Syndiquer tout le site

Article

Cada loco con su tema

Beethoven’s V

Première publication 1er décembre 2002, Publié le 1er janvier 2003, par : guayacan

Cher Lectrice, Cher Lecteur

JPEG - 91.6 ko
cliquez pour agrandir

Nous voici revenu en ce frileux mois de décembre à de la bonne vieille Salsa caliente. Pour être plus précis, nous sommes dans les "mid-seventies", dans "l’underground" de la Salsa new-yorkaise.

Pour un peu, j’aurais presque envie de ne te parler que du disque et d’en oublier la pochette. Halte là moussaillon ! La pochette c’est ton boulot !

Frankie Dante, chanteur, est souvent qualifié d’irrévérencieux, il le justifie encore une fois ici. Nous le voyons assis, recevant un document des mains de Markolino Dimond.
Observe bien ces costumes, et joue aux devinettes : combien d’anachronismes pourras tu détecter sur cette photo ?
Mon préféré : les chaussures style pataugas de Frankie.

Et qui se cache derrière cette pochette ? Encore une fois Ron Levine. Permets moi de me répéter, mais le nombre de pochettes de légende qu’aura commis cet illustrateur de génie est absolument incroyable.

Quand on se trouve face à un tel disque, il ne faut surtout pas économiser ses superlatifs, c’est l’un des disque que l’on retrouve le plus fréquemment dans les listes des "indispensables" des connaisseurs et autres musicologues.

Les solos de piano et les arrangements de Markolino sont des chefs d’œuvre, une grande partie des musiciens du disque sont des légendes, citons entre autres : Yayo el Indio, Pete "Conde" Rodriguez, Lewis Kahn, Barry Rodgers, Nicky Marrero, Chivirico Davila. Ce disque est bon du début à la fin ! Il a cette saveur propre aux enregistrements de l’époque où tous les musiciens jouent ensemble.

Les huit chansons ont été enregistrées en… ni plus ni moins que deux sessions ! On sent bien que les musiciens partagent un splendide moment, toujours prêts pour un solo, ils y mettent leur cœur.

Pour finir, la dernière chanson est l’œuvre de Tite Curet Alonso dont il faut répéter que c’est l’un des plus grand compositeurs portoricains :

"Por que adoré tu cuerpo de carretera, que tiene más curvas que la vuelta e’la culebra"

Sur ce, bonne traduction et excellente soirée.


Références de l’album :
Markolino Dimond / Frankie Dante
Beethoven’s V
Photo : Lee Marshall
Art & Design : Ron Levine
Producteur : Larry Harlow
Cotique XCS 1075, sorti en 1975