Syndiquer tout le site

Article

Canción

La Sonora Ponceña

Publié le 15 novembre 2002, par : Chabelita

Cette chanson est un poême du cubain Nicolas Guillén. "usted" (vous) peut-être une femme, l’amour, la mort, la certitude ou la peur, qui sait ? Chaque lecteur a sa propre interprétation. Cette "CANCIÓN" a été écrite dans un langage délibéremment ambigu afin de nous démontrer que le poême est une sensation et non une dissertation.

Canción

La Sonora Ponceña
Album : Back To Work
CD Inca I 1083
Année : 1987
Produit par : Jerry Masucci

Original Traduction
¡ De que callada manera
se me adentra usted sonriendo
como si fuera la primavera !
yo muriendo
De quelle manière silencieuse
Vous vous approchez de moi en souriant
Comme si j’étais le printemps
moi, mourant
Y de que modo sutil
me derramo en la camisa
todas las flores de abril
Et de quelle façon délicate
vous me répandez sur la chemise
toutes les fleurs d’avril
¿ Quien le dijo que yo era
risa siempre, nunca llanto
como si fuera la primavera ?
No soy tanto
Qui vous a dit que j’étais
rires toujours, pleurs jamais
comme si j’étais le printemps
je ne suis pas tout cela
En cambio ¡ que espiritual
que usted me brinde una rosa
de su rosal principal !
Et au contraire, comme c’est spirituel
de m’apporter une rose
de votre rosier principal,
De que callada manera
se me adentra usted sonriendo,
como si fuera la primavera
Yo muriendo
De quelle manière silencieuse
Vous vous approchez de moi en souriant
Comme si j’étais le printemps
moi, mourant
  • Message 1
    • par Luc Bartoli (Orquesta Ceiba), 28 décembre 2007 - Canción

      Quelques remarques sur cette très très belle chanson interprétée par Sonora Poncena :
      - Le 2e co-auteur est Pablo Milanès.
      - "me derramo en la camisa" se traduit plutôt par "vous l’avez renversé dans le coeur" (dans la chemise, c’est à dire dans la poitrine, le coeur) Encore toutes nos félicitations pour ce site fabuleux !

      • par guayacan, 31 décembre 2007 - Canción

        Co-auteur ou premier à l’avoir mis en musique Pablo Milanès ?

        Merci des commentaires en tout cas !