Syndiquer tout le site

Article

Bobby Valentín - Biographie II

Publié le 9 mars 2004, par : Chabelita

La naissance de l’orchestre de Bobby Valentín, la FANIA, le retour à Puerto-Rico et l’intégration de Frankie Hernández.

  • La naissance de l’orchestre de Bobby Valentín

Après son départ de l’orchestre de Ray Barretto, Valentín décide de former son propre orchestre. Le label Fonseca [1] du producteur Carmelo Fonseca lui donne l’opportunité d’enregistrer. Ainsi naît en 1965 la orquesta de Bobby Valentín avec le disque El Mensajero (Fonseca 1108), enregistré d’avril à mai 1965 au studio Master Tone.

El Mensajero - 1966

Le chanteur originaire de Coamo et ami d’enfance de Bobby Valentín : Marcelino Bubba Morales a été le premier à intégrer la formation. Les autres membres de l’orchestre sont : Cookie Mattero (sax tenor), Joe Orange (trombone), Rudy Martin (piano), Joey Pastrana (timbales), Willie Valentín (conga), Tony Fuentes (bongó), Humberto del Valle (basse). Les titres de cet album : "Cha Con Bembe", "El Mensajero", Try Out Bombon", "Para Don Jose", "Dejame Tranquilo", "Macorina", "Seguiras Criticando", "Cojele El Tiempo", "Que Ambiente", "Cambiando El Tiempo", "Caliente".

Les débuts sur scène de l’orchestre ont lieu dès novembre 1965 au club Limbo Lounge dans le Queens, à New-York.

Bobby Valentín était ami avec Johnny Pacheco. Il a été un des premiers arrangeurs du groupe : Pacheco et su nuevo tumbao. C’est Johnny Pacheco qui l’a présenté à Jerry Masucci -président du label Fania- et cela a débouché sur l’audition de l’orchestre de Valentín et la signature d’un contrat en 1965.

La première production de l’orchestre sous label Fania :
Young Man With A Horn - 1966 Young Man With A Horn (Fania 332) [2]. Les onze titres de cet album sont : "Que Pollito" -chanson qui sera reprise sur l’album des 25 ans de l’orchestre- ; "Maina" ; "Batman’s Bugaloo" ; "Amor Ciego" ; "Gate" ; "Que Buena La Rumba" ; "Song For My Father" ; "Oyeme Bien" ; "Geronimo" ; "Rumba Te Espera" ; "Good Lovin".

Le disque suivant est : Bad Breath (Fania 335). Bad Breath - 1967 qui comprend les chansons : "Bad Breath" ; "Tu Eres Mi Coco" ; "Consuelate" ; "Chango Ta Beni" ; "Barengue Manengue" ; "Love Me So" ; "Zip Zap" ; "Tenia Que Ser Asi" ; "Ritmo Merembe" ; "Que Mate".

Son troisième disque est Let’s turn on, une production de Larry Harlow, suit la mode du boogaloo. Les titres sont : "Use It Before You Lose It", "Yo", "Pa’Eso Bebes", "Keep the Faith", "Yambu", "Boogaloo y Shingaling", "Margarito" -chanson qui sera reprise sur l’album des 25 ans de l’orchestre-, "Descarga en Mozambique", "Funky Big Feet", "Ki Ki Ri Ki".

Au sein du label Fania, il collabore avec Johnny Pacheco dans : Pacheco, Flute and Latin Jazz sur la composition Latin Gravy. Il participe aussi à Latin Roots en 1967.
En 1968, Bobby Valentín débute au sein de la Fania All Stars. Sur l’enregistrement : Live at the red garter, il jouait de la trompette. Dans la foulée, il s’est chargé de tous les arrangements de l’album de Cheo Feliciano.

  • Le retour à Puerto-Rico

Avec son orchestre, il fait trois voyages à Puerto Rico, puis décide de s’y installer en août 1968. Son orchestre original le suit pendant sept mois, puis ses musiciens repartent vers New-York, Bobby Valentín reste à Puerto-Rico et doit recruter de nouveaux membres pour son orchestre. Il retourne quatre ou cinq fois par an à New-York pour faire des enregistrements Fania.

En mars 1969, il réorganise son orchestre. Son orchestre New-Yorkais comportait trois cuivres, le nouveau en comporte cinq : deux trompettes, un trombone et deux saxophones, il crée ainsi son « son » distinctif. Le groupe est alors composé du tromboniste Reinaldo Jorge, des saxophonistes Glauco Rivera (tenor) et Pedro Chiclana (bariton), le conguero Osvaldo Maysonet, le timbalero Federico Vigo, le bongocero Pablito Bonilla et le pianiste Jesús Navarro, Cuqui Cabre, bassiste, Andy Montañez et Chico Rivera font les choeurs.

Son quatrième disque est aussi le premier réalisé à Puerto-Rico : Se la comió, enregistré précisement aux studios Mayoral à San Juan. On y trouve un Bobby Valentín compositeur sur Mirate al espejo et Si, yo te amé. Avec aussi "Son Son Charari", "Guarambembere", "Me Abandonaste", "Beribicua", "Jacinto Que".

Le chanteur Marcelino " bubba " Morales quitte le groupe remplacé par Roberto Angleró.

Bobby Valentín pense que son orchestre doit comporter plus d’un chanteur pour éviter qu’une démission n’ébranle l’orchestre. C’est pourquoi à partir de ce moment il aura deux ou trois chanteurs en permanence dans le groupe, et pas n’importe lesquels comme nous le verrons.

