Syndiquer tout le site

Article

16ème Toros y Salsa, la Timbistica !

Publié le 3 octobre 2010, par : Chabelita

Kalani TRINIDAD

15 jours après Toros y Salsa, ce qui restera gravé dans nos mémoires pour cette 16ème édition est assurément : LA TIMBISTICA, un orchestre composé de jeunes musiciens venus de Boston.

La Timbistica
Enrique Kalani TRINIDAD, flûte, saxophone (et pendant la descarga : piano et chant !)
Anthony Mc KINNEY, basse
Natanael MOLINA au piano
Paulo STAGNARO, congas
Marcos J. LOPEZ, timbales, batterie
Vivek PATEL, trompette
Angel SUBERO, trombone
Manolo MAIRENA, chant

La Timbistica Son créateur Enrique « Kalani » TRINIDAD est né à Dallas, en 1987, de mère hawaïenne et de père portoricain. Ce dernier était pianiste, il a initié son fils à la musique et l’a orienté vers la flûte. Kalani arrive à Puerto Rico avec sa famille à l’âge de 4 ans. L’enfant prodige joue dès 10 ans dans les fêtes et les mariages. Il élargit ses connaissances au piano, à la batterie et au saxophone. Les détecteurs de talents de Berklee (université de Boston) le repèrent au conservatoire de musique de Puerto Rico, mais ils doivent patienter car Kalani n’a que 13 ans, bien trop jeune pour intégrer cette institution. En 2007, Kalani fut le premier portoricain à décrocher la Bourse Présidentielle attribuée par cette prestigieuse université de Berklee (sur 3700 candidats nominés par leurs professeurs), qui couvre tous les frais de scolarité du futur étudiant.

A Boston, il monte son premier groupe Kalani’s Quintet, qui deviendra la Timbistica. Ce groupe qui peut rassembler 6 musiciens pour jouer du Latin Jazz ou se présenter en formation plus grande pour jouer une salsa mêlant timba, salsa dura et jazz. Les autres membres de l’orchestre sont tous issus de ce chaudron de Berklee, étudiants ou musiciens gravitant sur la scène locale. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que malgré un âge moyen très bas, la maturité est déjà présente dans cet orchestre qui sonne comme une formation professionnelle (et souvent bien mieux encore !).

Avant leur apparition sur la scène de Toros y Salsa, ils avouaient dans le journal local : « Pour Dax, on a répété à mort. On va proposer un show complet, avec des classiques que tout le monde connaît, mais arrangés à la manière de la Timbistica. Il y aura beaucoup de rythmes différents. » Un esprit rafraichissant, qui contribue à transmettre l’amour de la musique au public. Ils jouent leurs propres compositions mais reprennent aussi des standards du Latin Jazz et de la salsa, avec des touches d’innombrables autres rythmes. A Dax, nous avons eu la chance de voir les deux facettes de La Timbistica : le samedi en salsa et le dimanche en Latin Jazz, et à chaque fois leur prestation a été époustouflante, souriante, élégante, bref impeccable.

Le samedi était dédié à la salsa, avec la présence du tromboniste Angel SUBERO et du sonero Manolo MAIRENA, le doyen de l’orchestre, dont ils ont interprété une des compositions : "Amor Perdido" (habanera son) [1] Ces deux musiciens sont très actifs sur la scène bostonienne, où ils se sont notamment illustrés au sein de l’orchestre "La Clave secreta". Vous pouvez apprécier le talent de sonero de Manolo MAIRENA, en regardant la vidéo sur le lien ci-dessous :

Il est un véritable maître du sonéo, le public français ne s’y attendait pas, ce fut pour nous une révélation, la cerise sur le gâteau amené par cette formation de très haut niveau.

Leurs morceaux salsa :

Rumba Pa la Calle
Son de Monte
Supercali
Amor Perdido
El Amor Que te tengo
El Sabio
Alejate
Seis Semanas
A la Hora Que Me Llamen

Le timbalero et joueur de batterie Marcos J. LOPEZ a été particulièrement hypnotisant, le voir jouer est un vrai régal. Mais on pourrait en dire autant de chacun des membres de l’orchestre. L’émotion transmise par la flûte de Kalani TRINIDAD vous transporte.

Ces jeunes sont perclus de talent, on ne peut que leur souhaiter une brillante carrière.

Leurs morceaux Jazz :

Puertorro
Russo
After You’ve Gone
Untitled - sans titre
Claudia
Express to Queens
Mulata rumbera

La Timbistica

Le festival avait commencé le vendredi soir par Emilio MORALES qui nous a enchantés au piano, avec un répertoire composé de boleros, cha-cha et descargas de Latin Jazz. Une émotion accentuée au chant par un sonero, Enrique Lazaga Varona, qui a fait le show par son expérience et son humour. Ils ont clôturé le festival le dimanche, par un répertoire différent, adapté pour refermer en douceur 3 jours d’intensité musicale.

