Syndiquer tout le site

Article

Deldongo, Salsa Française

Publié le 12 août 2007, par : Georgina Nicoli

Après avoir interviewé Fabrice Delpech, alias DelDongo, il s’est excusé pour son anglais. Il n’avait pas à me faire ses excuses, avec mon manque de connaissance en français.

Ce gars peut chanter en anglais, en français en Portugais et en espagnol et moi je suis seulement correctement à l’aise que dans une langue. Aussi souple qu’en chant, il peut jouer du piano dans divers styles. C’est ce qui donne son style de Salsa unique. Issue de la Soul et de la Pop-Rock, il arrive jusqu’à la salsa et joue avec son groupe ce qu’il décrit en tant que « Frenchy-Salsa dura ». Il est devenu un ambassadeur de la « Salsa française », ayant établi une réputation solide en dehors de la France, en Amérique du Sud par exemple et jouant dans le monde entier à côté de grands noms comme Los Reyes-gypsys King et chantant au coté de Cheo Feliciano. Avec la sortie de son single Destination Amazone, CD de Salsa, Que Pasa Magazine [1] en dévoile un peu plus au sujet de ce groupe et de sa musique.

Que Pasa : Comment et quand le groupe s’est formé ?

DelDongo : J’ai formé ’Deldongo Salsa Group’ en 1996. J’ai commencé à faire mes propres arrangements, compositions et textes apres avoir étudié beaucoup de styles musicaux.

Que Pasa : Comment décrivez-vous votre marque de « Salsa » ?

DelDongo : Aujourd’hui je suis, je pense en toute modestie, le premièr a faire de la « Frenchy Salsa ». Le premier a adapter les textes, avec les règles de la langue française, en « Salsa dura ». Mes titres sont riches harmoniquement, comme les arrangements des Salseros Made in New York. Il y a aujourd’hui une Salsa qui se compose en France. C’est la même chose que le jazz ou les genres de musique comme le classique qui sont devenus internationaux.

Que Pasa : Comment êtes-vous entrés dans Salsa ?

DelDongo : D’abord tout à travers le jazz, la Bossa-nova, le Latin-Jazz, puis je suis venu à la Salsa. Je suis intéressé par toutes les musiques riches harmoniquement.

Que Pasa : Vous pouvez jouer de la soul, du jazz, de la pop rock Music et de la Salsa, tout à un niveau professionnel. Avez-vous un favori ?

DelDongo : Je suis pianiste, chanteur de pop ,et j’ai été initié par ma mère à la musique soul Motown quand j’étais enfant. La pop rock et la soul sont mes racines depuis toujours. Le jazz et le Salsa sont venus de mes études pianistiques en meme temps que le conservatoire. Je n’ai pas vraiment de préférence. Je prends du plaisir dans tous les styles de musique ,s’ils sont bien faits.

Que Pasa : Quelles sont vos influences musicales ?

DelDongo : Classique, moderne, romantique, jazz, pop, rock, Bossa nova, soul, musique populaire brésilienne, musiques latines, Salsa et flamenco.

Que Pasa : Je crois que vous êtes basé à Paris. À quoi ressemble la scène Salsa à Paris ?

DelDongo : J’habite Paris depuis deux années ,mais je suis du sud de la France. De la région Toulousaine, la région d’Occitane de la France, pour être exact. La scène Salsa à Paris a perdu de son enthousiasme. Il est très difficile ici de voir des groupes de douze musiciens ou plus en live.

Que Pasa : Pensez-vous que la France a influencé votre musique ?

DelDongo : Oui dans la couleur de ma voix, quand je chante en français, mon accent du sud se prête bien à Salsa. Mais je crois qu’en général mon influence vient de mon croisement culturel « brésilien, français, Porto Ricain-Cubain »

Que Pasa : Vous chantez en français et en espagnol. La langue Française retentit tellement naturellement avec les rythmes latins. Les groupes de Salsa d’autres pays chantent normalement en espagnol. Alors que vous et beaucoups d’autres groupes de Salsa français,avez décidé de chanter dans votre langue ?

DelDongo : Le Français comme l’Italien et l’Espagnol est une langue latine qui s’adapte très bien aux rythmes latins.

Je suis français et je suis meilleur en grammaire française qu’hispanique. Il est très difficile de trouver les bons mots en Français. Les Français sont beaucoup plus exigeants sur la forme des textes. On ne peut pas écrire n’importe quoi, il y a ici comme une culture de la ‘plume’ .

Que Pasa : Avec quels artistes avez-vous collaboré ?

DelDongo : J’ai collaboré avec Camilo Azuquita, Los Reyes-Gypsy kings, et beaucoup d’autres artistes.

Que Pasa : Qu’écoutez vous à l’heure actuelle ?

DelDongo : J’écoute Puerto-Rican Power, Spanish Orquestra, Prince, El Cicada, BabyFace, Claude Nougaro, Oscar de Leon, Chéo Feliciano, et Eddie Palmierie.

Que Pasa : Vous avez trouvé le succès en dehors de la France au Pérou, au Venezuela et en Colombie, avec des concerts en live, des entrevues Télé et par la radio. Était-il difficile de conquérir le marché sud-américain ?

DelDongo : Je pense humblement que j’ai commencé à me faire connaître autour du monde par ma voix, mes arrangements et ma musique. Je dois remercier la Colombie et le Pérou, qui me diffusent régulièrement. Mon titre « Hermano de tu Tierra » a obtenu un ranking au Pérou.

Que Pasa : Où aimez vous jouer votre musique ? DelDongo : J’aime jouer partout ! Mais je voudrais jouer à Cuba, au Brésil, en Colombie et au Pérou. Le public y est très réceptif et donne beaucoup d’énergie.

Que Pasa : Vous avez voyagé partout dans le monde, y compris Miami, Los Angeles, New York, Porto Rico, Brésil, Istanbul, Athènes, la Pologne, le Maroc, Hong Kong et naturellement la France. Avez-vous projeter plus d’excursions ?

DelDongo : Je voudrais trouver un producteur et/ou un tourneur pour me promouvoir un peu plus d’avantage. Mon réseau de promotion est à l’heure actuelle « Underground ». Je m’autoproduis et ce n’est pas simple. J’ai comme projet de tourner un clip dans un mois. Je suis ouvert à toute proposition de tournée internationale, j’ai commencé à gagner mon public en Amérique du Nord et Amerique du Sud.

Que Pasa : Avec qui aimeriez-vous travailler ?

DelDongo : Surtout avec mes musiciens ou d’autres artistes .

Que Pasa : Est-ce que vous vous brancheriez dans différents genres de musiques latines, aimez le Reggaeton populaire ?

DelDongo : Je suis Jazzman et Salsero. J’aime tous les styles dans la musique populaire latine. Mais je m’en tiendrais à la Salsa ’para el bailador’.

Que Pasa : Comment voyez-vous le futur pour DelDongo ?

DelDongo : J’espère pouvoir jouer ma « Frenchy Salsa » aux quatre coins du monde tout en espérant développer une amitié musicale entre les pays qui sont « aficionados de salsa ». J’espère être l’ambassadeur français de la Salsa, auprès des pays du monde latin, africain et asiatique, pour prouver que la France sera toujours une terre d’accueil , qui a un intérêt pour les rencontres culturelles


Merci à Georgina Nicoli et Que Pasa Magazine pour leur aimable autorisation de reproduction.


[1] En savoir plus sur Que Pasa Magazine