Syndiquer tout le site

Article

Bailatino

Publié le 1er février 2006, par : Chabelita

Voilà un groupe qui travaille tellement actuellement au Venezuela qu’il ne laisse pas de place dans son agenda pour une éventuelle tournée à l’étranger.

Espèrons qu’il change d’avis car d’après ses disques et les éloges qu’on fait sur lui, cet orchestre vaut vraiment le déplacement.

JPEG - 37.9 ko
Bailatino en concert

La formation salsa la plus demandée en ce moment du côté de Caracas est sans conteste Bailatino.

Contraction de « baile Latino » -danse latine- ou de « bailador latino » -danseur latino- par essence il s’attache à ce que ses auditeurs et spectateurs se déhanchent dès les premières notes.

Bailatino compose, crée de nouveaux morceaux avec l’idée de défendre ses racines musicales, tout en les mettant au goût du jour. Dans son répertoire on se délecte de tous les rythmes caribéens, avec des solos instrumentaux, des montunos et mambos très traditionnels. Tout en revendiquant une Salsa sans Concessions, il a su se forger sa propre identité. Sans appui des radios locales, Bailatino se voit comme un grand résistant de la Salsa.

Que dire des membres de cette famille ? Tout simplement qu’ils sont des pointures du monde musical vénézuélien ayant fait leur chemin dans les meilleurs orchestres.

José « Cheo » Navarro -le créateur- a toujours aimé le son d’Eddie Palmieri (période "La Perfecta") et le style Charanga. C’est la combinaison de deux trombones et d’une flûte qu’il choisi en 1994 pour constituer Bailatino. Il a réussi à convaincre le pianiste Alberto Crespo de l’aider à transcrire les arrangements dans le style d’Eddie Palmieri, du Conjunto Libre et de Mon Rivera. La magie a opéré dès les premières répétitions.

En 1995, Bailatino débute lors du Festival International de Théâtre de Caracas et devient rapidement l’équipe salsa la plus sollicitée du pays.

JPEG - 21.7 ko
Bailatino llego con todo

En 2003, arrive sur le marché en indépendant le premier album. Les mélomanes sont prévenus : "Bailatino est arrivé... avec tout !", Bailatino Llegó... Con Todo !!!. Un petit bijou avec un bon équilibre de compositions originales et de reprises.

1- Conocí Tu Falsedad (José "Cheo" Navarro) 6:41 ; 2- La Mansión (Tite Curet Alonso) 4:20 ; 3- Un Rayo De Vida (Alfredo Naranjo) 5:02 ; 4- Tingo Talango (Alfreddy Bogado) 4:52 ; 5- Cualquier Zapato Me Sirve (Alfreddy Bogado) 4:56 ; 6- Barbara (Alfreddy Bogado) 4:01 ; 7- Muñeca (Eddie Palmieri) 5:13 ; 8- El Bigotón De Danilo (D.R.) 4:05 ; 9- Bailatino Llegó (Eliel Rivero) 5:21 ; 10- Guajira Bailatino (Alberto Crespo) 4:37 ; 11- Vuelvo A Vivir (D.R.) 4:12. [1]

La qualité du groupe a attiré Rafael Viera [2] qui lui propose de prendre en charge la production de son second disque, enregistré chez Performance Records : Sous les yeux du monde, Ante Los Ojos Del Mundo (2005). On y retrouve les mêmes musiciens et le même Son "Bailatino" reconnaissable avec notamment cette flûte présente dès les premières notes.

JPEG - 28.4 ko
Ante los ojos del mundo

Ante Los Ojos Del Mundo (Eliel Rivero) 5:23 ; Amigo Nunca (Angel Flores) 5:35 ; Estampas Y Figuras (Tite Curet Alonso) 5:39 ; Mi Vecina (inconnu) 4:47 ; Invitación Al Soneo (Eliel Rivero) 4:30 ; Abre Las Puertas De Mi Corazón (Eliel Rivero) 3:17 ; Pa’ Guapachá (José « Cheo » Navarro) 4:48 ; Un Chacha Pa’ Miguel (Eliel Rivero et José « Cheo » Navarro) 4:02 ; Déjese De Eso (José « Cheo » Navarro) 4:42 ; Acéptalo (José « Cheo » Navarro) 5:20 ; Descarga B-Tino (Alberto Crespo et José « Cheo » Navarro) 5:47.

