer un chanteur démissionnaire un nommé "Junior" Montañez leur est présenté. Très vite, "junior" devient Andy (diminutif de Andrés) et la future star s’impose. Il restera 15 ans dans le groupe. Le disque, "Acángana", sort deux jours avant la mort de Kennedy. Et ce n’est qu’après une longue trajectoire de succès (Panama, Venezuela, Mexique) qu’il arrivera à New York et finalement à Porto Rico.

Durant les années suivantes, le groupe enchaîne les tournées, les L.P.s et les succès. Il s’installe dans la durée. Mais en 1969, à la suite de dissensions, Roberto Roena et Elias Lopés quittent le groupe. Ils passent sous contrat avec la Fania et créent le Apollo Sound. D’autres musiciens sortent et tous sont remplacés. Malgré ces va et vient, le groupe conserve son identité musicale, poursuit son chemin, et continue d’accumuler succès et prix internationaux.

En 1970, ils sont contactés par la Motown [2], mais les négociations n’aboutissent pas. Leur contrat avec GEMA, le label qui les suit depuis leurs débuts n’est pas renouvelé. Sans producteur, ils se risquent alors à créer leur propre label : EGC [3]. Leur premier disque sous ce label se nomme "ESTAMOS PRIMEROS, EL GRAN COMBO", dix autres suivront.

En 1971, l’une des rares concessions de Rafael aux influences new-yorkaises, un nouvel instrument fait sont apparition dans le groupe : le trombone, ainsi qu’un troisième chanteur. Le groupe comprend alors treize musiciens : deux saxophones, deux trompettes, trombone, conga, bongo, timbal, basse, piano et trois chanteurs. Il conservera ce format jusqu’à aujourd’hui.

L’année suivante, le chanteur Charlie Aponte entre dans le groupe, il y est toujours aujourd’hui.

"Los Mulatos del Sabor" continuent d’enchaîner succès et récompense quand en 1977, à l’occasion d’une tournée au vénézuela ils subissent un coup dur. Andy Montañez quitte le groupe pour rejoindre la Dimension Latina [4], nanti d’un des plus gros contrats que l’on ai vu. Beaucoup pense alors que le groupe ne s’en remettra pas, remplacer Andy n’est pas une mince affaire. Sur les conseils de Quique Luccas (fondateur-directeur de la Sonora Ponceña), Rafael fait alors appel à un chanteur jeune et prometteur : Jerry Rivas. Et cela marche. Le groupe maintient son identité, sa couleur musicale et le disque suivant ("EL GRAN COMBO EN LAS VEGAS") est disque d’or en 1978.

Dans ce disque la première chanson s’intitule "Aqui No Ha Pasado Nada" (Ici il ne s’est rien passé)... Et on peut entendre :

"El que de aquí se va es porque le da la gana. Nosotros te lo advertimos, piensa bien en el mañana." (Celui qui s’en va d’ici, c’est parce qu’il en a envie. Nous t’avertissons, penses sérieusement au lendemain)

1977 marquera aussi un changement de label, les musiciens n’ayant plus vraiment le temps de s’occuper d’EGC, ils s’associent à Ralph Cartagena et créent un nouveau label : Rico Records (qui deviendra l’actuel Combo Records).

En 1982, le groupe fête ses vingt ans. Peu de gens auraient parié sur une telle longévité lors des difficiles débuts de 1962, mais le groupe est là, et pour longtemps. Les félicitations arrivent de bien au-delà de l’île, il reçoit entre autre le Congo de Oro de Colombie, où on les surnomme "La Universidad de la Salsa".

Deux ans plus tard, les musiciens font une tournée en Alsaka. Ils sont si bien reçus qu’à leur retour ils sortent un disque en hommage à cette terre gelée : "Breaking The Ice : El Gran Combo En Alaska". Ce disque leur vaudra leur première nomination aux Grammy’s.

Le 25ème anniversaire (1987) sera marqué par un concert de légende au Madison Square Garden. En 1991, le groupe est endeuillé par la mort du tromboniste Epifano "Fany" Ceballo, qui était là depuis vingt ans. L’année suivante, pour leur trentième anniversaire, trente milles personnes assisteront à un méga concert avec Gilberto Santarosa, Andy Montañez, Jerry Rivera, Alex D’Castro, Johnny Ventura et La Sonora Ponceña.

Tout au long de son histoire, Rafael Ithier a su maintenir l’identité musicale du groupe, malgré les départs, et avec un minimum de concessions aux modes. Disques après disques, la continuité de leur style est telle qu’elle fait dire à Cesar Miguel Rondon [5] qu’avoir un disque du Gran Combo c’est les avoir tous. Une autre force du groupe est son fonctionnement collectif, sa capacité d’intégration des nouveaux membres, comme le dit Rafael [6] : "Yo lo digo que es como un matrimonio grande. Emocionalmente, tuvimos problemas internos y había momentos amargos, pero dulces también. Pero todo el éxito lo dividimos, y a lo fracaso también.".

En 1997 El Gran Combo a fêté ses 35 ans, il fêtera l’an prochain ses 40. Plus d’une cinquantaine de disques sont à son actif, et le dernier "NUEVO MILENIO" est sorti en Mai 2001.


Depuis la rédaction de cet article, El Gran Combo a sorti un nouveau CD, un double-live enregistré pendant le premier concert anniversaire des 40 ans (avril 2001, Bayamon, Puerto Rico).

Par ailleurs, cet article a été publié dans le premier numéro de Salsa y Rumba (Avril 2002)


[1] Pour la légende : ce fut chez la mère de Roberto Roena à Santurce

[2] Label mythique de la Soul aux USA

[3] Pour le financer, Andy hypothèque sa maison pour 7 000 $

[4] Groupe dans lequel a chanté Oscar D’Leon pendant de nombreuses années

[5] Auteur de l’une des bibles de la Salsa : El Libro de la Salsa : Crónica musical del caribe urbano dont je recommande la lecture à tout passionné de Salsa.

[6] Dans une interview par Natasha de Oasis Salsero, tentative de traduction : "c’est comme un grand mariage. Nous avons des problèmes émotionnels internes, des moments amers, de bons moments aussi. Mais tous les succès nous les partageons, les échecs aussi".

  • Message 4
    • par Amaru, 27 août 2003 - > El Gran Combo

      étant Colombien je connais bien ce groupe qui est mythique et que tout le monde làs-bas connait et savent leurs chansons par coeur. Merci pour m’éclairer dans mes connaissances de ce groupe, et encore bravo. Amaru

  • Message 3
    • par salsarina, 20 novembre 2002 - > El Gran Combo

      Depuis ce super article sur El Gran Combo j’ai essayer de découvrir ce groupe que je connaissais peu. J’ai réussi à télécharger quelques titres sur Kazaa et ais finalement acheté leur album anniversaire qui est top. Donc merci.

  • Message 2
    • par stef, 18 octobre 2002 - > El Gran Combo

      Bon je teste mon identifiant et en même temps je dis El Gran Combo c’est vraiment trop fort...dire qu’avant le matraquage de Guayacan_ je trouvais çà bof sans plus...

  • Message 1
    • par , 24 septembre 2002 - > El Gran Combo

      pour faire plaisir a guay_.....je teste....

      • par Pollo, 26 septembre 2002 - > El Gran Combo

        pour embêter el_k, je teste aussi nananere. faudrait que tu indiques "en reponse au message de.." et pis ensuite tu mets seulement les pseudos qui ont répondu avec un lien vers les messages pour les visualiser si besoin ou alors les pseudos avec leur message respectif. comment ça je suis pas clair ?