Syndiquer tout le site

Article

Amada Mia

Cheo Feliciano

Publié le 20 septembre 2004, par : Carlomambo, guayacan

Sans conteste le plus beau bolero jamais chanté par Cheo. Une pure merveille. Le titre est signé par Jose Nogueras et tiré de l’excellent album Sentimiento Tu (1980).

auteur : José Nogueras
interprète : Chéo Féliciano
album : Sentimiento Tú (Vaya 95, 1980)

musiciens
Papo Lucca, Piano
Luis Garcia, Tres, cuatro
Roberto Roena, Percussion
Papo Pepin, Percussion
Cuqui Santos, Timbales
Efrain Hernandez, Bajo
Oscar Colon, Drums
Pete Rodriguez, Maracas
Mario Cruz, Guitarras
Cheo Quiñones, Guiro
Juancito Torres, Flugelhorn, trompeta
Roberto Jimenez, Flauta
Victor Candelaria, Trombon
Ralphy Torres, Trombon
Hector Maldonado, Trombon
Sal Cuevas, Guitarra
Luis Ramirez, Vibrafono

Original Traduction
Amada mía,
Grata sorpresa la que me has dado
Yo necesitaba un amor
Y me has enamorado.
Mon Amour,
Quelle belle surprise tu m’as faite
J’avais besoin d’un amour
Et tu m’as rendu amoureux
Amada mía,
Eres mucho mas de lo esperado
Dulce mujer que había soñado
Yo soy todo de tí.
Mon Amour,
Tu es beaucoup plus que ce que j’espérais
Douce femme dont j’avais rêvé
Je suis tout à toi [1]
Has surgido en silencio
Orientada hacia el cielo
Con tus ojos de estrellas
Y tu voz de consuelo.
Tu as surgi en silence
Orientée vers le ciel
Avec tes yeux étoilés
Et ta voix réconfortante
Eres más de una vida
Por dejar de ser tuya
Y entregarte al amor.
 [mam]Tu es plus d’une vie
Et pour ne plus être à toi
Et de donner mon amour
Amada mía...
Mis lares claman tu presencia
Riega tu lluvia de inocencia
Por mi corazón.
Mon amour
Mes lares réclament ta présence [2]
La pluie de ton innocence
Arrose mon cœur
Amada mía...
Reina de luz y la esperanza
Tienes el don de dar la calma
Es que eres el amor.
Mon Amour,
Reine de lumière et d’espoir
Tu as le don de donner la tranquillité
C’est que tu es l’amour
Has surgido en silencio
Orientada hacia el cielo
Con tus ojos de estrellas
Y tu voz de consuelo.
Tu as surgi en silence
Orientée vers le ciel
Avec tes yeux étoilés
Et ta voix réconfortante
Eres más de una vida
Por dejar de ser tuya
Y entregarte al amor.
Tu es plus d’une vie
Et pour ne plus être à toi
Et de donner mon amour
Amada mía...
Grata sorpresa la que me has dado
Es que to necesitaba un amor
Y estoy enamorado.
Mon Amour,
Quelle belle surprise tu m’as faite
J’avais besoin d’un amour
Et je suis amoureux

[1] m-à-m je suis tout de toi ?

[mam] nous laissons la traduction mots à mots, si vous avez mieux, écrivez nous.
Une tentative : il me faudrait plus d’une vie pour me lasser d’être à toi et de t’offrir mon amour"

[2] LARE n. m. XVe siècle. Emprunté du latin Lar, de même sens.
ANTIQ. ROM. Divinité protectrice, esprit tutélaire attaché à un lieu (s’emploie surtout au pluriel). Les lares des carrefours, des routes. Le lare de la famille, qui protégeait la maison, le foyer. Les lares de Rome. Les lares et les pénates. Les lares étaient d’ordinaire représentés par deux petits génies sans ailes, portant une corne d’abondance. En apposition. Les dieux lares. Par méton. Représentation de cette divinité. On plaçait les lares auprès du foyer. Poét. Les lares, la maison, la demeure. Abandonner, revoir ses lares, les lares paternels., réclament ta présence.
source : Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition Version informatisée
nous avons laissé Lares mais nous aurions pu traduire par foyer.