JPEG - 22.2 ko
Soneros

Les deux albums comportent de magnifiques instrumentations, qui mettent en valeur les voix de Marcial Istúriz et Edgard « Dolor » Quijada. Sur le second CD, il est à souligner qu’à part les titres “Estampas y Figuras” de Tite Curet et “Mi vecina” d’auteur inconnu, les autres morceaux sont tous inédits, crées et arrangés pour les membres de cette formation. On y trouve une grande variété de rythmes. Les hommages aux anciens se font avec :
- « El Bigotón De Danilo » qui salue l’homme de radio Phidias Danilo Escalona responsable de la diffusion du concept de « Salsa » au Venezuela dès les années 60,
- “Pa’Guapacha” [3] à la mémoire de Pedro Guapachá qui a formé toute une génération de percussionnistes dont Felipe Blanco ; ce titre comprend de multiples solos comme ceux de ‘Mortadelo’ Soto (Basse), Felipe Blanco (Congas), Alberto Crespo (piano) et Alexis Escobar (Flûte).

Ce dernier morceau monte en puissance et laisse deviner le potentiel du groupe sur scène. Potentiel indéniable quand on écoute les descargas et les solos des albums. Richie Viera le dit lui-même sur le livret du dernier disque : "c’est un groupe qui sonne encore mieux sur scène". Vu la qualité des enregistrements, on rêve de les voir dans les festivals de cet été.

Bailatino à la Feria Internacional de Valencia 2005 {JPEG}Bailatino à la Feria Internacional de Valencia 2005 {JPEG}


Photos collection Bailatino.


[1] Musiciens :
Voix, Maracas : Edgar "Dolor" Quijada (titres 2,3,6,8,9,11)
Voix : Marcial Istúriz (titres 1,5,7)
Piano : Alberto Crespo
Basse : José "Mortadelo" Soto
Timbales, Bongo, Clave et Guiro : José "Cheo" Navarro
Congas : Felipe Blanco
Trombone : Eliel Rivero et Johán Muñoz
Flûte : Alexis Escobar
Guiro : Eliel Rivero
Chœurs : Marcial Istúriz, Edgar "Dolor" Quijada et José "Mortadelo" Soto

Invités :

Piano : Joel Uriola (titre 4)
Voix : Moisés D’Aubaterre (titre 4)

Produit par Bailatino

Production executive : Eliel Rivero

Enregistré par Francisco Requena

Mixé par Francisco Requena, Cheo Navarro, Johán Muñoz, Eliel Rivero et José Soto

Enregistré et mixé aux studios Requena (Caracas)

Masterisé par Francisco Requena et Humberto Plaza

Dessin : Tista Inc.

Photos : Derwin J. Colls

[2] Propriétaire de la boutique Viera discos à Porto Rico.

[3] Selon Rafael Quintero, Pedro Guapachá était un maestro de la percusión et du swing ; un conguero exceptionnel, originaire de Cuba, qui lors d’une tournée de Kid Gavilán a décidé de rester au Venezuela. Précisément à Marin (quartier de San Agustin) où il eut de nombreux élèves désireux d’apprendre son art des tambours. De son école sont sortis toute une lignée de musiciens.

  • Message 1
    • par , 20 septembre 2006 - Bailatino

      Après un concert à Cali, le 9 septembre Bailatino s’est produit pour la première fois à Bogota (Colombie).

      Ils travaillent sur leur 3ème CD qui devrait sortir autour de janvier 2007. Ils enregistrent aussi le second CD de Bacheo -orchestre Latin Jazz- composé des mêmes musiciens que BAILATINO, dirigé par Alberto Crespo.
      De plus, Cheo Navarro le musicien vétéran de BAILATINO et directeur musical a enregistré un autre disque intitulé “Homenaje Al Ayer”.