Syndiquer tout le site

Article

Diabloson

La salsa en France

Publié le 1er mai 2006, par : Chabelita

Un groupe qui fait l’unanimité à BuscaSalsa.com

A découvrir d’urgence.

JPEG - 56.9 ko

Diabloson, un son du diable. A travers leur premier travail discographique nous découvrons une formation séduisante en diable. Six morceaux, dont 5 compositions originales et une reprise. Et quelle reprise ! La magnifique « Gracias a la vida » un texte ciselé par Violeta Parra, réarrangé version salsa. Ce serait bien le diable si elle ne vous faisait pas danser. Ecoutez le travail des cuivres et du piano, c’est tout simplement beau. N’oublions pas pour autant la diablesse « Linda Caribeña » née sous la plume de Rafael Quintero et arrangée par Max Lizana, qui vous envoutera. C’est l’exemple parfait qui prouve qu’on peut faire une chanson d’amour sans tomber dans la platitude et la mièvrerie. Au contraire celle-ci a la beauté du diable, il y a une montée en puissance tout au long du morceau -aussi bien en musique qu’en paroles- avec un bongo mis en valeur et la voix de velours du poête/sonero vénézuélien. Sur le titre suivant « Descarga » le bien nommé chaque musicien se débat comme un beau diable pour tirer le meilleur de lui-même. C’est tellement réussi qu’on a qu’une hâte : les voir improviser sur scène. Autre diablerie : « Cuidate » qui commence par quelques notes façon tango, se poursuit en cha-cha-cha, entrecoupé par l’appel d’une conque pas du tout incongrue, pour finir dans une salsa explosive en diable, avec de fausses conclusions diaboliques pour les danseurs. Ce diablotin d’Alejandro Spina nous offre pour terminer « Mujer de mi vida » mélange de cumbia et de salsa et « Yo te digo » un très bel hommage aux femmes. Diablement efficace , il est difficile de choisir une chanson parmi les 6 de ce CD. La qualité est là, avec beaucoup d’optimisme, de fraîcheur, un son qui vous mettra le diable au corps sur les pistes de danse et vous délectera les oreilles à la maison ou en concert. Au diable l’avarice, vous pouvez sans doute dépenser une dizaine d’euros pour vous faire plaisir en achetant ce CD et saluer le travail de ces brillants musiciens.

JPEG - 14 ko
1er CD de Diabloson

Les musiciens de Diablo Son

JPEG - 33.7 ko

- Alejandro Spina, argentin, (bongo, campana, guiro, direction, manager). Parti vivre en Italie à l’âge de 24 ans, où il fait partie de différents orchestres. Au bout de 10 ans il s’installe dans le sud de la France où il intègre le groupe de salsa La Máquina, et multiplie des expériences riches et variées entre Corse et Continent. C’est à Marseille qu’il forme Diabloson, une formation de « salsa dura ».
- Max Lizana, chilien (Piano,composition, direction musicale).
- Rafael Quintero, vénézuélien (Chant, composition) [1]
- Cesar De Santiago, mexicain (Chant).
- Marcelo Chaug, chilien (Contrebasse).
- Gustavo Ovalles, vénézuélien (Multi-percussionniste, congas sur 1,2,3) [2].
- Rafael Genicio, cubain (Timbales).
- Nicolas Monribot, français (Congas sur 4,5,6).
- Didier Duchesne, français (Trombone).
- Alain Henriot, français (Trompette, Conque, Bugle).
- J. Charles Parisi, français (Sax tenor).

JPEG - 20.1 ko

1-Linda Caribeña (Lizana-Quintero)
2-Descarga (Lizana)
3-Gracias a la vida (V. Parra-arr. Lizana)
4-Cuidate (Lizana)
5-Yo Te digo (Lizana)
6-Mujer de mi vida (Lizana-Sanchez ancien du groupe)


[1] Rafael Quintero membre de la dynastie Quintero, il fait aussi partie des orchestres :
- La République Démocratique du Mambo
- Stomboli Salsa
- Zumbao

[2] Gustavo Ovalles qui accompagne les plus grands d’Orlando Poleo à Omar Sosa a sorti son propre CD : "Ara Onu" Terre des Ancêtres. Ce disque a été autoproduit par 2 associations marseillaises dont "Le Train en Marche" = letrainenmarche@free.fr
Il n’est pas distribué, donc s’il vous intéresse vous pouvez le commander pour 15 euros via :
Le Train en Marche
1 rue Mazagran
13001 Marseille