Syndiquer tout le site

Article

Anacaona

Cheo Feliciano

Publié le 12 décembre 2002, par : Carlomambo

"Anacaona" chanson écrite par C. Curet Alonso [1] est issue de l’Histoire d’Haïti et de la République Dominicaine.

Anacaona

Anacaona (1474-1503), Indienne, de la tribu des Taïnos, surnommée Fleur d’or, elle est l’épouse de Caonabo, cacique de Maguana.
La capture de son mari mit fin à leur merveilleuse idylle. Femme politique, Anacaona fit montre d’une ardeur guerrière insoupçonnée. Sous ses compositions poétiques, les indiens se soulevèrent en masse pour venger Caonabo. Ils furent malheureusement vaincus. Après cette défaite, Anacaona quitta son royaume pour se réfugier au Xaragua, où elle continua à composer des areytos patriotiques. Elle verra sa patrie réduite en cendres et sera capturée, enchaînée et livrée à toutes sortes d’outrages, accusée de conspiration, elle sera jugée, condamnée et pendue en 1503.

Cheo Feliciano
Album : "Cheo" ; Vaya V 5
Année : 1976
Produit par C. Curet Alonso & Jerry Masucci
Arrangé par Bobby Valentin & Nick Jimenez
Musiciens :

- Johnny Pacheco Conga
- Larry Harlow Piano
- Bobby Valentin Basse
- Louie Ramirez Vibes
- Orestes Vilato Timbales
- Johnny Rodriguez Bongós
- Ismael Quintana Maracas, clave
- Vinnie Bell Electric guitar
- Charlie Rodriguez Tres

Original Traduction
Anacaona, India de raza cautiva
Anacaona, de la region primitiva (bis)
Ananacona, oi tu voz
Como lloro cuanto gimio
Anacaona, Indienne de race captive
Anacaona, de la région primitive
Anacaona, j’ai entendu ta voix
Comme elle a pleuré, combien elle a gémi
Anacaona oi tu voz
De tu angustiado corazon
Tu libertad nunca llego
Anacaona, j’ai entendu ta voix
De ton cœur angoissé
Ta liberté n’est jamais arrivée
Anacaona, India de raza cautiva
Anacaona, de la region primitiva (bis)
Indienne de race captive
Anacaona, de la région primitive
Coro : Anacaona, "areito" de Anacaona Choeur : Anacaona, "areito" de Anacaona
India de raza cautiva
Alma de blanca paloma
Indienne de race captive
Ame de blanche palombe
Anacaona Anacaona
Pero India que muere llorando
Muere pero no
Perdona, No Perdona, No
Esa negra que es de raza
Noble y abatida pero
Que fue valentona Anacaona
Mais Indienne qui meurt en pleurant
Elle meurt mais
Elle ne pardonne pas, elle ne pardonne pas, non
Cette Négresse qui est de race
Noble et abattue mais
Qui fut vaillante Anacaona
Coro :
Anacaona, areito de Anacaona
Chœur :
Anacaona, areito de Anacaona
Oye, segun la historia
Lo cuenta dicen que fue
A la canona Anacaona
Ecoute, selon l’histoire
La légende dit qu’elle alla a
la Canona, Anacaona
La tribu entera la llora
Porque fue buena
Negrona Anacaona
Y recordando
Recordando Lo que paso la tribu
La tribu ya se enfogona
La tribu entière la pleurt
Parce qu’elle fut bonne
Négresse Anacaona
Et en se rappelant
En se rappelant ce qui s’est passé, la tribu
La tribu déjà sent monter la colère
Coro :
Anacaona, areito [2] de Anacaona
Chœur :
Anacaona, areito de Anacaona

[1] © 1972

[2] Areito. Manifestación musical de los aborígenes antillanos, presentada en grupos sociales, cuyos rastros sonoros fueron exterminados en Cuba por los conquistadores españoles, aunque si se guardan vestigios de Areito en otras islas del Caribe.

  • Message 2
    • par tigresse, 26 décembre 2002 - > Anacaona

      Bonsoir,

      C’est une merveilleuse idée ces traductions. Puis-je rappeler que le mot "negra" en Amérique Latine et dans la Caraibe ne signifie pas forcément "noire" ou "négresse" ? Parce que cela peut mener les français à des contresens et à des fausses interprétations. Merci

      • par guayacan, 27 décembre 2002 - > Anacaona

        Tout à fait, par exemple "mi negra" ou "mi negrita" est utilisé de façon affective pour qualifier "ma femme" (et ce quelle que soit sa couleur ;-) )

        • par Chabelita, 30 décembre 2002 - > Anacaona

          On peut aussi traduire par "fille" ou "nana"...