Emilio Morales Ruiz, piano et direction
Enrique Lazaga Varona, guiro etchant
Arnaldo Jiménez Villafranca, guitarre basse et choeurs
Lenon Ruiz Garcia,, timbales et choeurs
Mohamed Yuseff Almeida, congas
Roberto Garcia, trompette et flugelhorn

Emilio MORALES

Le second concert du vendredi était assuré par Gerardo ROSALES qui dans sa volonté de rendre hommage aux pionniers de la salsa a invité au piano Lazara « Cachao » LOPEZ -la petite nièce du célèbre contrebassiste. Gerardo ROSALES ne prétend pas refaire la musique de Cachao, il entend faire découvrir ce répertoire à la jeune génération, et il prend ce prétexte pour finir son concert par une grosse descarga, dans laquelle tous les musiciens ont mis beaucoup d’intensité, un de ces instants qui font tout le charme du festival et que le public réclame.

Lazara Cachao Lopez, piano
Gerardo Rosales, congas
Armando Vidal, timbales
Loet van der Lee, trompette
Frans Cornelissen, trombone
Efraim Trujillo, Sax, flûte
Kess van Zomeren, basse

Descarga Gerardo ROSALES

Le samedi le tout nouveau groupe barcelonais BLOQUE 53 a fait une rafraichissante prestation dont vous pouvez vous délecter en cliquant sur les liens ci-dessous :
- Ese Dolor avec au chant Freddy RAMOS
- Baila la negra avec au chant Ernesto PAZ et Marcel Pascual Royo au vibraphone BLOQUE 53 Ils nous ont offert leurs compositions originales qui figurent sur leur 1er album, « la ruta de la salsa » avec un sourire et un plaisir de jouer communicatifs.

Parmi leurs trois chanteurs, Diana FERIA a l’audace de reprendre BEMBA COLORA après la grande Celia, et dans son style, c’était parfaitement réussi.

Joaquin ARTEAGA timbales
Cesar ‘Chagu’ BOLIVAR, congas
Simon DELGADO, basse
Marcel Pascual ROYO, vibraphone
Andreu Cañadell, piano
Diana FERIA, chant et chœurs
Ernesto PAZ, chant et chœurs
Freddy RAMOS, chant et chœurs

Les musiciens de BLOQUE 53 ont tellement envie de jouer que les après-midi à Dax ça se passe comme ça :

ou comme ça ou encore comme ça !!! Et je suis témoin pour vous dire que cela a duré pratiquement une demi-heure tout en allant crescendo.

Pour ceux qui apprécient, les disques de La Excelencia, ils ont eu ce qu’ils attendaient, l’orchestre a rempli son contrat, sans déroger aux traditionnelles descargas dacquoises. Un son extrêmement puissant, des musiciens qui maintiennent un rythme d’enfer tout au long du concert, avec quelques poses pour apprécier les talents de danseur du tromboniste Ron Prokopez.

Voix, Edwin Perez
Chœurs, Junior "Frodo" Beltran
Basse, Jorge "Jorgito" Bringas
Piano, Marko Crncec
Bongo, "Swing" Dilone
Congas, Jose Vazquez-Cofresi
Timbales, Julian Silva
Trombone, Ronald Prokopez
Trombone, Kajiwara "Kaji" Tokunori
Trompette, Miki Hirose
Trompette, Jonathan Powell

La Excelencia

Y-aura-t-il une 17ème édition de la partie Salsa de Toros Y Salsa ? C’est à la mairie de Dax de répondre... Du côté des aficionados de salsa, on aimerait tant que quelques mécènes augmentent le budget pour laisser libre cours aux idées de François Charpentier dont le flair est incomparable pour dénicher et combiner ces orchestres qui nous font tant vibrer !

Organisateurs de concerts, faites revenir en France la Timbistica en 2011, car au-delà cela va devenir bien trop cher pour vos petits budgets ;-)


[1] "Amor Perdido" qui figure sur l’album de Manolo MAIRENA "Mi Oportunidad".

  • Message 1
    • par Maya Roy, 5 octobre 2010 - 16ème Toros y Salsa, la Timbistica !

      Merci Chab pour ce texte. La Timbistica, oui, c’était le coup de coeur, Manolo Mairena, qui est originaire du Costa Rica, une découverte. Dans le programme salsa, ils ont joué d’autres compositions à lui que Amor perdido que tu mentionnes : El Supercalifragidistico (assez drôle et mélange salsa-timba), Son de monte, et le boléro El amor que te tengo . Et le concert jazz était tout simplement sublime.