En 1969, le chanteur Frankie Hernández intègre l’orchestre, avec Sammy Figueroa pour le seconder : les morceaux en anglais lui sont réservés. Un autre événement marque cette année : le bassiste Cuqui Cabret quitte brusquement le groupe : Bobby Valentín le remplace au pied levé et ne quittera plus la basse qui deviendra son instrument de prédilection. A tel point que Jerry Masucci le baptisera : El Rey Del Bajo.

Un album à se procurer : Something New / Algo Nuevo (Fania 401). On y trouve : Huracan (de pasión) dont les paroles ont été écrites par Tite curet Alonso, sur un rythme très calme et une belle intro au sax baryton : 4’27 de bonheur avec la voix de Frankie Hernández·Por el ojo et son refrain entêtant « te estoy mirando » . Total para nada : écrite par tite Curet Alonso. Yo soy abacua : chanson de Jimmy Sabater. Pan de negro : une intro forte et des paroles de Tite Curet Alonso qui le sont tout autant, pour un morceau qu’on ne se lasse pas de réécouter. Bobby valentin a trois de ses compositions sur cet album : El mensajero, Ven rumbero et Descarga des morceaux rapides et dansants, avec un piano omniprésent dans la dernière. Deux chansons de l’album se distinguent des autres : Casino un morceau instrumental de Joe Orange et Fire and rain : 3’33 d’escapade dans le jazz, avec des textes en anglais.

JPEG - 10.7 ko
Algo Nuevo - Something New - 1970

Le groupe est alors composé aux trompettes de Randolfo González et Melvin Sotomayor ; Rafael Martínez et Wilfredo De La Torre aux sax tenor et bariton.
Le pianiste Raymond Concepción, le timbalero Oscar Colón, William Danny Thompson le conguero, Héctor Faberllé le bongocero ont fait partie de l’orchestre pendant quatorze ans.
On trouve en plus : Reinaldo Jorge au trombone, Frankie Hernández au chant, et bien sûr Bobby Valentín à la basse. Paquito Guzmán et Andy Montañez font les chœurs.
C’est à ce moment que Roberto Angleró quitte le groupe pour former le sien : El Combo Candela.

Pour sa seconde participation à la Fania All Stars il joue de la basse. Il est présent au concert au Cheetah le jeudi 26 août 1971. Bobby Valentín arrange "Quitate Tú" et "Anacaona". On le voit dans le film "Our latin thing " tourné ce soir là.

En 1971, Frankie Hernández quitte le groupe pour Impacto Crea. Il est remplacé par le talentueux sonero Marvin Santiago sur Rompecabezas (Fania 418) (1972) où il chante Vete pa’lla, Pobre soy, copas de soledad un boléro-cha-cha-cha et papel de payaso de Tite Curet Alonso. Vete pa’lla est une composition de Bobby Valentín : une réponse à ceux qui critiquent sa décision de vivre sur sa terre natale. Larry Harlow est producteur musical. Cheo feliciano est dans les choeurs avec Paquito Guzmán et Ismael Miranda. Sur Soy Boricua tous les membres du groupe chantent " Alma Boricua ". Pirata de la mar de Tite Curet Alonso a été aussi un grand succès. Une autre composition de Tite Curet Alonso sur cet album : Ingratitudes.

L’album : Rey Del Bajo (Fania 457) (1974) marque le retour de Frankie Hernández et comporte les morceaux : Hay Cráneo ; Arenas del desierto : un boléro interprété par Frankie Hernández avec un solo de piano de Edwin Rodriguez ; Guaraguao : chanté par Marvin Santiago, un morceau hybride : un peu de danzón avec des riffs de charanga ; Mi ritmo es bueno : le titre n’est pas présomptueux, il est bon ce rythme où William Thompson fait chauffer les congas, le piano de Edwin Rodriguez n’est pas en reste et Frankie Hernández se lache ; Codazos où les cuivres et la basse impressionnent ; Cuando te vea de Tito Puente ; Esperame en el cielo autre boléro, où on note une flûte et des touches jazzy ; La Víbora un son montuno épicé à la sauce portoricaine ; Aquí no me quedo parle d’un paysan portoricain qui veut vivre à la montagne, c’est un hommage à la vie rurale mais avec un rythme très urbain ; Coco Seco mixe funk et salsa avec la guitare de Elliot Randall.

Le 24 août 1973 Bobby Valentín participe au concert de la Fania All Stars au Yankee Stadium. En 1974, toujours avec la Fania All Stars, il se produit au coliseo Roberto Clemente à Puerto-Rico, on y voit Celia Cruz qui chante Bemba colora et Hector Lavoe avec Mi gente, ces deux concerts sont repris dans le film SALSA de Leon Gast. Le 24 septembre 1974 il fait encore partie de la Fania All Stars qui se produit en concert avant le match de boxe George Foreman -Mohammed Ali à Kinshasa au Zaïre, sorti en video et DVD sous le titre Fania All Stars in Africa.

à suivre...




[1] Le pianiste Richie Ray avait déjà travaillé avec ce label.

[2] Sur certaines rééditions ce CD est daté par erreur avec 1972 comme date de sortie.

  • Message 1
    • par , 10 juin 2007 - Bobby Valentín - Biographie II

      L’album Soy Boricua (1972, Fania) n’apparaît pas clairement. Seul le premier titre est cité qu’on pourrait rattacher à tort à l’album Rompecabezas.

      1. Soy Boricua 2. Leonor 3. Piensalo Bien 4. Aquella Mujer 5. Alacran (Tumbando Caña) 6. Pirata de La Mar 7. Muero en Tu Tierra 8. Oh Nena 9. Rumba Te Espera 10. Te Vas a Arrepentir