      • par Carlomambo, 2 janvier 2003 - > Anacaona

        Je t’avais envoyé une réponse mais manifestement, celle-ci n’a pas été prise en compte donc je recommence.

        Je suis OK avec ta remarque, on peut traduire negra par "femme" tout simplement, cela est d’autant plus intéressant que ça fait ressortir l’orientation féministe de la chanson, orientation assez rare dans la salsa pour valoir le coup d’être soulignée...

        Par contre, je pense que "negrona" a une signification plus raciale. Qu’en pense-tu ?

        • par laura, 1er juin 2004 - > Anacaona

          Si elle est une "india", alors elle n’est pas "noire", non ? . Mais, bon, ce sont des façons de parler dans chacque coin. Ça fait appel à la race.

        • par Henri, 11 juillet 2007 - > Anacaona

          Il n’y a pas de signification raciale ou raciste. Il y a simplement le constat que cette indienne est brune de peau.

          il y a le même style de phrase dans "Rebellion" de Joe Arroyo quand un de ses personnages esclave dit "Oye men ni le pege a mi negra"

          Les chanteurs Et les chansons de salsa sont issus des siecles metissages entre africains, blancs et indiens dans cette région... faut pas l’oublier.

          Et cette chanson n’a pas été composée à l’époque d’Anacaona. Si on se rapelle les écrits de Christophe Colomb dans son journal de bord, les indiennes des antilles etaient aussi blanches de peau que les castillanes.

          • par Chabelita, 12 juillet 2007 - > Anacaona

            C’est pourquoi nous répondions cela à notre interlocuteur :

            Tout à fait, par exemple "mi negra" ou "mi negrita" est utilisé de façon affective pour qualifier "ma femme" (et ce quelle que soit sa couleur ;-) )

        • par Mireille Nicolas, professeur à la retraite, ethnologue et écrivaine., 27 décembre 2007 - > Anacaona

          CARLOMAMBO, je suis écrivaine, spécialiste de la Caraïbe et particulièrement d’Haïti, je suis en train de finir un travail sur notre très chère Anacaona. Malgré toutes mes recherches — même aux Archives des Indes à Séville— j’ai été incapable de trouver des traces d’un Espagnol dont pourtant on parle encore en Haïti et à qui Anacaona était d’acccord pour donner sa fille unique Higuenamota en mariage ; il s’appelait Hernando de Guevara ou Fernando Guevara Il aurait péri en prison, Nicolas de Ovando ne voulant pas de ce métissage de la part de ses officiers, un peu avant la pendaison d’Anacaona ; sa fille aurait disparu. Carlomambo, si vous savez d’autres choses, de grâce répondez-moi. Bien cordialement, Mireille Nicolas — j’ai écrit chez les éditeurs Altenatives, L’Harmattan, manuscrit.com à Paris et Au vent des Iles en Polynésie.27-12-2007.

          • par , 30 décembre 2007 - > Anacaona

            Je suis désolé Mireille, je n’ai malheureusement pas d’informations supplémentaires... J’aurais pourtant aimé pouvoir vous aider. J’espère en tout cas que vous nous tiendrez informés de l’aboutissement de votre travail.

          • par Manel, 2 avril 2008 - > Anacaona

            Bonsoir Madame Mireille Nicolas,

            J’espère que vous êtes "la bonne Mireille Nicolas", celle qui avez marqué de manière positive mon enfance, ou plutôt, une année de mon enfance... En effet, j’étais au collège Guy Moquet de Gennevilliers et j’avais une professeur de français qui s’appelait Mireille Nicolas avec qui j’ai tant appris. Depuis qq tps, je repense à vous, de par votre gentillesse inoubliable et comme une enseignante qui m’a appris tant de choses... J’aimerais tant que ce soit vous, si c’est le cas, je serai extrêmement heureuse que vous me contactiez... Je vous laisse mon e-mail : paristunis@yahoo.fr En espérant que vous reviendrez sur ce site pour prendre connaissance de mon message Bien à vous Manel

          • par Carlomambo, 15 janvier 2010 - > Anacaona

            Bonjour Mireille, Une très grande pensée pour Haïti, pour tous les haïtiens qui souffrent, qui ont perdu des proches et sont dans la douleur.

      • par salsaprev, 28 février 2007 - > Anacaona

        C’est beau c’est beau c’est beau...

        Des chansons comme celle çi , on les connait, on les redécouvre, et on les réadore !!!

        salsaprev

        http://salsapoesie.free.fr

  • Message 1
    • par dejavu, 26 décembre 2002 - > Anacaona

      La chose est encore plus belle quand on connait la tragedie derriere la chanson merci Charles