Syndiquer tout le site

Article

El 9 de Enero

Bush y su nuevo sonido

Publié le 1er janvier 2008, par : tlacatlolli

El 9 de enero est un morceau du groupe panaméen Bush y su nuevo sonido sur des paroles de Ruben Blades. Il fait référence à des événements gravés dans la mémoire collective du peuple panaméen dont voici l’histoire.

En 1962, les présidents panaméen et américain Chiari et Kennedy se réunissent pour négocier différents accords commerciaux concernant la zone du canal de Panama, que les américains occupent depuis sa construction. Il s’agit également de clarifier le problème de la souveraineté du Panamá sur cette bande de terre divisant le pays en deux. Il est alors décidé que le drapeau panaméen devra désormais flotter aux côtés du drapeau américain. Bien qu’il ne les satisfasse pas complètement, les Panaméens acceptent cet accord, le considérant comme un premier pas prometteur.
Mais cet accord n’est pas respecté et tout au long de l’année 1963, la colère grandit.
Le 30 décembre, le gouverneur américain de la zone du canal Robert Fleming annonce que les mesures adoptées lors du traité Chiari-Kennedy seront appliquées dès le 1er janvier 1964. Le 3 janvier, l’officier Carlton Bell hisse le seul drapeau américain face au monument de Gamboa, le 7 janvier, des étudiants font de même devant l’école américaine de Balboa, en violation ouverte des ordres du gouverneur.
Le 9 janvier, les étudiants de l’école supérieure de Balboa et leurs parents montent la garde devant le drapeau pour empêcher les autorités de le faire descendre. A 5 heures de l’après-midi, un groupe d’environ 200 étudiants panaméens de l’Institut National marchent vers la zone du canal et demande l’autorisation de hisser le drapeau et de chanter l’hymne national. La police américaine autorise alors 5 étudiants à passer. Dés qu’ils commencent à chanter, les civils américains se jettent sur eux, les frappent, déchirent le drapeau panaméen et le piétinent. Les policiers évacuent alors les jeunes gens de la zone.
La rumeur des événements se diffuse rapidement et ce sont des centaines de manifestants qui envahissent l’avenue « 4 de julio ». La police, l’armée et des civils américains ouvrent alors le feu sur la foule au pistolet, au fusil et à la mitraillette. L’agression, qui continua les 10 et 11 janvier, causa la mort de 21 panaméens et plus de 500 blessés. Le Panamá coupa immédiatement ses relations diplomatiques avec les États-Unis et dénonça l’agression aux Nations Unies ainsi qu’à l’Organisation des États Américains.

Cet épisode de l’histoire panaméenne reste comme le symbole de la lutte pour la souveraineté et du rejet de l’ingérence américaine. Les références aux événements du 9 janvier 1964 sont fréquentes, comme ici lors du référendum sur l’agrandissement du canal d’octobre 2006 (voir photo).

JPEG - 913.1 ko

Voir autres photos ICI

Original Traduction
9 de enero, yo nunca olvido
a un pueblo entero, que con valor se enfrento
a la metralla del buen vecino
que en un momento, sus promesas olvido
9 janvier, je n’oublie jamais
Un peuple entier, qui avec courage s’est opposé
A la mitraille du bon voisin
Qui à un moment, a oublié ses promesses
orgulloso sobre todo voy flameando mi bandera
de blanco, azul y con rojo, sangre de Arcaño Arrosemena
no te puedo olvidar, no te puedo olvidar
por eso elevo mi canto en homenaje sincero
a los bravos que cayeron
a los martires de enero
Fier par dessus tout, je fais flotter mon drapeau
Blanc, bleu et avec du rouge, le sang d’Arcaño Arrosemena
Je ne peux pas t’oublier, je ne peux pas t’oublier
C’est pourquoi j’élève mon chant en hommage sincère
Aux braves qui sont tombés
Aux martyrs de janvier
Patria ! Patrie !
Ahe 9 de enero
mi patria siempre es primero
Ahe 9 de enero
y por eso yo la quiero
Ahe 9 de enero
y pa los bravos que cayeron
Ahe 9 de enero
voy flameando mi bandera
Ahe 9 de enero
por la franja canalera
Ahe 9 de enero
olvidarte yo no puedo
Ahe 9 de enero
Panama, Panama, Panama, Panama, Panama
Ahe 9 de enero
Ahe 9 de enero
Ahe 9 janvier
Ma patrie passe toujours en premier
Ahe 9 janvier
Et c’est pour ça que je l’aime
Ahe 9 janvier
Et pour les braves qui sont tombés
Ahe 9 janvier
Je fais flotter mon drapeau
Ahe 9 janvier
Pour la zone du canal
Ahe 9 janvier
Je ne peux pas t’oublier
Ahe 9 janvier
Panama, Panama, Panama, Panama, Panama
Ahe 9 janvier
Ahe 9 janvier
Ahe 9 de enero
Arcaño cayo primero
Ahe 9 de enero
nuestra bandera rompieron
Ahe 9 de enero
y cuanta sangre recogieron
Ahe 9 de enero
olvidarlo yo no puedo
Ahe 9 de enero
y en mi memoria te llevo
Ahe 9 de enero
como abaliaron al pueblo
Ahe 9 de enero
y que que cuantos mitos se oyeron
Ahe 9 de enero
por mi patria la vida primero
Ahe 9 janvier
Arcaño est tombé le premier
Ahe 9 janvier
Ils ont détruit notre drapeau
Ahe 9 janvier
Et combien de sang ils ont fait couler
Ahe 9 janvier
Je ne peux pas l’oublier
Ahe 9 janvier
Et je te porte dans ma mémoire
Ahe 9 janvier
Comme ils ont tiré sur le peuple
Ahe 9 janvier
Et combien de mythes on a entendu
Ahe 9 janvier
Pour ma patrie, la vie avant tout
Panamá soberana siempre sera
Panamá soberana siempre sera
Panamá soberana siempre sera
Panamá soberana siempre sera
Panamá sera toujours souveraine
Panamá sera toujours souveraine
Panamá sera toujours souveraine
Panamá sera toujours souveraine
Ahe 9 de enero
la vida que se perdieron
Ahe 9 de enero
y todo el luto que nos dieron
Ahe 9 de enero
pero al final no se fueron
Ahe 9 de enero
que valor el de mi pueblo
Ahe 9 de enero
olvidarlo yo no puedo
Ahe 9 janvier
Les vies qu’on a perdues
Ahe 9 janvier
Et tout le deuil qu’ils nous ont fait subir
Ahe 9 janvier
Mais au final, ils ne sont pas partis
Ahe 9 janvier
Quel courage, celui de mon peuple
Ahe 9 janvier
Je ne peux pas l’oublier